Napoléon et la France

Napoléon et la France
Napoléon et la France

DATE DE PARUTION : 21/08/2015
EDITEUR : Vendémiaire
COLLECTION : Bibliothèque du XIXe siècle
EAN : 9782363581860
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 256
POIDS : 0,224 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Spécialiste du Consulat et du Premier Empire, Thierry Lentz est le directeur de la Fondation Napoléon. Il enseigne l’histoire du Premier Empire à l’Institut catholique d’Études supérieures de La Roche-sur-Yon.
Présentation de l’éditeur :
Il a institué le Code civil, réformé l’organisation des cultes, donné à l’enseignement secondaire et supérieur les cadres qui sont encore les siens aujourd’hui… Mais aussi durablement bouleversé l’équilibre européen, entraîné des centaines de milliers d’hommes dans l’aventure militaire, et réduit au silence ses opposants. Alors, Napoléon, homme d’État visionnaire ou dictateur sans scrupules ?
Thierry Lentz brosse ici, en douze leçons, le portrait d’un régime qui a voulu continuer la révolution par d’autres moyens, inscrire la France dans une forme de modernité démocratique tout en jetant les bases d’un système dynastique fait pour durer. Faut-il le juger à l’aune de sa brièveté ou, au contraire, considérer les acquis dont nous lui sommes, aujourd’hui encore, redevables ?

Le général comte Gazan : 1765-1845

Le général comte Gazan : 1765-1845
Le général comte Gazan : 1765-1845

DATE DE PARUTION : 15/08/2015
EDITEUR : SPM
COLLECTION : Kronos
EAN : 9782917232408
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 478
POIDS : 0,695 Kg
DIMENSIONS : – x – cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Natalia Griffon de Pleineville (Goutina), née en 1977 à Pétrozavodsk (Carélie, Russie), est diplômée de l’université de Pétrozavodsk. Boursière de la fondation Napoléon en 1999, titulaire d’un DEA à l’EPHE sur « Le général Gazan » sous la direction du professeur Jean Tulard, elle est rédactrice en chef de Gloire & Empire et de Prétorien magazine. Elle a rédigé de nombreux articles et dossiers, principalement sur l’histoire militaire du Premier Empire. Coauteur de Napoléon en Pologne, 1806-1807 (Le Livre chez Vous, 2008), elle a écrit La Corogne : les Aigles en Galice (Le Livre chez Vous, 2009) et Chiclana-Barrosa : les Aigles en Andalousie (Historic’One, 2012, en français et en anglais). Spécialisée dans la guerre d’Espagne, elle a aussi traduit du russe quelques ouvrages sur la campagne de 1812 : Le Brasier de Krasnoïé, La Bataille de Taroutino, La 1re Bataille de Polotsk. Membre du Souvenir napoléonien, elle est guide-conférencière sur les champs de bataille de l’Épopée.
Présentation de l’éditeur :
Le général Gazan de la Peyrière commença sa carrière sous l’Ancien Régime, puis répondit à l’appel de la Révolution pour combattre les « rois conjurés » sur le Rhin. Ses exploits le irent général. En Suisse et au siège de Gênes sous les ordres de Masséna, il participa ensuite à la bataille de Pozzolo, aussi importante que Marengo. Napoléon conia à Gazan le commandement d’une division de la Grande Armée. Son plus brillant combat en 1805 fut celui de Dürrenstein. Gazan combattit avec distinction à Iéna, sous les ordres de Lannes, it la campagne de Pologne avec Lannes et Masséna. Il fut récompensé par des dotations et le titre de comte. Dès 1808, Gazan fut employé en Espagne, au siège de Saragosse, puis aux opérations contre les Espagnols et les Anglais. En 1810, chef d’état-major du maréchal Soult en Andalousie, il assista à la sanglante bataille d’Albuera. L’évacuation de l’Andalousie entraîna le départ de Soult. Gazan fut alors nommé commandant en chef de l’armée du Midi ; ce poste révéla les limites de ses capacités militaires : il commit des erreurs irréparables à la bataille de Vitoria qui sonna le glas de la présence française dans la péninsule Ibérique. Redevenu chef d’état-major de Soult en juillet 1813, il termina la guerre sous les murs de Toulouse en avril 1814. Cet ouvrage raconte une carrière exceptionnelle sous les Aigles impériales, en puisant dans de très nombreuses archives inédites.

Napoléon au Portugal – Le triomphe de l’armée luso-britannique annonce la fin de l’empire (1801-1814)

Napoléon au Portugal - Le triomphe de l'armée luso-britannique annonce la fin de l'empire (1801-1814)
Napoléon au Portugal – Le triomphe de l’armée luso-britannique annonce la fin de l’empire (1801-1814)

DATE DE PARUTION : 10/07/2015
EDITEUR : Fernand Lanore
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782851579706
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 271
POIDS : 0,487 Kg
DIMENSIONS : 16 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Historien, Daniel Lacerda a publié des études dans plusieurs revues (La lettre clandestine, Arquivos de la F. C. Gulbenkian, Abril, Finisterra, O Escritor), a participé à des colloques et des congrès et dirige depuis 1997 la revue franco-portugaise Latitudes – Cahiers Lusophones.
Présentation de l’éditeur :
La particularité de cette étude réside en ce qu’elle se situe à la fois d’un côté et de l’autre de la frontière, tant en ce qui concerne les sources que le point de vue. Même pour des historiens plus objectifs comme ceux des dernières générations, chez lesquels toute sorte de parti-pris semble hors de cause, l’action napoléonienne est tellement vaste que ce qui s’est passé au Portugal devient par ce biais un épiphénomène. Et pourtant, la prise de l’Espagne, qui lui a ouvert la voie, est largement traitée et condamnée comme signe de sa perfidie. Les fauteurs de guerre n’affichent jamais le véritable mobile qui les met en route. Envoyant ses aigles au Portugal, ce seigneur de guerre avait des objectifs multiples en plus d’ébranler les Britanniques. Plus qu’une guerre à l’ancienne, celle menée par les troupes napoléoniennes a pris un caractère inhumain par les conséquences meurtrières du saccage des biens des populations. Et finalement, de façon plutôt surprenante, ce fut à partir du Portugal que les armées napoléoniennes sur le front occidental ont subi les défaites les plus éclatantes, permettant ainsi de libérer l’Europe tout entière, en complémentarité avec le front de la coalition des pays de l’Est européen.

Waterloo 1815 – Découverte du champ de bataille

Waterloo 1815 - Découverte du champ de bataille
Waterloo 1815 – Découverte du champ de bataille

DATE DE PARUTION : 09/07/2015
EDITEUR : Jourdan
COLLECTION : NC
EAN : 9782874663864
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 36
POIDS : 0,116 Kg
DIMENSIONS : 18 x 25 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Ecrit par l’ensemble des membre du comité chargé de la préservation du site et des guides du champ de bataille.
Présentation de l’éditeur :
Le Comité pour les études historiques de la bataille de Waterloo – dit le Comité de Waterloo – a pour but… De veiller à la protection du site de la bataille et à l’entretien des bâtiments anciens qui s’y trouvent . De commémorer par la réalisation de monuments ou de plaques les évènements qui se sont déroulés en juin 1815 . De favoriser les études historiques pour mieux connaître ces faits et leur importance dans l’évolution historique de l’Europe. Ce comité regroupe les plus grands spécialistes de la bataille et du camp de bataille. Il nous offre la nouvelle version du guide le plus complet, le plus rigoureux et le plus fouillé sur la bataille, sur lieu où elle se déroula et à propos de ses principaux acteurs.

Les généraux morts au champ d’honneur de 1792 à 1815 – Alain Pigeard

Les généraux morts au champ d'honneur de 1792 à 1815
Les généraux morts au champ d’honneur de 1792 à 1815

DATE DE PARUTION : 07/07/2015
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : NC
EAN : 9791091561785
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 169
POIDS : 0,266 Kg
DIMENSIONS : 15 x 23 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Alain Pigeard est vice-président du Souvenir Napoléonien. Enseignant, docteur en droit et docteur en histoire en Sorbonne, il est l’auteur de nombreux articles et livres sur l’époque napoléonienne dont plusieurs ouvrages de référence. Chez le même éditeur, il est l’auteur d’Arcole, un pont vers la légende et Leipzig, la bataille des Nations.
Présentation de l’éditeur :
Les amiraux, maréchaux et généraux de Napoléon passionnent depuis longtemps. Curieusement, il n’existe aucun ouvrage exhaustif dédié à ceux d’entre eux qui furent tués, ou mortellement blessés, sur les champs de bataille de la Révolution et du Premier Empire entre 1792 et 1815. Le lecteur trouvera dans ce livre 271 noms d’amiraux, maréchaux et généraux français et étrangers qui versèrent leur sang pour la France. Lieu, date, conditions, témoignages, inhumation, références figurent dans ces pages. Un hommage qu’il convenait de leur rendre, deux siècles après, et qui couvre cette période si intense de notre histoire.

Guide 1815 – Campagne de Belgique – Des monuments et des hommes

Guide 1815 - Campagne de Belgique - Des monuments et des hommes
Guide 1815 – Campagne de Belgique – Des monuments et des hommes

DATE DE PARUTION : 07/07/2015
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : NC
EAN : 9791091561815
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 82
POIDS : 0,274 Kg
DIMENSIONS : 19 x 26 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Les auteurs Yves Moerman et Yann Deniau, historiens et reconstitueurs, ont publié plusieurs titres sur le Premier Empire, dont le bien connu « 1815 Napoléon en campagne – heure par heure dans l’ombre de l’Empereur » aux Éditions Jourdan en 2008. Joeri de Rock
Présentation de l’éditeur :
En 1814, les armées impériales vaincues, Napoléon fut contraint d’abdiquer le 6 avril et prit le chemin de l’exil. Le traité de Paris ramena la France à ses anciennes limites et réunit la Belgique au royaume de Hollande. L’Empereur parti, les émigrés français rentrèrent chez eux et pensèrent qu’ils pourraient rétablir l’Ancien régime avec les privilèges que la Révolution avait abrogés. L’armée humiliée était mécontente et grognait, la France murmurait. Sur son île, Napoléon pensa que le pays réclamait son retour. Débarqué à Golfe-Juan le 1er mars 1815, il fut rejoint et acclamé par les troupes royales envoyées pour l’arrêter. Il arriva à Paris en vingt jours pour reprendre son trône. Son retour réveilla la coalisation de l’Europe entière, dont les rois se liguèrent à nouveau contre lui. Des troupes innombrables se dirigèrent vers la France pour l’envahir, pour en finir avec l’« Ogre corse » et rétablir définitivement Louis XVIII sur le trône. L’Empereur parvint à réunir une armée de 125 000 hommes en quelques semaines. En Belgique, les armées prussiennes du maréchal Blücher comptaient environ 120 000 hommes et les armées anglo-hollandaises 100 000 hommes, sous les ordres de Wellington. Napoléon prit l’initiative d’aller à leur devant. Il entra en Belgique avec ses troupes le 15 juin 1815. Après la victoire de Ligny, l’armée française avait rendez-vous avec l’Histoire dans les mornes plaines de Mont-Saint-Jean… Cet ouvrage présente les lieux remarquables qui subsistent de cette campagne de Belgique en juin 1815, et les monuments, stèles et plaques commémoratives qui en perpétuent la mémoire.

Waterloo 1815, la chute de l’Aigle – Kees Schulten

Waterloo 1815, la chute de l'Aigle
Waterloo 1815, la chute de l’Aigle

DATE DE PARUTION : 25/06/2015
EDITEUR : Jourdan
COLLECTION : Histoire napoléonienne
EAN : 9782874663963
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 243
POIDS : 0,327 Kg
DIMENSIONS : 14 x 21,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Kees Schulten a été chef du Service Historique de l’Armée des Pays-Bas de 1974 à 1989 et directeur du Rijksinstituut voor Oorlogsdocumentatie à Amsterdam de 1990 à 1995. Il est président d’honneur de la Commission Internationale d’Histoire Militaire.
Présentation de l’éditeur :
Pour la première fois, un ouvrage présente une analyse des différentes stratégies des protagonistes de cette terrible bataille, aspect jusqu’ici négligé.
Il va de l’étude des personnages et des stratèges que furent Wellington, Napoléon et Blücher, jusqu’à la révélation d’un élément que les Anglais ont longtemps occulté par chauvinisme : c’est l’armée des Pays-Bas et le prince d’Orange qui décidèrent réellement du sort de la bataille.
Kees Schulten étudie les événements les plus marquants d’une partie du front, qui fut certainement la plus importante. Il nous explique pourquoi ces épisodes, sans les Belgo-Hollandais, auraient pu précipiter les Anglais, en nombre insuffisant, dans la défaite.
La plupart du temps, les unités belgo-hollandaises sont englobées dans celles des Britanniques. Ce qui était loin d’être le cas lors de la bataille de Waterloo.
Ce livre présente une étude totalement originale d’un historien spécialisé en stratégie militaire, membre du Comité d’accompagnement scientifique international de Waterloo, dont les écrits font référence.

La Bataille – D’Essling à Waterloo – Dossier historique

La Bataille - D'Essling à Waterloo - Dossier historique
La Bataille – D’Essling à Waterloo – Dossier historique

DATE DE PARUTION : 29/05/2015
EDITEUR : Dupuis
COLLECTION : Dupuis Grand Public
EAN : 9782800164359
Caractéristiques :
RELIURE : Relié
NOMBRE DE PAGES : 184
POIDS : 1,150 Kg
DIMENSIONS : 23,5 x 31,2 cm
ILLUSTRATIONS : Couleur
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Dessin : Ivan Gil
Scénario : Richaud
D’après le roman « La bataille » de Patrick Rambaud
Présentation de l’éditeur :
Publiée à l’occasion du bicentenaire de la bataille de Waterloo, cette intégrale comprend un dossier inédit spécialement conçu pour cette édition. À noter que la bande dessinée a reçu le prix Historia 2014 de la meilleure BD historique.
Au début des années 1830, Balzac travaille à un ouvrage : les Scènes de la vie militaire, scènes parmi lesquelles il place un récit se situant à Essling. « Là, j’entreprends de vous initier à toutes les horreurs, à toutes les beautés d’un champ de bataille… » Mais Balzac ne nous donnera jamais sa bataille. On a émis beaucoup d’hypothèses pour expliquer cet échec. La vérité, c’est que le dimanche 17 mars 1839, lisant le supplément du journal Le Constitutionnel, Balzac tombe sur un extrait de La chartreuse de Parme, le prochain roman de Stendhal à paraître. Et devant ce long passage qui raconte les aventures du héros, Fabrice del Dongo, emporté sur le champ de bataille de Waterloo, les bras lui en tombent. Il écrit aussitôt à Romain Colomb, le cousin de Stendhal : « J’ai été saisi d’un accès de jalousie à cette superbe et vraie description de bataille que je rêvais pour les Scènes de la vie militaire, la plus difficile portion de mon oeuvre, et ce morceau m’a ravi, chagriné, enchanté, désespéré. »
Balzac ne s’en remettra jamais. Les canons de Waterloo ont écrasé les siens avant même qu’il ait eu le temps de les mettre en place. Essling ne restera, pour lui, qu’une demi-ligne au dos du manuscrit du Médecin de campagne.
Voici, illustrées par Ivan Gil, et à l’heure où l’on célèbre le bicentenaire de la bataille de Waterloo, les pages de Stendhal qui ont tant impressionné Balzac et qui, l’empêchant d’aller au bout de son oeuvre, ont permis à Patrick Rambaud d’accomplir la sienne.

1815… Waterloo ! « morne plaine ! » – François Pernot

1815... Waterloo ! "morne plaine !"
1815… Waterloo ! « morne plaine ! »

DATE DE PARUTION : 11/06/2015
EDITEUR : Honoré Champion
COLLECTION : Champion histoire
EAN : 9782745330574
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 144
POIDS : 0,114 Kg
DIMENSIONS : 10,5 x 17,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
François Pernot, professeur d’histoire moderne à l’Université de Cergy-Pontoise, est un passionné d’histoire militaire, politique et diplomatique et d’histoire de l’événement. Prix Drouyn de Lhuys de l’Académie des Sciences morales et politiques en 2010, auteur de plusieurs ouvrages d’histoire pour les enfants, il aime à faire partager sa passion avec tous, jeunes et moins jeunes…
Présentation de l’éditeur :
1815… WATERLOO ! « MORNE PLAINE ! » Waterloo… pour certains le nom renvoie à une gare londonienne où, il y a peu de temps encore, arrivaient les Eurostars, pour d’autres, c’est le titre d’une chanson du groupe Abba, mais pour tous les amateurs d’histoire bercés par les vers célèbres de Victor Hugo – « morne plaine ! » où « La pâle mort mêlait les sombres bataillons » –,Waterloo évoque d’abord le nom de cette petite ville de Belgique, où, le 18 juin 1815, Napoléon est battu par Wellington. Waterloo… Le nom est synonyme de défaite militaire, comme Azincourt, une défaite anéantissant le Premier Empire. Simple et sans appel. Et pourtant ? Est-ce aussi simple ? En effet, depuis 200 ans, Waterloo semble être une énigme toujours posée, jamais résolue, une bataille à laquelle on ne comprend rien, tel Fabrice dans la Chartreuse de Parme… Et le nombre des publications et des controverses atteste de cette incompréhension : qui a fait quoi à Waterloo ? Quel était le plan de Napoléon ? Quelles ont été les erreurs stratégiques ? Tactiques ? Qui est responsable de la défaite ? Bourmont ? Grouchy ? Ney ? Napoléon ? Le sort de la bataille s’est-il joué sur une erreur de lecture de carte ? Quel fut le coût humain ? Et le « mot » de Cambronne ?… Bref, qu’est-ce que Waterloo ?

1815 – Tome 2 – Waterloo – Henri Houssaye

1815 - Tome 2 - Waterloo
1815 – Tome 2 – Waterloo

DATE DE PARUTION : 05/06/2015
EDITEUR : Editions PRNG
COLLECTION : NC
EAN : 9782366340556
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 298
POIDS : 0,550 Kg
DIMENSIONS : 16 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Henry Houssaye, né à Paris (1848-1911), est un historien initialement spécialisé dans la Grèce antique ; après la guerre de 1870 (à laquelle il participe brillamment comme officier), il se consacre totalement à l’histoire militaire de Napoléon Ier et publie sur le sujet deux monumentaux ouvrages définitifs : 1814 (en 1888) (près d’une centaine d’éditions !), et 1815, (en trois volumes). Il est élu à l’Académie française en 1894.
Présentation de l’éditeur :
Dans ce livre, qui est moins un chapitre de la vie de l’Empereur que l’histoire de la France pendant une année tragique, j’ai cherché à peindre les sentiments des Français de 1815 et à marquer leur action sur les événements. Napoléon, Louis XVIII, Talleyrand, Fouché, Ney, Davout, Carnot, restent au premier plan, mais non loin d’eux on voit les paysans, les bourgeois, les ouvriers, les soldats… J’ai tenté d’exprimer les idées et les passions de cette époque troublée avec le langage du temps. Quand je dis des mousquetaires les soldats d’antichambre, des vendéens les brigands et des prêtres les calotins, je parle comme les officiers à la demi-solde et les maçons du quai de Gêvres. Quand j’appelle Napoléon l’usurpateur ou l’aventurier Corse, les maréchaux de l’empire les va-nu-pieds et les conventionnels, les assassins ou les buveurs de sang, je parle comme les amis du comte d’Artois. De même, j’ai reproduit dans toute leur atrocité les propos sanguinaires des fédérés bonapartistes contre les nobles et les monstrueuses menaces de répression proférées à Grand et à Londres par les émigrés. L’historien ne doit pas seulement raconter les événements, il doit aussi, selon le mot de Saint-Marc-Girardin, « faire revivre les passions qu’on n’a plus » (Extrait de la Préface) Le 1815 de Henry Houssaye est un ouvrage inouï où l’on suit, au jour le jour, parfois même d’heure en heure, le déroulement haletant des événements. Par son style alerte, sa précision éclairante du détail, sa minutie, son souffle dans l’évocation, sa documentation faramineuse et toujours édifiante, 1815 (dont voici le second tome) donne la fascinante impression de remonter deux siècles de temps et d’être immergé au coeur de l’Histoire aux instants décisifs et précis durant lesquels elle se déroule le plus intensément. C’est certainement un des plus brillants, des plus complets et des plus compréhensibles ouvrages sur la chute du Premier Empire. Le présent tome porte exclusivement sur les quelques jours (15 au 18 juin) durant lesquels se déroulent la préparation, la bataille proprement dite et les suites immédiates de la défaite qui marquent la fin programmée des Cent-Jours.

Le site des passionnés d'histoire et de littérature, de la Révolution française à la Première Guerre Mondiale