Archives de catégorie : Livres Première Guerre Mondiale

Les livres consacrés à la période de la Première Guerre Mondiale.

Chansons des tranchées – Jean-François Saint-Bastien

Chansons des tranchées
Chansons des tranchées

DATE DE PARUTION : 07/04/2016
EDITEUR : Editions Sutton
COLLECTION : Evocations
EAN : 9782813809179
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 192
POIDS : 0,500 Kg
DIMENSIONS : 16 x 23 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Résidant dans les Ardennes et originaire de la Meuse, deux départements sévèrement frappés par la première guerre mondiale, Jean-François Saint-Bastien conduit des recherches historiques depuis une dizaine d’années, principalement sur cette période. Musicien et chanteur depuis son enfance, il fait aujourd’hui partie de l’ensemble Solichor, chorale rattachée au CRD des Ardennes après avoir chanté parmi les chœurs Guillaume de Machault.
Le croisement entre l’Histoire et la musique l’a conduit à s’interroger sur les chansons de cette période.
Présentation de l’éditeur :
A la Belle Epoque, la TSF n’en est encore qu’à ses balbutiements et la chanson est un vecteur de diffusion à part entière. Elle traite de tous les sujets du quotidien. Sa diffusion se fait oralement dans les cafés, les théâtres, ou tout simplement dans la rue. Les partitions sont imprimées par des éditeurs et parfois vendues directement par les chanteurs eux-mêmes. La Grande Guerre va offrir d’autres sujets aux compositeurs.
On estime à environ 30 000 le nombre de chansons écrites au front ou à l’arrière par des auteurs déjà renommés ou d’illustres inconnus. Certaines sont des créations, avec une musique originale, mais beaucoup sont écrites sur un air déjà fredonné par tous. Avec plus de 130 chansons au texte intégralement reproduit, Jean-François Saint-Bastien retrace la vie des poilus et de ceux de l’arrière durant la première guerre mondiale.
Humoristiques, dramatiques, poétiques, propagandistes, contestataires, ces chants commentés par l’auteur vous replongeront dans l’univers des tranchées. Jean-François Saint-Bastien signe ici son troisième ouvrage consacré à la première guerre mondiale. Après Les Animaux dans la Grande Guerre et S’écrire pendant la Grande Guerre, il a choisi un nouvel angle pour traiter du conflit. Chanteur et musicien amateur, passionné d’histoire, il réussit à nous faire partager ses différentes passions dans cette nouvelle rétrospective illustrée.

Photographier la Grande Guerre – Joëlle Beurier

Photographier la Grande Guerre
Photographier la Grande Guerre

DATE DE PARUTION : 01/04/2016
EDITEUR : Presses Universitaires de Rennes Editions
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782753543614
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 464
POIDS : 0,570 Kg
DIMENSIONS : 16,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : Couleurs et N & B
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Joëlle Beurier est historienne des médias, docteure de l’Institut universitaire européen de Florence, et enseigne à l’université de Reims. Elle a co-dirigé en 2014 un ouvrage sur le photojournalisme Le photojournalisme des années 1930 à nos jours, et a publié, en 2014 un ouvrage sur les albums personnels des soldats-photographes de la Grande Guerre 14-18 insolite. Albums-photos des soldats au repos.
Présentation de l’éditeur :
Le 1er décembre 1918, à la Une du photo-magazine de Francfort, Das Illustrierte Blatt, les soldats allemands défilent triomphalement malgré l’armistice et la défaite; dans le même temps, la France, victorieuse mais meurtrie, panse ses plaies. Déjà, les hebdomadaires illustrés révèlent deux regards discordants sur une expérience de la guerre pourtant commune.
Aux origines de ce hiatus, lourd de conséquences, se trouve la représentation de l’héroïsme des combattants tel que les images de presse l’ont véhiculé durant
la Grande Guerre. En France, après quelques mois d’images trompeuses, la vérité s’installe grâce à la publication des photographies prises, sous les obus,
par les soldats eux-mêmes : la vision héroïco-épique de la guerre disparaît, sa réalité meurtrière s’étale, chaque semaine, devant les lecteurs.
En revanche, à l’est du Rhin, la compétence et la sévérité des autorités de censure réduisent à néant les velléités photojournalistiques modernes des
illustrés allemands et maintiennent une information visuelle traditionnelle, contrôlée et triomphante. Chaque peuple en tire une vision antithétique des
combats et de l’Histoire, porteuse du germe de la discorde qui les enflammera à nouveau, vingt ans plus tard.

1914, un destin alsacien – Achille Walch

1914, un destin alsacien
1914, un destin alsacien

DATE DE PARUTION : 25/03/2016
EDITEUR : Editions Atlande
COLLECTION : Témoignages
EAN : 9782350303215
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 200
POIDS : 0,000 Kg
DIMENSIONS : 12 x 18 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Achille Walch (1899-1973), jardinier alsacien.
Présentation de l’éditeur :
1914. La guerre fait irruption dans un monde villageois qui va être arraché à lui-même. Entre Belfort et Mulhouse, à Carspach, un petit peuple d’ouvriers et de paysans se retrouve sur la ligne de front avant d’être déplacé par l’autorité allemande à l’autre extrémité de l’Alsace. Un père, Moritz, se réfugie en France. Son fils, Achille, devient malgré lui soldat du Kaiser ; il a 17 ans. Tous deux reviendront à Carspach, et chacun restera marqué à jamais par les événements. Achille tient des carnets en allemand, dont il tire ses mémoires. Le présent ouvrage, traduit en français, en retient la première partie jusqu’en 1923. Elle fait revivre la guerre des civils et des militaires, le destin d’une région frontalière chahutée entre la France et l’Allemagne et le voyage initiatique d’un jeune homme entrant dans l’âge adulte.

L’illustration – Verdun par ceux qui l’ont vécu

L'illustration - Verdun par ceux qui l'ont vécu
L’illustration – Verdun par ceux qui l’ont vécu

DATE DE PARUTION : 11/02/2016
EDITEUR : Editions Michel Lafon
COLLECTION : Beaux Livres
EAN : 9782749928371
Caractéristiques :
RELIURE : Relié
NOMBRE DE PAGES : 143
POIDS : 1,590 Kg
DIMENSIONS : 27 x 35 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Au jour le jour, les archives exceptionnelles de L’Illustration relatent par les textes d’analystes, d’écrivains et de combattants, par des photos irremplaçables, des dessins réalisés sur le vif, ou même des bandes dessinées humoristiques, ce que fut cette bataille titanesque. Les témoignages exceptionnels des deux commandants en chef sur le terrain – Pétain et le Kronprinz Guillaume – écrits en 1928 pour le 10e anniversaire de l’armistice donnent une valeur historique à cet ouvrage sans précédent.
Présentation de l’éditeur :
La bataille de Verdun résume à elle seule toute la Première Guerre mondiale. Durant presque un an, du 21 février au 9 décembre 1916, plus de 2 millions d’hommes, Allemands et Français, s’y affrontent dans la boue des tranchées, sous un déluge de milliers de tonnes d’obus. Plus de 700 000 hommes y sont tués ou blessés, sans aucun résultat, si ce n’est que l’ampleur démesurée des moyens en hommes, munitions et artillerie déployés en vain par les Allemands – qui ne parviennent ni à réaliser la percée escomptée, ni à prendre Verdun, ni même à mettre l’armée française à genoux – les prive après Verdun de toute réserve et les contraint dès janvier 1917 à la défensive. Au contraire, l’armée française y remporte une victoire défensive – sans aucun gain de territoire – mais surtout s’y forge, sous le fer et le feu, une certitude, résumée par le fameux ordre du jour de Pétain : « On les aura ! »

Verdun 1916

Verdun 1916
Verdun 1916

DATE DE PARUTION : 12/11/2015
EDITEUR : Editions Tallandier
COLLECTION : Essais historiques
EAN : 9791021016385
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 320
POIDS : 0,425 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 21,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Antoine Prost est un historien français, président de la Mission du centenaire et auteur de très nombreux ouvrages reconnus.
Historien allemand, Gerd Krumeich est un spécialiste de la Première Guerre mondiale.
Présentation de l’éditeur :
Du 21 février au 19 décembre 1916, les armées françaises et allemandes s’affrontent à Verdun. Écrite par deux grands historiens de la Grande Guerre, l’un allemand, l’autre français, cette histoire de la plus célèbre des batailles est la première à croiser les deux points de vue.Verdun a été la bataille la plus longue, la plus dévastatrice – 700 000 pertes, dont 300 000 morts– et la plus inhumaine de la Première Guerre mondiale : violence extrême des combats, souffrances inouïes des soldats sur un terrain transformé en enfer, tout cela pour un résultat militaire dérisoire.Cent ans plus tard, la bataille de Verdun interroge toujours autant les historiens. Pourquoi a-t-elle eu lieu et a-t-elle duré presque un an ? Comment s’expliquent les premiers succès allemands ? Pourquoi et comment les Français ont-ils résisté ? Pourquoi cette bataille a-t-elle dans la mémoire française un statut si exceptionnel ? Avec finesse et perspicacité, Antoine Prost et Gerd Krumeich s’unissent pour suivre les soldats et leurs chefs des deux côtés de la ligne de front. En décrivant avec minutie leur quotidien et en suivant l’évolution de l’opinion publique, de 1916 à nos jours, ils racontent comment s’est construit le « mythe » Verdun, jusqu’à devenir le symbole même de la Grande Guerre.

Tranchées – Confidences d’un soldat d’infanterie – Carlo Salsa

Tranchées - Confidences d'un soldat d'infanterie - Carlo Salsa
Tranchées – Confidences d’un soldat d’infanterie – Carlo Salsa

DATE DE PARUTION : 15/09/2015
EDITEUR : Belles Lettres
COLLECTION : Mémoires de guerre
EAN : 9782251310145
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 309
POIDS : 0,330 Kg
DIMENSIONS : 12,5 x 19 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Carlo Salsa (1893-1962) est un journaliste, écrivain et scénariste italien qui voit dès 1908 ses nouvelles et poésies publiées dans des revues littéraires. Après avoir combattu dans l’infanterie de 1914 à 1917, de retour du front, il retourne à ses passions : la littérature et le cinéma et devient vice-président de la Société italienne des auteurs et des éditeurs. Il écrit pour la radio, le théâtre et le cinéma.
Il a participé par exemple au scénario du Roi s’amuse, de Mario Bonnard avec Michel Simon (sorti en 1941) et de La Grande Guerre, de Mario Monicelli (sorti en 1959).
Stéphanie Laporte (née en 1967), est enseignante, traductrice et chercheur en littérature italienne des XXe et XXIe siècles. Elle a notamment publié des travaux sur la Première Guerre mondiale et le fascisme.
Présentation de l’éditeur :
Carlo Salsa (1893-1962) est envoyé au front sur le Karst dès l’entrée en guerre de l’Italie en 1915. Il y reste quinze mois, avant d’être blessé puis retenu prisonnier par les Autrichiens. Trincee [Tranchées] est le récit de son expérience au front : journal d’un soldat de première ligne, dénonciation implacable de la conduite de la guerre par un homme du « troupeau », c’est un document historique qui ne cède ni à la rhétorique nationaliste des années de guerre, ni à sa récupération par le fascisme naissant.
Dès sa parution en Italie, en 1924, le livre est censuré. Redécouvert à la fin du XXe siècle, à la faveur de nouvelles recherches historiographiques sur la Grande Guerre, il a connu depuis plusieurs rééditions jusqu’à aujourd’hui. La réception de cet ouvrage, tardive en Italie, fort discrète en Europe, reste très étonnante. Car non seulement Trincee est un récit d’une grande qualité littéraire, mais c’est aussi un livre d’une justesse historique remarquable.
Aucun épisode de la tragédie ne manque et la spécificité de la guerre italienne convainc rapidement le lecteur : des combats en montagne avec des positions autrichiennes avantageuses, le manque de moyens et d’armes de l’armée italienne, des choix tactiques inadaptés à la guerre de tranchées et au terrain alpin, le mépris de l’état-major pour les soldats, les épisodes de fraternisation, la pratique de la décimation, une rhétorique aussi meurtrière que les armes, les milliers de prisonniers qui meurent de faim dans les camps autrichiens.
La force de Trincee tient autant à la puissance du récit qu’à son authenticité : Carlo Salsa a vécu tous les événements qu’il raconte ; son témoignage est saisissant. Sa traduction en France pourra lui donner la place qu’il mérite au sein de la meilleure littérature européenne sur la Grande Guerre aux côtés de Erich Maria Remarque, de Andreas Latzko et de son compatriote Emilio Lussu (auteur des Hommes contre, traduction française 1995).

Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilrenko – Un soldat russe en France, 1916-1917 – Rémi Adam

Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilrenko - Un soldat russe en France, 1916-1917
Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilrenko – Un soldat russe en France, 1916-1917

DATE DE PARUTION : 30/10/2014
EDITEUR : Privat
COLLECTION : Destins de la grande guerre
EAN : 9782708905467
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 208
POIDS : 0,492 Kg
DIMENSIONS : 15 x 22 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Diplômé de Sciences-Politiques et docteur en histoire contemporaine, Rémi Adam est spécialiste de l’histoire du corps expéditionnaire russe en France durant la Première Guerre mondiale. Il est notamment l’auteur de : – 1915-1920. Histoire du corps expéditionnaire russe en France, les damnés de la guerre, Paris, L’Harmattan, 1996. – 1917. La Révolte des soldats russes en France, Pantin, Les bons caractères, 2007.
Présentation de l’éditeur :
Hiver 1915-1916 : vingt mille Russes sont envoyés en France pour combattre sur le front occidental, en échange de livraisons de fusils
et de munitions au régime tsariste. Une « véritable troupe d’élite, soigneusement sélectionnée, composée principalement de volontaires et de sujets de choix », est constituée. Mais, au printemps 1917, la chute du tsar Nicolas II et la victoire de la révolution insufflent un immense espoir de retour à ces soldats loin de leur patrie. Ils doivent alors affronter l’hostilité de leurs officiers mais aussi celle du gouvernement provisoire. Et de juin à septembre 1917, une mutinerie éclate qui sera sévèrement réprimée. Ils seront contraints de travailler encore deux ans, bien après la fin de la guerre.
Parmi ces hommes, Stéphane Ivanovitch Gavrilenko. Il est le seul dont les carnets de guerre nous sont parvenus. Ce journal décrit minutieusement un quotidien difficile, avec des accents nostalgiques et poétiques mais aussi teintés de dérision et d’amertume.
Ces carnets constituent une source historique précieuse et font revivre une aventure humaine que peu d’entre nous connaissent.
Jean Gavrilenko a entrepris de traduire les carnets de son père. Ce dernier fera partie des quelques centaines de soldats qui ont choisi de ne pas repartir en Russie et de s’installer en France.

1916 – L’enfer – Jean-Yves Le Naour

1916 - L'enfer
1916 – L’enfer

DATE DE PARUTION : 23/10/2014
EDITEUR : Perrin
COLLECTION : NC
EAN : 9782262030360
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 376
POIDS : 0,465 Kg
DIMENSIONS : 14 x 21 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Docteur en histoire et documentariste, Jean-Yves Le Naour, spécialiste de la Grande Guerre, est l’auteur de nombreux ouvrages sur le sujet dont, chez Perrin, Les Soldats de la honte (Grand Prix d’histoire Ouest-France), et 1914 et 1915.
Présentation de l’éditeur :
Après les cruelles désillusions de 1914 et les offensives répétées, aussi meurtrières que vaines, de 1915, les stratèges tirent en 1916 les leçons de la guerre des tranchées et envisagent désormais de mener le conflit en scientifiques : finies les attaques à outrance de l’infanterie, place au feu roulant de l’artillerie, aux orages d’acier qui doivent tout annihiler sur leur passage. Et pourtant, malgré les dizaines de millions de bombes lancées sur Verdun ou sur la Somme, le sacrifice des soldats français ou allemands a raison des espoirs placés dans ces batailles de matériel.
Les opinions s’émeuvent, les députés ruent dans les brancards, l’Autriche-Hongrie s’épuise, la Russie se disloque, la Roumanie est écrasée, le pacifisme relève la tête et les poilus commencent à affirmer qu’ils en ont assez ! Mais comment sortir de l’abîme ?
Tandis que la Grande-Bretagne est prête à se battre jusqu’au dernier Français, l’Allemagne affamée hésite entre une paix négociée et le jusqu’auboutisme de la guerre sous-marine, et les États-Unis, en embuscade, se verraient bien en faiseurs de paix sur le Vieux Continent.
Avec le sens du récit qu’on lui connaît, Jean-Yves Le Naour alterne les points de vue d’en haut et d’en bas, et nous fait pénétrer dans les coulisses de la vie politique comme dans les cuisines des états-majors. Après 1914. La grande illusion et 1915. L’enlisement, 1916. L’enfer est le troisième volume d’une série qui renouvelle l’histoire de la Grande Guerre.

Héros oubliés – 14-18, les animaux dans la Grande Guerre – Jean-Michel Derex

Héros oubliés - 14-18, les animaux dans la Grande Guerre
Héros oubliés – 14-18, les animaux dans la Grande Guerre

DATE DE PARUTION : 09/10/2014
EDITEUR : Pierre de Taillac
COLLECTION : Beaux Livres
EAN : 9782364450431
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 176
POIDS : 0,925 Kg
DIMENSIONS : 22 x 29,7 cm
ILLUSTRATIONS : plus de 200 photographies rares ou inédites.
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Jean-Michel Derex se met à l’ouvrage afin de réhabiliter les « héros oubliés ». Historien reconnu pour son admirable travail sur les questions environnementables[…], il décide de s’investir, comme d’habitude, avec rigueur.[…] Son écriture vive, sans cesse ponctuée de références et d’anecdotes, nous entraîne dans une épopée liant inévitablement le destin des hommes et des animaux. »
Présentation de l’éditeur :
Chevaux, chiens, chats, vaches, ânes, pigeons… Lors de la Première Guerre mondiale, des millions d’animaux ont accompagné les hommes, soldats et civils, pour le meilleur et le pire. Les hommes ne sont pas en effet les seuls à vivre, à souffrir et à mourir sur les champs de bataille : c’est aussi le sort des animaux qui les accompagnent. À ce titre, le genre animal embrigadé dans la boucherie de la Première Guerre mondiale est le cruel miroir de la guerre des poilus, tant bêtes et humains sont unis dans les tranchées.
L’armée emploie alors à des fins diverses des millions d’animaux. Chevaux, chiens, pigeons voyageurs sont utilisés pour communiquer, monter le guet, transporter les troupes et les canons, sauver les blessés. Il y a aussi les espèces dont le soldat se passerait bien et qui hantent sa vie quotidienne : rats, poux, mouches…
Dans cette mobilisation, les chevaux sont mis à dure contribution. Pourtant, la Grande Guerre constitue un moment capital de rupture entre le cheval et l’homme au combat : sous la contrainte du feu moderne, le second doit accepter de cesser de « faire corps » avec celui-ci. À ce titre, les taxis de la Marne marquent la fin d’une époque. Certains cavaliers transfèrent alors pratiques et représentations sur d’autres montures, investies à leur tour de l’ancien imaginaire équestre : celle des chars, celle des avions.
À l’issue du conflit, malgré les services rendus, alors qu’il a été tellement présent – même indispensable – lors de la guerre, l’animal perd sa place de choix. Il faut attendre 1982 pour que Michael Morpurgo écrive le roman Cheval de guerre, adapté à l’écran en 2011 par Steven Spielberg.

Images interdites de la Grande Guerre – Hélène Guillot

Images interdites de la Grande Guerre
Images interdites de la Grande Guerre

DATE DE PARUTION : 09/10/2014
EDITEUR : PUR
COLLECTION : HC
EAN : 9782753534841
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 192
POIDS : 1,154 Kg
DIMENSIONS : 22,5 x 28,7 cm
ILLUSTRATIONS : Couleurs et N & B
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Hélène Guillot est officier de l’armée de Terre, archiviste-documentaliste, responsable des fonds contemporains de l’armée de Terre du Service historique de la Défense. Elle a d’abord passé 8 ans à l’Etablissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense où elle a été chargée du traitement documentaire des fonds photographiques et audiovisuels.
Présentation de l’éditeur :
Premier organisme de production d’images officielles en Europe, la section photographique de l’armée (SPA) est créée en 1915 pour fabriquer jusqu’en 1919 l’image officielle de la guerre en France. L’exposition présentée à la Sorbonne restitue une partie de ce fonds à travers des vues qui n’ont jamais eu le droit de paraître. Censurées dès leur production, pour des raisons stratégiques ou diplomatiques, elles ont toutefois été inventoriées et conservées.
Ce catalogue présente une sélection de ces images interdites à la diffusion pendant la Grande Guerre. Plus, historiens et sémiologues proposent des analyses individuelles. Chaque image révèle des informations devant restées secrètes aux contemporains de la guerre. Quelles sont-elles ? Quel est l’intérêt de l’Etat ? Quelles sont ces images, dont la révélation mettrait en péril la France en guerre ? Autour de la sélection sont également proposés des éléments nécessaires à sa compréhension : les conditions de production, l’existence parallèle de la section cinématographique de l’armée, le matériel utilisé, l’origine des photographes mais aussi des reproductions d’archives comme les livres de censure, les fiches rédigées par les opérateurs.