Archives par mot-clé : 1814

Napoléon – Les années difficiles – Francis Berger

Napoléon - Les années difficiles
Napoléon – Les années difficiles

DATE DE PARUTION : 21/03/2016
EDITEUR : Editions Sutton
COLLECTION : Mémoire en images
EAN : 9782813809131
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 128
POIDS : 0,400 Kg
DIMENSIONS : 16 x 23 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Fasciné par l’homme autant que par le conquérant, Francis Berger collectionne les images de tout ce qui évoque le souvenir de Napoléon et du Premier empire. Il livre ici un album personnel qui s’adresse aux milliers de français admirateurs de l’Empereur.
Présentation de l’éditeur :
Après son abdication, le 4 avril 1814, Napoléon est exilé à l’île d’Elbe. Commencent alors les années difficiles. Depuis le débarquement de Golfe-Juan jusqu’à Waterloo, puis de l’île d’Aix à Sainte-Hélène, ce sont ces dernières années que Francis Berger évoque ici en images. Tout au long du XIXe siècle et jusqu’au début du XXe, l’iconographie sur Napoléon abonde… Tableaux, gravures, cartes postales : les images entretiennent le souvenir de l’Empereur.
Napoléon fabriqua sa légende de son vivant à partir de ses réussites mais aussi de ses échecs, qui furent provoqués parfois. Et ses ennemis entretinrent cette légende naissante sans le vouloir… Feuilletons ensemble quelques pages du mythe.

1814, la campagne de France

1814, la campagne de France
1814, la campagne de France

DATE DE PARUTION : 17/03/2016
EDITEUR : Editions Perrin
COLLECTION : Synthèses historiques
EAN : 9782262064983
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 450
POIDS : 0,480 Kg
DIMENSIONS : 14 x 21 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Contributions de : Pierre Branda, Jean-François Brun, Guy Carrieu, David Chanteranne, Annie Crépin, Bruno Colson, Francis Démier, Nicolas Dohrmann et Bertrand Fonck, Alan Forrest, Patrice Gueniffey, Vincent Haegele, Peter Hicks, François Houdecek, Sylvain Pagé, Chantal Prévot, Jean-Philippe Rey, Jean-Philippe Rey, Marie-Pierre Rey, David Rouanet, Michel Roucaud, Charles-Eloi Vial.
Présentation de l’éditeur :
La fin de l’Empire par les meilleurs spécialistes européens.
En dépit de son issue tragique, la campagne de France constitue un chapitre de choix du livre d’heures de la mythologie napoléonienne. Avec à peine cinquante mille hommes, l’Aigle « rechausse ses bottes de 93 » et remporte – à un contre dix – une série de victoires éclatantes avant de tomber, victime des intrigues de Talleyrand et de la trahison des maréchaux.
Pour donner enfin sa place à l’histoire, Patrice Gueniffey et Pierre Branda ont rassemblé autour d’eux les meilleurs historiens de la période. Ils analysent et racontent tous les aspects – politiques, diplomatiques, sociétaux, mémoriels et naturellement militaires – d’une guerre de cent jours, en ayant également soin d’ouvrir le propos à des problématiques jamais traitées comme l’engagement des alliés ou l’histoire régionale. Ils démontrent enfin comment le drame est devenu mythe dans une dernière partie consacrée à la postérité de 1814.
Publié à l’initiative et avec les soutiens du conseil général de l’Aube et de la Fondation Napoléon, cet ouvrage de référence manquait ; il change les perceptions sur le crépuscule du roman de la vie napoléonienne.

L’adieu à l’Empire – Napoléon, de Leipzig à l’île d’Elbe

L'adieu à l'Empire - Napoléon, de Leipzig à l’île d’Elbe
L’adieu à l’Empire – Napoléon, de Leipzig à l’île d’Elbe

DATE DE PARUTION : 26/02/2016
EDITEUR : Editions Vuibert
COLLECTION : NC
EAN : 9782311101089
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 288
POIDS : 0,395 Kg
DIMENSIONS : 15 x 22 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Thierry Nélias a travaillé comme correspondant pour un quotidien régional. Il a déjà publié Des Français face à l’invasion, un essai sur la débâcle de 1940.
Présentation de l’éditeur :
Octobre 1813, la Grande Armée est défaite à Leipzig. En quelques semaines, l’empire bâti par Napoléon va s’écrouler. Bientôt, Paris sera occupé. Vaincu, destitué, l’Empereur est condamné à l’exil. En chemin vers l’île d’Elbe, il traverse la France sous bonne garde et découvre un pays déchiré. Ballotté entre les vivats de la foule et ses lazzis haineux, il manque plus d’une fois de se faire tuer, se déguise pour ne pas être reconnu, change d’itinéraire… De Leipzig à Paris, puis de Fontainebleau à Saint-Raphaël, nous suivons, pas à pas, un homme aux ambitions brisées.
Tandis qu’il s’achemine vers la terre de son exil, le sort de la France bascule, l’impératrice Marie-Louise s’en retourne en Autriche, anéantissant les rêves dynastiques de son époux, et Louis XVIII débarque à Calais pour relever le trône de ses ancêtres. A travers ce récit vivant et surprenant, Thierry Nélias brosse le tableau d’un Empire à son crépuscule. Celui de la France qui refuse de renoncer à sa grandeur.

Un tsar à Paris, 1814 – Alexandre Ier et la chute de Napoléon

Un tsar à Paris - 1814. Alexandre Ier et la chute de Napoléon
Un tsar à Paris – 1814. Alexandre Ier et la chute de Napoléon

DATE DE PARUTION : 23/09/2015
EDITEUR : Flammarion
COLLECTION : Champs histoire
EAN : 9782081366558
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 325
POIDS : 0,236 Kg
DIMENSIONS : 10,9 x 17,8 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Marie-Pierre Rey, ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, professeur d’histoire russe à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, est l’auteur de la biographie de référence d’Alexandre Ier, traduite en russe et en anglais, et de L’Effroyable Tragédie. Une nouvelle histoire de la campagne de Russie, couronné en 2012 par le prix de la Fondation Napoléon.
Présentation de l’éditeur :
Le 31 mars 1814, à l’issue d’une bataille féroce qui a fait quinze mille morts en moins de vingt-quatre heures, le tsar Alexandre Ier entre triomphalement dans les rues de Paris. C’est la fin de la campagne de France menée par les Russes et leurs alliés, et l’effondrement de l’Empire napoléonien. L’occupation russe durera le temps d’un printemps. Cette brève période, méconnue, est pourtant cruciale dans notre histoire. D’abord, politiquement, le pouvoir change de mains : Napoléon abdique à Fontainebleau et part pour l’île d’Elbe, cependant que Louis XVIII, revenu d’Angleterre, accède au trône. Sur le plan géographique, ensuite : le traité de Paris fixe les nouvelles frontières de la France, prélude au congrès de Vienne qui, quelques mois plus tard, redessinera la carte de l’Europe. Culturellement enfin, les Cosaques, qu’on croise en bonnets de fourrure dans les allées des Tuileries, laisseront des traces durables dans les mémoires, à commencer par le mot même de « bistrot ». En s’appuyant sur de très nombreuses sources, tant françaises que russes, Marie-Pierre Rey fait toute la lumière sur cet épisode, et notamment sur le rôle clé d’Alexandre Ier, défenseur du libéralisme, dans l’infléchissement des Bourbons vers le respect des libertés individuelles et l’octroi de la charte constitutionnelle qui restera en vigueur jusqu’en 1830. Sans les Russes, en somme, la face de la Restauration eût été bien différente.

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

Le Sud-Ouest, la France et l'Europe à la fin de l'Empire napoléonien
Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

DATE DE PARUTION : 22/09/2015
EDITEUR : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine
COLLECTION : N.C.
EAN : 9782858924493
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 280
POIDS : 0,464 Kg
DIMENSIONS : 16 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Laurent Coste, Professeur d’histoire moderne à l’Université Bordeaux Montaigne, s’intéresse aux élites municipales françaises sous l’Ancien Régime, la Révolution et l’Empire. Il co-anime l’axe « Élites » du Centre d’Études des Mondes Moderne et Contemporain (CEMMC) dirigé par Michel Figeac.
Présentation de l’éditeur :
Le 12 mars 1814, le maire de Bordeaux, Jean-Baptiste Lynch, arborant la cocarde blanche, accueillait les Anglais en libérateurs. Il montrait ainsi aux Alliés qui envahissaient la France que les Bourbons représentaient une alternative crédible à Napoléon. Deux siècles après ces événements, ce ralliement, titre de gloire de la capitale girondine de 1815 à 1830, une vingtaine d’historiens français et étrangers, se retrouvaient, à l’initiative du Centre d’Etudes des Mondes Moderne et Contemporain, pour évoquer ces événements « marginaux » de la campagne de France, en les replaçant dans le contexte général. Les vingt communications ont été regroupées en trois thématiques successives : la dislocation de l’Europe napoléonienne ; d’une fidélité l’autre, la fin du grand Empire ; le Sud-Ouest, terrain d’action périphérique ou centre d’impulsion du retour des Bourbons.

L’île d’Elbe et le retour de Napoléon – 1814-1815 – Pierre Branda

L'ile d'Elbe et le retour de Napoléon - 1814-1815
L’ile d’Elbe et le retour de Napoléon – 1814-1815

DATE DE PARUTION : 24/04/2015
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782343059228
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 98
POIDS : 0,385 Kg
DIMENSIONS : 19 x 26 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Pierre Branda, historien, est directeur du service Patrimoine de la Fondation Napoléon. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’empereur (Fayard, Tallandier).
Son dernier ouvrage : Napoléon et ses hommes. La Maison de l’empereur, Fayard (2012).
Présentation de l’éditeur :
« Rien dans l’histoire n’a ressemblé à ce quart d’heure » écrira victor Hugo à propos de l’épopée des Cent-Jours. Mais comment fut-elle rendue possible ? Pourquoi l’île d’elbe ne fut pas cette « île du repos » promis à Napoléon ? À la suite du hors série consacré à la Campagne de 1814, cet album s’intéresse, avec de nombreuses images et cartes à l’appui, à l’exil de Napoléon à l’île d’elbe, ce royaume lilliputien qu’il reçut en échange de sa renonciation au trône. retrouvant son énergie après les cruels jours d’avril 1814 où il manqua de sombrer, l’empereur allait transformer son île pour mieux renaître moralement. Mais on intriguait contre lui à vienne comme à Paris. entouré d’ennemis, les périls étaient nombreux. Sous des dehors bonhommes, l’empereur de ce « carré de choux » selon la formule célèbre de Chateaubriand s’employa à déjouer les pièges qui lui étaient tendus. Partant, il masqua ses intentions jusqu’au dernier moment. Le livre reviendra sur les raisons de son départ et apportera des éclairages nouveaux sur ce qui restera longtemps une énigme. Puis ce fut le temps de l’aventure, de la grande aventure. La traversée maritime vers la France fut hautement périlleuse. un vent contraire aurait pu en effet tout compromettre. Le lecteur comprendra mieux son périple à l’aide de cartes détaillées soulignant les dangers qu’il rencontra. Son débarquement à golfe Juan le 1er mars 1815 ne fut pas moins risqué. L’album le suit ensuite dans sa remontée sur Paris sur les chemins de ce qui deviendra la « route Napoléon ». au fil des jours, l’armée se rallia comme un seul homme rendant possible un « vol de l’aigle » jusque là improbable. après vingt jours incroyables, l’histoire se terminera près des tours de Notre-Dame.

Journal de voyage : bicentenaire de la campagne de France 1814 (2 tomes)

Campagne de France, 1814, tome I
Campagne de France, 1814, tome I

Campagne de France, 1814, tome II
Campagne de France, 1814, tome II
Souscription : jusqu’au 15/05/2015
Bon de souscription : Téléchargez-le ici !
Prix : 54 Euros (45 Euros + 9 Euros de frais de port)
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 228 et 192
POIDS : — Kg
DIMENSIONS : 21 x 29,7 cm
ILLUSTRATIONS : N.C.
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Auteurs : Emmanuel et Nicole POUCET
Présentation de l’éditeur :
1814 appartient à la grande histoire napoléonienne : Montmirail, Champaubert, Montereau, Craonne, Reims, les Adieux, toutes scènes de l’acte final d’une tragédie à l’Antique inscrites dans la mémoire collective.
2014 fut un beau bicentenaire fruit d’initiatives multiples, révélateur du dynamisme des associations, expression de l’histoire de France. La cé-lébration multiforme de cette campagne légendaire mérite d’être gardée en mémoire. C’est pourquoi, il nous est venu à l’esprit de réaliser un livre témoignage de ce que fut ce magnifique évènement.
Ainsi, au fil de nos pérégrinations en Champagne, pas-sant par Ailleville, Arcis sur Aube, Ballancourt, Bar sur Aube, Bar sur Seine, Brienne, Châlons en Champagne, Charmont sous Barbuise, Château-Thierry, Chatillon sur Seine, Chaumont, Chevannes, Craonne, Eclaron, Fontainebleau, Juvisy, La Chaussée sur Marne, Laon, L’Echelle, Montmirail, Montereau, Nogent sur Seine, Paris, Piney, Reims, Troyes, La Fère, Saint-Dizier, Tin-queux, Villeneuve-les-Bordes, Vitry, nous appuyant sur nos observations, notre ressenti, en les illustrant de plusieurs centaines de photographies, nous avons transcrit nos impressions dans un « journal de voyage : bicentenaire de la Campagne de France de 1814 ».

La France après Napoléon – Invasions et occupations (1814-1818) – Yann Guerrin

La France après Napoléon - Invasions et occupations (1814-1818)
La France après Napoléon – Invasions et occupations (1814-1818)

DATE DE PARUTION : 01/12/2014
EDITEUR : L’Harmattan
COLLECTION : Historiques
EAN : 9782343034454
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 326
POIDS : 0,430 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Yann Guerrin, agrégé et docteur en Histoire, enseigne en classe préparatoire aux grandes écoles à Nîmes. Ses recherches et publications l’ont amené à s’intéresser plus particulièrement au Premier Empire et à la Restauration.
Présentation de l’éditeur :
L’aventure napoléonienne se termine mal pour la France ! Entre 1814 et 1818, le pays subit deux invasions et deux occupations. Partout, les Français sont confrontés à la défaite et à l’occupation. Comment s’y résout un peuple accoutumé à vingt ans de gloire et de victoires ? En mars 1815, Napoléon reprend le pouvoir pour Cent-Jours et relance une guerre européenne qui se solde par la défaite de Waterloo du 18 juin 1815. Comment les Français font-ils face aux réquisitions, aux violences et à la durable humiliation de la présence quotidienne de l’ennemi ?

Napoléon perd l’Europe (janvier-avril 1814)

Napoléon perd l'Europe (janvier-avril 1814)
Napoléon perd l’Europe (janvier-avril 1814)

DATE DE PARUTION : 05/11/2014
EDITEUR : Economica
COLLECTION : Campagnes & Stratégies
EAN : 9782717867466
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 288
POIDS : 0,300 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Après une carrière d officier au sein de la DGSE, Gérard Bouan a publié en 2011 un ouvrage sur l’épopée napoléonienne La première campagne d’Italie, 1796-1797 aux éditions Economica.
Présentation de l’éditeur :
Ce 29 avril 1814, vers 11 heures du matin, la frégate anglaise Undaunted quitte de port de Fréjus emportant à son bord le nouvel empereur de l’île d’Elbe, Napoléon Bonaparte. Lui qui a imposé sa volonté à toute l’Europe continentale, fait trembler tous ces souverains et commandé des armées considérables, n’a maintenant pour tout royaume qu’un minuscule îlot en Méditerranée avec quelques dizaines de milliers de sujets et un millier de soldats.
Depuis la désastreuse campagne de Russie de 1812, son astre a pâli. Ses Alliés se sont dérobés les uns après les autres pour, pire, s’engager chez l’adversaire. Son armée, réduite à la seule armée française, se replie de partout. Il y a bien eu quelques victoires en Allemagne en 1813, mais aucune bataille décisive pour réellement redresser la situation.
Le 1er janvier 1814, les coalisés franchissent le Rhin, la campagne de France débute pour se solder par l’abdication de l’Empereur à Fontainebleau le 6 avril et l’entrée triomphante des Alliés dans Paris.
Pendant trois mois, Napoléon déploie une activité incroyable, est un stratège et un tacticien hors pair et fait appel au patriotisme des Français mais les hommes sont fatigués, le pays est épuisé. La cause est perdue.
Un siècle plus tard, ces mêmes champs de bataille de 1814 de l’est de la France seront à nouveau le décor de l’héroïsme et du sacrifice du soldat français lors de la première guerre mondiale.

Le Congrès de Vienne (1814-1815) – Carnet mondain et éphémérides – Robert Ouvrard

Le Congrès de Vienne (1814-1815) - Carnet mondain et éphémérides
Le Congrès de Vienne (1814-1815) – Carnet mondain et éphémérides

DATE DE PARUTION : 23/10/2014
EDITEUR : Nouveau Monde
COLLECTION : Bibliothèque Napoleon
EAN : 9782369420705
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 570
POIDS : 0,644 Kg
DIMENSIONS : 14 x 22,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Membre d’honneur de la Société Napoléonienne Internationale et membre du souvenir Napoléonien, il a été très tôt saisi par la fièvre napoléonienne. Installé sur les bords du Danube, il se consacre à l’étude des événements qui, par deux fois, amenèrent l’empereur des Français au coeur de la Monarchie des Habsbourg. Il aime transmettre ses connaissances aux groupes de passionnés qui font appel à lui ; ce qu’il fait également sur son site Internet consacré au Consulat et à l’Empire.
Français de naissance mais Viennois de coeur et de domicile depuis trente ans, Robert Ouvrard nous fait partager sa connaissance intime des lieux et presque des mentalités. Il a déjà publié Iéna avec Napoléon et Sous le soleil d’Austerlitz, aux éditions Cosmopole.
Présentation de l’éditeur :
Le 31 mars 1814, Paris tombe et l’Empereur avec elle. Napoléon est contraint d’abdiquer, le 6 avril. Le 30 mai par le Traité de Paris : la France est réduite au territoire qu’elle possédait en 1792 et il est décidé qu’un congrès se tiendra à Vienne pour décider du sort des territoires repris à Napoléon.
Pendant près d’un an, Vienne vivra au rythme de la diplomatie européenne. La ville a été choisie pour sa situation centrale, mais aussi et surtout pour les ressources, distractions et fêtes qu’elle peut offrir, afin de rendre plus agréable un congrès que l’on prévoit long et difficile. En effet, il ne s’agit pas moins que de redessiner la carte de l’Europe. Et c’est davantage dans les fêtes que les négociations progressent, que dans les réunions diplomatiques beaucoup plus rares. On comprend ainsi mieux la célèbre phrase du prince de Ligne : « Le Congrès n’avance pas, il danse. »
Grâce à des éphémérides et témoignages choisis, Robert Ouvrard nous fait entrer dans les hauts lieux mondains de Vienne, au cœur de négociations politiques cruciales et des divertissements qui les entourent.