Archives par mot-clé : 1815

1815 – La terreur blanche

1815 La terreur blanche - Pierre Triomphe
1815 La terreur blanche – Pierre Triomphe

DATE DE PARUTION : 22/06/2017
EDITEUR : Privat
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782708969698
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 448
POIDS : 0.243 Kg
DIMENSIONS : 15 x 22 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Auteur : Pierre Triomphe.
Préface : Patrick Cabanel.
Présentation de l’éditeur :
L’ouvrage vise à retrouver la Terreur blanche, aussi bien en tant que moment historique que comme construction mémorielle en bonne partie fantasmée. L’expression désigne le dernier acte d’une montée aux extrêmes que connaît le Midi de la France depuis les dernières années de l’Empire, en bonne partie du fait des répercussions des événements nationaux. La première partie de l’ouvrage étudie ce processus de radicalisation, d’opposition toujours plus vive entre patriotes et royalistes. Il débouche sur une guerre civile à partir des Cent-Jours. La seconde partie est consacrée à l’étude de la réaction royaliste lors des premiers mois de la seconde Restauration, la Terreur blanche proprement dite. Caractérisée par de nombreux meurtres, des exactions multiples, dans un Midi plongé dans une forme de chaos en raison de l’effondrement des structures étatiques et de la concurrence de centres de pouvoir distincts (gouvernement royal, gouvernement du duc d’Angoulême à Toulouse), elle constitue une forme d’affirmation des classes populaires royalistes, aux dépens des patriotes, mais aussi plus généralement des élites politiques de tous bords, y compris royalistes. En dépit de ce contexte, son bilan (300 à 500 morts) reste relativement modéré par rapport à d’autres violences politiques du XIXe siècle. Sa résonance dans les mémoires et l’historiographie de cette période doit donc beaucoup aux controverses politiques qu’elle engendre, aussi bien à l’échelle nationale que méridionale. C’est à cette mémoire des événements, et à la construction de la « Terreur blanche » que s’attache la troisième partie de cet ouvrage. Portée essentiellement par la gauche libérale, elle donne sens aux événements, et participe à la construction de la figure d’un méridional primitif, violent et vindicatif. Elle s’estompe progressivement à la fin du siècle, avec la disparition du légitimisme comme force politique majeure.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Decitre.fr

Napoléon – Les années difficiles – Francis Berger

Napoléon - Les années difficiles
Napoléon – Les années difficiles

DATE DE PARUTION : 21/03/2016
EDITEUR : Editions Sutton
COLLECTION : Mémoire en images
EAN : 9782813809131
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 128
POIDS : 0,400 Kg
DIMENSIONS : 16 x 23 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Fasciné par l’homme autant que par le conquérant, Francis Berger collectionne les images de tout ce qui évoque le souvenir de Napoléon et du Premier empire. Il livre ici un album personnel qui s’adresse aux milliers de français admirateurs de l’Empereur.
Présentation de l’éditeur :
Après son abdication, le 4 avril 1814, Napoléon est exilé à l’île d’Elbe. Commencent alors les années difficiles. Depuis le débarquement de Golfe-Juan jusqu’à Waterloo, puis de l’île d’Aix à Sainte-Hélène, ce sont ces dernières années que Francis Berger évoque ici en images. Tout au long du XIXe siècle et jusqu’au début du XXe, l’iconographie sur Napoléon abonde… Tableaux, gravures, cartes postales : les images entretiennent le souvenir de l’Empereur.
Napoléon fabriqua sa légende de son vivant à partir de ses réussites mais aussi de ses échecs, qui furent provoqués parfois. Et ses ennemis entretinrent cette légende naissante sans le vouloir… Feuilletons ensemble quelques pages du mythe.

Chouans et Vendéens contre l’Empire – 1815. L’autre Guerre des Cent-Jours

Chouans et Vendéens contre l’Empire - 1815. L’autre Guerre des Cent-Jours
Chouans et Vendéens contre l’Empire – 1815. L’autre Guerre des Cent-Jours

DATE DE PARUTION : 05/11/2015
EDITEUR : Vendémiaire
COLLECTION : Révolutions
EAN : 9782363581877
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 380
POIDS : 0,328 Kg
DIMENSIONS : 14,6 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Docteur en histoire, Aurélien Lignereux est maître de conférences à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble. Il a notamment publié L’Empire des Français (1799-1815), tome I de l’Histoire de la France contemporaine, au Seuil, réédité en Points en 2014.
Présentation de l’éditeur :
À l’Ouest rien de nouveau, semble-t-il, en 1815 : conduits par des La Rochejaquelein, d’Autichamp, d’Andigné ou autres Charette, les Vendéens et les Chouans reprennent les armes pour le roi, tandis que Napoléon, revenu aux Tuileries, s’apprête à affronter l’Europe coalisée. Cette nouvelle guerre de l’Ouest n’aura duré que quarante jours. Conclue par deux défaites royalistes, elle aura fait quelques centaines de morts mais éloigné de Waterloo plusieurs milliers de soldats.
Conflit secondaire, peut-être, au regard de l’histoire militaire. Mais exemple saisissant d’apprentissage de la guerre conventionnelle par les paysans du Bocage. Surtout, épisode majeur pour l’histoire politique de la France au XIXe siècle : la prise d’armes de mai-juin 1815 constitue en effet, avec le soulèvement républicain de décembre 1851, la plus importante des mobilisations populaires en province.
Et ces paysans en armes n’ont rien de jouets manipulés par les nobles : la monarchie restaurée en fait l’expérience lorsqu’après la chute de Napoléon, il s’agira d’en finir avec l’organisation paramilitaire des paroisses, royaliste mais si menaçante pour l’ordre établi, constitutionnel et censitaire.

Le dernier voyage de l’empereur – Paris-Ile d’Aix, 1815

Le dernier voyage de l'empereur - Paris-Ile d'Aix, 1815
Le dernier voyage de l’empereur – Paris-Ile d’Aix, 1815

DATE DE PARUTION : 17/09/2015
EDITEUR : Vendémiaire
COLLECTION : Bibliothèque du XIXe siècle
EAN : 9782363581907
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 346
POIDS : 0,300 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Charles-Éloi Vial, docteur en histoire et spécialiste du Premier empire, est actuellement conservateur au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Il est également l’auteur de « L’Adieu à l’Empereur – Journal de Marie-Louise » paru aux éditions Vendémiaire en janvier 2015.
Présentation de l’éditeur :
« Qu’il parte, il ne saurait le faire trop tôt ! »
Nous sommes en juin 1815. Ces amères paroles de Caulaincourt, qui fut pourtant l’un des fidèles de l’Empereur, donnent bien le ton de la lassitude et de l’exaspération qui ont saisi les grands dignitaires de l’armée et de l’administration après la défaite de Waterloo. Désormais, Napoléon est seul pour assister à l’effondrement de son rêve, à la fin de l’extraordinaire aventure politique dans laquelle il a lancé le pays durant plus de quinze ans.
Tour à tour désemparé, abattu, plein d’illusions sur ses ressources ou la mansuétude de ses ennemis, fataliste, attaché aux symboles d’une cour disparue… C’est un homme à la dérive qui prend la route des ports de l’Ouest, et échoue à l’Île d’Aix, où se joue son destin.
C’est avec une extrême précision dans le détail et une remarquable acuité dans l’analyse psychologique que Charles-Éloi Vial retrace ici les étapes de ce douloureux itinéraire qui prendra fin sur le Bellérophon, quand Napoléon apprendra enfin qu’il doit être déporté à Sainte Hélène – passager malgré lui d’un dernier voyage qui l’éloigne définitivement de l’histoire de la France.

Walter Scott – De Waterloo à Paris, 1815

Walter Scott - De Waterloo à Paris, 1815
Walter Scott – De Waterloo à Paris, 1815

DATE DE PARUTION : 17/09/2015
EDITEUR : Mercure de France
COLLECTION : Le Temps retrouvé
EAN : 9782715241992
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 448
POIDS : 0,230 Kg
DIMENSIONS : 11 x 18 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Auteur : Walter Scott est un poète et écrivain écossais, né le 15 août 1771 à Édimbourg et décédé le 21 septembre 1832 à Abbotsford.
Présentation de l’éditeur :
Au lendemain de la bataille de Waterloo (18 juin 1815), l’écrivain écossais Walter Scott et trois de ses amis embarquèrent pour le Continent afin de prendre la mesure du «théâtre du plus grand événement de nos temps modernes». Outre le poème Le Champ de Waterloo, Scott livra ses impressions de voyage dans une série de seize lettres adressées par son double fictionnel, Paul, un gentilhomme écossais, à différents membres de son entourage, sélectionnant les sujets en fonction de ses destinataires.
Dans ces Lettres de Paul parues dès 1816, Scott privilégie une forme de récit qui donne une immédiateté étonnante à ses observations très détaillées tant sur les contrées traversées que sur les événements militaires et politiques de l’été 1815. Ses contacts avec des témoins directs, la véracité objective de son matériau narratif, comme sa capacité d’analyse donnent à son récit une richesse d’informations et une profondeur d’interprétation remarquables.
Au moment du bicentenaire de la bataille, ce témoignage qui n’a rien perdu de sa puissance évocatrice relève de ce que l’on appellerait aujourd’hui l’histoire immédiate. Il procure à son public un fort sentiment d’immersion dans une période fascinante dont on peut devenir, le temps d’une lecture, le contemporain.

Waterloo 1815 – Découverte du champ de bataille

Waterloo 1815 - Découverte du champ de bataille
Waterloo 1815 – Découverte du champ de bataille

DATE DE PARUTION : 09/07/2015
EDITEUR : Jourdan
COLLECTION : NC
EAN : 9782874663864
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 36
POIDS : 0,116 Kg
DIMENSIONS : 18 x 25 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Ecrit par l’ensemble des membre du comité chargé de la préservation du site et des guides du champ de bataille.
Présentation de l’éditeur :
Le Comité pour les études historiques de la bataille de Waterloo – dit le Comité de Waterloo – a pour but… De veiller à la protection du site de la bataille et à l’entretien des bâtiments anciens qui s’y trouvent . De commémorer par la réalisation de monuments ou de plaques les évènements qui se sont déroulés en juin 1815 . De favoriser les études historiques pour mieux connaître ces faits et leur importance dans l’évolution historique de l’Europe. Ce comité regroupe les plus grands spécialistes de la bataille et du camp de bataille. Il nous offre la nouvelle version du guide le plus complet, le plus rigoureux et le plus fouillé sur la bataille, sur lieu où elle se déroula et à propos de ses principaux acteurs.

Guide 1815 – Campagne de Belgique – Des monuments et des hommes

Guide 1815 - Campagne de Belgique - Des monuments et des hommes
Guide 1815 – Campagne de Belgique – Des monuments et des hommes

DATE DE PARUTION : 07/07/2015
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : NC
EAN : 9791091561815
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 82
POIDS : 0,274 Kg
DIMENSIONS : 19 x 26 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Les auteurs Yves Moerman et Yann Deniau, historiens et reconstitueurs, ont publié plusieurs titres sur le Premier Empire, dont le bien connu « 1815 Napoléon en campagne – heure par heure dans l’ombre de l’Empereur » aux Éditions Jourdan en 2008. Joeri de Rock
Présentation de l’éditeur :
En 1814, les armées impériales vaincues, Napoléon fut contraint d’abdiquer le 6 avril et prit le chemin de l’exil. Le traité de Paris ramena la France à ses anciennes limites et réunit la Belgique au royaume de Hollande. L’Empereur parti, les émigrés français rentrèrent chez eux et pensèrent qu’ils pourraient rétablir l’Ancien régime avec les privilèges que la Révolution avait abrogés. L’armée humiliée était mécontente et grognait, la France murmurait. Sur son île, Napoléon pensa que le pays réclamait son retour. Débarqué à Golfe-Juan le 1er mars 1815, il fut rejoint et acclamé par les troupes royales envoyées pour l’arrêter. Il arriva à Paris en vingt jours pour reprendre son trône. Son retour réveilla la coalisation de l’Europe entière, dont les rois se liguèrent à nouveau contre lui. Des troupes innombrables se dirigèrent vers la France pour l’envahir, pour en finir avec l’« Ogre corse » et rétablir définitivement Louis XVIII sur le trône. L’Empereur parvint à réunir une armée de 125 000 hommes en quelques semaines. En Belgique, les armées prussiennes du maréchal Blücher comptaient environ 120 000 hommes et les armées anglo-hollandaises 100 000 hommes, sous les ordres de Wellington. Napoléon prit l’initiative d’aller à leur devant. Il entra en Belgique avec ses troupes le 15 juin 1815. Après la victoire de Ligny, l’armée française avait rendez-vous avec l’Histoire dans les mornes plaines de Mont-Saint-Jean… Cet ouvrage présente les lieux remarquables qui subsistent de cette campagne de Belgique en juin 1815, et les monuments, stèles et plaques commémoratives qui en perpétuent la mémoire.

Waterloo 1815, la chute de l’Aigle – Kees Schulten

Waterloo 1815, la chute de l'Aigle
Waterloo 1815, la chute de l’Aigle

DATE DE PARUTION : 25/06/2015
EDITEUR : Jourdan
COLLECTION : Histoire napoléonienne
EAN : 9782874663963
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 243
POIDS : 0,327 Kg
DIMENSIONS : 14 x 21,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Kees Schulten a été chef du Service Historique de l’Armée des Pays-Bas de 1974 à 1989 et directeur du Rijksinstituut voor Oorlogsdocumentatie à Amsterdam de 1990 à 1995. Il est président d’honneur de la Commission Internationale d’Histoire Militaire.
Présentation de l’éditeur :
Pour la première fois, un ouvrage présente une analyse des différentes stratégies des protagonistes de cette terrible bataille, aspect jusqu’ici négligé.
Il va de l’étude des personnages et des stratèges que furent Wellington, Napoléon et Blücher, jusqu’à la révélation d’un élément que les Anglais ont longtemps occulté par chauvinisme : c’est l’armée des Pays-Bas et le prince d’Orange qui décidèrent réellement du sort de la bataille.
Kees Schulten étudie les événements les plus marquants d’une partie du front, qui fut certainement la plus importante. Il nous explique pourquoi ces épisodes, sans les Belgo-Hollandais, auraient pu précipiter les Anglais, en nombre insuffisant, dans la défaite.
La plupart du temps, les unités belgo-hollandaises sont englobées dans celles des Britanniques. Ce qui était loin d’être le cas lors de la bataille de Waterloo.
Ce livre présente une étude totalement originale d’un historien spécialisé en stratégie militaire, membre du Comité d’accompagnement scientifique international de Waterloo, dont les écrits font référence.

1815… Waterloo ! « morne plaine ! » – François Pernot

1815... Waterloo ! "morne plaine !"
1815… Waterloo ! « morne plaine ! »

DATE DE PARUTION : 11/06/2015
EDITEUR : Honoré Champion
COLLECTION : Champion histoire
EAN : 9782745330574
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 144
POIDS : 0,114 Kg
DIMENSIONS : 10,5 x 17,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
François Pernot, professeur d’histoire moderne à l’Université de Cergy-Pontoise, est un passionné d’histoire militaire, politique et diplomatique et d’histoire de l’événement. Prix Drouyn de Lhuys de l’Académie des Sciences morales et politiques en 2010, auteur de plusieurs ouvrages d’histoire pour les enfants, il aime à faire partager sa passion avec tous, jeunes et moins jeunes…
Présentation de l’éditeur :
1815… WATERLOO ! « MORNE PLAINE ! » Waterloo… pour certains le nom renvoie à une gare londonienne où, il y a peu de temps encore, arrivaient les Eurostars, pour d’autres, c’est le titre d’une chanson du groupe Abba, mais pour tous les amateurs d’histoire bercés par les vers célèbres de Victor Hugo – « morne plaine ! » où « La pâle mort mêlait les sombres bataillons » –,Waterloo évoque d’abord le nom de cette petite ville de Belgique, où, le 18 juin 1815, Napoléon est battu par Wellington. Waterloo… Le nom est synonyme de défaite militaire, comme Azincourt, une défaite anéantissant le Premier Empire. Simple et sans appel. Et pourtant ? Est-ce aussi simple ? En effet, depuis 200 ans, Waterloo semble être une énigme toujours posée, jamais résolue, une bataille à laquelle on ne comprend rien, tel Fabrice dans la Chartreuse de Parme… Et le nombre des publications et des controverses atteste de cette incompréhension : qui a fait quoi à Waterloo ? Quel était le plan de Napoléon ? Quelles ont été les erreurs stratégiques ? Tactiques ? Qui est responsable de la défaite ? Bourmont ? Grouchy ? Ney ? Napoléon ? Le sort de la bataille s’est-il joué sur une erreur de lecture de carte ? Quel fut le coût humain ? Et le « mot » de Cambronne ?… Bref, qu’est-ce que Waterloo ?

1815 – Tome 2 – Waterloo – Henri Houssaye

1815 - Tome 2 - Waterloo
1815 – Tome 2 – Waterloo

DATE DE PARUTION : 05/06/2015
EDITEUR : Editions PRNG
COLLECTION : NC
EAN : 9782366340556
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 298
POIDS : 0,550 Kg
DIMENSIONS : 16 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Henry Houssaye, né à Paris (1848-1911), est un historien initialement spécialisé dans la Grèce antique ; après la guerre de 1870 (à laquelle il participe brillamment comme officier), il se consacre totalement à l’histoire militaire de Napoléon Ier et publie sur le sujet deux monumentaux ouvrages définitifs : 1814 (en 1888) (près d’une centaine d’éditions !), et 1815, (en trois volumes). Il est élu à l’Académie française en 1894.
Présentation de l’éditeur :
Dans ce livre, qui est moins un chapitre de la vie de l’Empereur que l’histoire de la France pendant une année tragique, j’ai cherché à peindre les sentiments des Français de 1815 et à marquer leur action sur les événements. Napoléon, Louis XVIII, Talleyrand, Fouché, Ney, Davout, Carnot, restent au premier plan, mais non loin d’eux on voit les paysans, les bourgeois, les ouvriers, les soldats… J’ai tenté d’exprimer les idées et les passions de cette époque troublée avec le langage du temps. Quand je dis des mousquetaires les soldats d’antichambre, des vendéens les brigands et des prêtres les calotins, je parle comme les officiers à la demi-solde et les maçons du quai de Gêvres. Quand j’appelle Napoléon l’usurpateur ou l’aventurier Corse, les maréchaux de l’empire les va-nu-pieds et les conventionnels, les assassins ou les buveurs de sang, je parle comme les amis du comte d’Artois. De même, j’ai reproduit dans toute leur atrocité les propos sanguinaires des fédérés bonapartistes contre les nobles et les monstrueuses menaces de répression proférées à Grand et à Londres par les émigrés. L’historien ne doit pas seulement raconter les événements, il doit aussi, selon le mot de Saint-Marc-Girardin, « faire revivre les passions qu’on n’a plus » (Extrait de la Préface) Le 1815 de Henry Houssaye est un ouvrage inouï où l’on suit, au jour le jour, parfois même d’heure en heure, le déroulement haletant des événements. Par son style alerte, sa précision éclairante du détail, sa minutie, son souffle dans l’évocation, sa documentation faramineuse et toujours édifiante, 1815 (dont voici le second tome) donne la fascinante impression de remonter deux siècles de temps et d’être immergé au coeur de l’Histoire aux instants décisifs et précis durant lesquels elle se déroule le plus intensément. C’est certainement un des plus brillants, des plus complets et des plus compréhensibles ouvrages sur la chute du Premier Empire. Le présent tome porte exclusivement sur les quelques jours (15 au 18 juin) durant lesquels se déroulent la préparation, la bataille proprement dite et les suites immédiates de la défaite qui marquent la fin programmée des Cent-Jours.