Archives par mot-clé : Campagne de Russie

Denis Davidov – La guerre de partisans – 1812 : La campagne de Russie

Denis Davidov - La guerre de partisans - 1812 : La campagne de Russie
Denis Davidov – La guerre de partisans – 1812 : La campagne de Russie

DATE DE PARUTION : 15/09/2016
EDITEUR : CNRS
COLLECTION : Biblis
EAN : 9782271091765
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 124
POIDS : 0,100 Kg
DIMENSIONS : 11 x 18 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Denis Davidov (1784-1839) fut lieutenant-colonel de cavalerie russe. Il est l’auteur de deux ouvrages : un journal, tenu lors des opérations auxquelles il participa en 1812 et une contribution théorique, La Guerre de partisans.
Présentation de l’éditeur :
Dans la littérature consacrée aux guerres irrégulières, Denis Davidov occupe une place importante. Soldat de l’armée russe, il a été à l’origine de l’organisation de la guerre de partisans qui contribua à la débâcle de la Grande Armée, lors de la retraite de Russie en 1812. Contemporain et ami de Pouchkine, il sert de prototype au personnage du hussard Denissov dans La guerre et la paix de Tolstoï.
Dans La Guerre de partisans, traité rédigé en 1821, et ici réédité, Davidov nous donne les clés de son succès, du choix des partisans à la prise en compte de l’espace, en passant par une attention portée aux vêtements et la coupure des lignes de communication de l’adversaire. Organisateur énergique, aimant le risque, appréciant l’initiative, Davidov faisait partie de cette époque et de ce milieu, aujourd’hui lointain sinon exotique, où le risque physique, le jeu et la guerre faisaient tout un.
« Denis Davidov fut, avec son flair aigu, le premier à comprendre l’efficacité de cette arme terrible qui, sans se soucier des règles de l’art militaires, anéantissait les Français. C’est à lui que revient la gloire d’avoir fait le premier pas pour l’adoption de cette technique de guerre. Le premier détachement de guérilla fut formé par Davidov le 24 août », Tolstoï.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Amazon.fr

1812 – La campagne tragique de Napoléon en Russie – Adam Zamoyski

1812 - La campagne tragique de Napoléon en Russie
1812 – La campagne tragique de Napoléon en Russie

DATE DE PARUTION : 04/09/2014
EDITEUR : Piranha
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782371190016
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 644
POIDS : 0,912 Kg
DIMENSIONS : 14 x 22 cm
ILLUSTRATIONS : nombreuses illustrations
FORMAT NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Bien que né à New York, Adam Zamoyski a passé la majorité de sa vie en Angleterre.
Après des études au Queen’s College à Oxford, il est devenu historien indépendant. Il a écrit une histoire de la Pologne, devenue un best-seller, des livres consacrés à l’histoire militaire et trois biographies. Sa maîtrise de plusieurs langues lui permet une approche nouvelle et globale de la période napoléonienne à laquelle il a déjà consacré deux livres et il travaille actuellement à une monumentale biographie de Napoléon.
Présentation de l’éditeur :
L’invasion de la Russie par Napoléon et la terrible retraite depuis Moscou en grande partie détruite par les flammes furent une épopée militaire et une tragédie humaine d’envergure : le premier exemple historique de la guerre totale.
1812 est le récit magistral de ce tournant décisif de l’histoire, moment fondateur de l’Europe moderne. Il retrace le destin poignant des dizaines de milliers de soldats venus de toute l’Europe et détaille les événements de cette période tumultueuse.
En puisant dans une abondante documentation de témoignages contemporains (en français, en russe, en allemand, en polonais et en italien – pour la plupart inédits), Adam Zamoyski réussit à reconstituer d’une main de maître une fresque brillante et fait revivre au lecteur le quotidien dramatique des soldats jetés sur les routes gelées et la tragédie vécue par les civils fuyant l’avance des armées.

Avec Napoléon en Russie – Souvenirs de la campagne de 1812 – Henri de Roos

Avec Napoléon en Russie - Souvenirs de la campagne de 1812
Avec Napoléon en Russie – Souvenirs de la campagne de 1812

DATE DE PARUTION : 25/04/2013
EDITEUR : Editions des Equateurs
COLLECTION : NC
EAN : 9782849902189
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 290
POIDS : 0,564 Kg
DIMENSIONS : 15,6 x 24,2 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Médecin d’origine souabe, Henri de Roos appelé aussi Heinrich von Roos. Chef du service de santé du deuxième corps commandé par le général Montbrun.
Présentation de l’éditeur :
Avec Napoléon en Russie est écrit par Henri de Roos, il livre le récit de son épopée, des rives occidentales du Danube à la Nara, au sud de Moscou, avec le retour par la Bérézina. Cet homme bon, humaniste, décrit du point de vue médical et au quotidien la campagne de Russie : les maladies qui foudroient les chevaux comme les soldats, les différentes blessures, notamment celles causées par les lances des cosaques, la terrible débâcle, l’indifférence pour les isolés, l’engourdissement des sensations qui gagnent les troupes françaises.
Prisonnier pendant la retraite des Russes, il sera l’un des rares médecins étrangers à pouvoir soigner dans les hôpitaux du Tsar. Avec Napoléon en Russie est l’un des témoignages les plus recherchés par les admirateurs de l’Empereur.

Annee de gloire de la Russie, 1812 – Alexandre Droban

Année de gloire de la Russie, 1812
Année de gloire de la Russie, 1812

DATE DE PARUTION : 14/12/2012
EDITEUR : Economica
COLLECTION : Campagnes & stratégies
EAN : 9782717865158
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 159
POIDS : 0,330 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 23,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Alexandre Droban, diplômé d’Histoire moderne de France de l’Université Lomonossov, Moscou, a enseigné dans plusieurs universités en Union soviétique, en Russie et à Paris.
Présentation de l’éditeur :
 » Historiens français et russes divergent sur la campagne de Russie. Les généraux du Tsar se sont-ils retirés volontairement pour attirer Napoléon au coeur de la Russie et l’anéantir ou ont-ils tout simplement craint d’affronter la Grande Armée, reculant l’échéance aux limites du possible, c’est-à-dire aux portes de Moscou ? Peut-on parler d’une victoire française à la Moskowa ou d’un succès russe à Borodino, étant entendu qu’il s’agit de la même bataille ? Qui a incendié Moscou ? Lors de la retraite  » le général hiver  » fut-il plus efficace que la « petite guerre  » menée par les cosaques ? Peut-on parler de la Bérézina comme d’un désastre ? Après la défaite de 1812 la chute de Napoléon était-elle inévitable? Le bicentenairé de 2012 a permis aux historiens français de s’exprimer …
Place au point de vue russe avec le professeur Droban. L’historiographie française a été moins sensible que la russe au mythe de la guerre patriotique : le peuple se soulevant contre l’envahisseur. Sur ce sujet le professeur Droban apporte beaucoup de documents inédits. Et il a encore raison de noter que Napoléon ne sut pas préparer sa retraite. C’est l’une de ses faiblesses que l’on retrouvera à Leipzig un an plus tard.Les conséquences de l’année 1812 ne se sont pas arrêtées à la défaite de Napoléon.
C’est le mérite de ce beau livre que de le montrer. »Extraits de la préface de Jean TULARD, de l’Institut.

1812, la campagne de Russie – Marie-Pierre Rey et Thierry Lentz

1812, la campagne de Russie - Histoire et postérités
1812, la campagne de Russie – Histoire et postérités

DATE DE PARUTION : 08/11/2012
EDITEUR : Perrin
COLLECTION : NC
EAN : 9782262040727
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 381
POIDS : 0,605 Kg
DIMENSIONS : 15,4 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Préface de Victor-André Masséna président de la Fondation Napoléon Contributions de : Antoine d’Arjuzon, Valérie Bajou, Lucien Bély, Louis Bergès, Pierre Branda, Jean-Joël Brégeon, Jean-François Brun, David Chanteranne, Nicolas Dujin, Christian Fileaux, Jacques Garnier, Maya Goubina, Natalia Griffon de Pleineville, Patrice Gueniffey, Jacques Hantraye, Peter Hicks, François Houdecek, Jacques Jourquin, Michel Kerautret, Thierry Lentz, Andrzej Nieuwazny, Alain Pigeard, Chantal Prévot, Emmanuel Prunaux, Marie-Pierre Re) Vladislav Rjeoutski, David Rouanet, Alexandre Tchoudinov.
Présentation de l’éditeur :
En avril 2012 s’est tenu à Paris un colloque international présentant l’état de la recherche sur la campagne de Russie. Des spécialistes français, russes, anglais, polonais ont conjugué leurs points de vue et leurs talents en une trentaine de contributions, réunies par deux de nos meilleurs historiens et introduites par Jean Tulard. Ils ont ainsi fait parler de la campagne de Russie à la fois les statistiques, les acteurs, les écrivains, les peintres et le cinéma.
Cet éclairage multiple fait surgir une autre histoire, plus riche et plus complexe qu’on ne le croit, de cet événement extraordinaire dont la dimension tragique, incarnée par Napoléon lui-même, revisitée par les mémorialistes, les romantiques français et, bien sûr, l’immense Tolstoï, instrumentalisée par les propagandistes, n’a pas cessé d’habiter et d’agiter les esprits. En cela ce volume représente bien plus que la simple réunion de textes divers./div>

Journal de la campagne de Russie en 1812 – M. de Fézensac

Journal de la campagne de Russie en 1812
Journal de la campagne de Russie en 1812

DATE DE PARUTION : 23/10/2012
EDITEUR : Laville
COLLECTION : Batailles essentielles
EAN : 9791090134232
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 176
POIDS : 0,275 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Raymond, Aymeric, Philippe, Joseph de Montesquiou-Fezensac (1784-1867), engagé à 20 ans comme simple soldat, est nommé colonel d’un régiment d’infanterie de ligne lors de la bataille de la Moskova et à la tête duquel il accomplira toute la campagne de Russie. Plus tard, le 4 mars 1813, il sera nommé général de brigade par l’Empereur : il a 29 ans. Il participe ensuite à la bataille de Kulm en 1813, où sa brigade est presqu’entièrement détruite.
Fait prisonnier à Dresde, il rentre en France lors de la paix de 1814. Elevé à la Pairie en 1832, il est nommé ambassadeur en Espagne en 1838-1839. Louis Philippe le fera nommer grand-croix de la Légion d’honneur en 1839. Il décède en 1867 à l’âge de 83 ans.
Présentation de l’éditeur :
Après avoir consulté de nombreux récits sur la retraite de Russie, nous pensons que celui-ci est exemplaire pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il ne néglige pas les détails qui suscitent l’intérêt, comme l’histoire de cette cantinière qui, ayant accouché en Prusse, au départ, repartit de Moscou avec sa petite fille de six mois, passa la Bérézina à cheval, de l’eau et des glaçons jusqu’au cou, tenant d’une main la bride et de l’autre l’enfant sur sa tête, et, par une suite de prodiges, acheva la retraite sans accident.
Ensuite, parce qu’il donne en même temps, autant que cela est possible, une vision cohérente de cet énorme mouvement qu’a été le déplacement de la Grande Armée. C’est ainsi qu’au moment du passage de la Bérézina, il écrit : Aussitôt que le maréchal Victor fut arrivé avec le 9ème corps d’armée et eut relevé le 2ème corps, le maréchal Oudinot vint prendre position à Bohr. Le maréchal Victor, après une affaire indécise à Tchassniki, le 14 novembre, contint le général Wittgenstein jusqu’au 22 et commença ensuite un mouvement rétrograde pour se rapprocher de la Grande Armée.
Enfin, c’est le récit d’un colonel de 28 ans, qui sera fait baron d’Empire pendant la retraite. C’est le récit d’un héros et qui en a conscience. Ne place-t-il pas en exergue ces vers de l’Enéide : « O cendres d’Illion, et vous mânes de mes compagnons je vous prends à témoin que, dans votre désastre je n’ai reculé ni devant les traits des ennemis, ni devant aucun genre de danger, et que, si ma destinée l’eût voulu, j’était digne de mourir avec vous. »

Lettres de la campagne de Russie – 1812 – Jacques-Olivier Boudon

Lettres de la campagne de Russie - 1812
Lettres de la campagne de Russie – 1812

DATE DE PARUTION : 24/09/2012
EDITEUR : Pierre de Taillac
COLLECTION : NC
EAN : 9782364450141
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 351
POIDS : 0,435 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 19,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Ancien élève de l’Ecole normale supérieure, Jacques-Olivier Boudon est professeur à la Sorbonne où il est titulaire de la chaire d’histoire de la Révolution et de l’Empire. Président de l’Institut Napoléon, il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages, parmi lesquels Histoire du Consulat et de l’Empire (Perrin, 2000), Napoléon et les cultes (Fayard, 2002), Les Habits neufs de Napoléon (François Bourin Editeur, 2009) et Napoléon et la campagne de Russie (Armand Colin, 2012).
Présentation de l’éditeur :
De la bataille de la Moskowa au franchissement de la Berezina, ces lettres font revivre l’incroyable expédition militaire qui vit les 600 000 hommes de la Grande Armée se lancer à la conquête de l’empire des tsars. A travers la correspondance de tous les acteurs – de l’Empereur au soldat anonyme -, Jacques-Olivier Boudon dresse un fascinant portrait de cette campagne, de la découverte émerveillée de Moscou aux heures terribles de la retraite.
Ces lettres – dont beaucoup n’ont jamais été lues par leur destinataire car elles ont été saisies par l’armée du tsar ou par la censure française – font voir la campagne de Russie comme jamais auparavant : à travers les yeux de Ney, de Murat, de Stendhal ou de grognards anonymes.

Les français de Moscou en 1812 – Sophie Hasquenoph

Les français de Moscou en 1812
Les français de Moscou en 1812

DATE DE PARUTION : 13/09/2012
EDITEUR : Du Rocher
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782268074306
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 248
POIDS : 0,390 Kg
DIMENSIONS : 15 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Maître de conférence à l’université de Lille, Sophie Hasquenoph est spécialiste de l’histoire de la Russie et des ordres religieux.
Présentation de l’éditeur :
Qui aujourd’hui, évoquant l’année 1812, ne garde en mémoire une image dramatique de l’épopée napoléonienne : la ville de Moscou tout entière en flammes, une armée épuisée et affamée, affrontant avec courage le froid du grand hiver russe. Les écrivains d’hier et d’aujourd’hui ont surtout pris appui sur les témoignages des soldats de la Grande Armée ; des officiers ont saisi leur plume pour justifier, expliquer et mieux faire comprendre.
Avec la célébration du bicentenaire de 1812, nous découvrons le point de vue de la colonie française de Moscou, en privilégiant quatre témoins : un ecclésiastique, deux artistes de théâtre, un aristocrate lancé dans les affaires. Ce récit présente un nouvel éclairage sur la vie des Français emportés dans la tourmente de l’Histoire, celle de Napoléon, de la France et de l’Europe.

L’aveuglement de Napoléon – Russie 1812 – Bernard Coppens

L'aveuglement de Napoléon - Russie 1812
L’aveuglement de Napoléon – Russie 1812

DATE DE PARUTION : 29/08/2012
EDITEUR : Jourdan
COLLECTION : Carnets de guerre 1789-1815
EAN : 9782874662300
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 320
POIDS : 0,400 Kg
DIMENSIONS : 14 x 21,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Bernard Coppens, spécialisé dans la période 1789-1815, a publié des documents historiques et plusieurs études sur la bataille de Waterloo. Chercheur et illustrateur d’Histoire, son travail l’amène à porter un autre regard sur les événements.
Présentation de l’éditeur :
Le 24 juin 1812, Napoléon pénètre dans l’Empire russe à la tête du plus grand rassemblement de troupes jamais vu à ce jour : la Grande Armée, composée d’un demi million d’hommes de toutes les nationalités d’Europe. Pour Napoléon, il s’agit d’obliger la Russie à appliquer le blocus dirigé contre l’Angleterre. Car si celle-ci est vaincue, il sera le maître du monde. Au terme d’une marche harassante dans les immensités de la Russie, à la recherche de la bataille que les Russes lui refusent obstinément, Napoléon ne pourra les affronter qu’à Borodino.
Mais il a déjà perdu les trois quarts de ses effectifs, épuisés par les marches interminables ou morts de faim. Vainqueur, il entre à Moscou le 14 septembre, mais le gouverneur Rostopchine fait incendier la ville. Sourd aux prières de son entourage, Napoléon s’y attarde dans l’espoir de négociations de paix. Ce n’est que le 19 octobre qu’il se décide à opérer sa retraite. Trop tard ! Le terrible hiver russe survient, qui anéantit ce qui restait de la Grande Armée.
Malgré les avertissements qui lui ont été prodigués, l’Empereur est tombé dans le piège que lui ont tendu les Russes. Il ne se remettra jamais de cette catastrophe. Comment un des plus grands génies militaires de tous les temps a-t-il pu s’aveugler à ce point ? Pour la première fois, les témoignages rassemblés ici, provenant de membres de l’Etat-major général, apportent un éclairage nouveau sur cette question.
En accompagnant Napoléon jour après jour, en lisant les observations de ses proches, on voit un homme, convaincu de son génie, qui a perdu le sens des réalités et qui va entraîner son armée dans une des plus épouvantables catastrophes de l’Histoire. Une vision nouvelle de la Campagne de Russie.

Souvenirs de la campagne de Russie en 1812 – Adrien de Mailly

Souvenirs de la campagne de Russie en 1812
Souvenirs de la campagne de Russie en 1812

DATE DE PARUTION : 22/08/2012
EDITEUR : Bernard Giovanangeli
COLLECTION : Editions du Grenadier
EAN : 9782758700951
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 173
POIDS : 0,246 Kg
DIMENSIONS : 14 x 22,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Adrien-Augustin-Almaric, comte de Mailly, marquis de Nesle et prince d’Orange, (19 février 1791, Mailly-Raineval – 1er juillet 1878, château de la Roche-Mailly), est un militaire et homme politique français.
Présentation de l’éditeur :
Adrien de Mailly entre à dix-neuf ans à l’Ecole de cavalerie de Saint-Germain-en-Laye. Il en sort avec l’épaulette en 1811. Il sert alors dans un régiment de carabiniers, le 2e, avec lequel il fait la campagne de 1812, du Niémen à Moscou et de Moscou au Niémen. Après son retour à Paris, le jeune officier rédige ses souvenirs sur la funeste expédition de Russie. « Je sais qu’il ne sera jamais possible à aucun peintre ni à aucun historien de rendre à l’imagination l’horreur de nos souffrances et l’immensité de ce désastre » écrit l’auteur.
Son récit personnel, émaillé de descriptions, constitue pourtant une chronique saisissante de la catastrophe de 1812 et classe Mailly parmi les témoins sincères des guerres de l’Empire.