Archives par mot-clé : Dardanelles

Le Front d’Orient – Du désastre des Dardanelles à la victoire finale, 1915-1918 – Max Schiavon

Le Front d'Orient - Du désastre des Dardanelles à la victoire finale, 1915-1918
Le Front d’Orient – Du désastre des Dardanelles à la victoire finale, 1915-1918

DATE DE PARUTION : 04/09/2014
EDITEUR : Tallandier
COLLECTION : Essais historiques
EAN : 9791021006720
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 384
POIDS : 0,494 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 21,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC.
FORMAT NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Max Schiavon, docteur en histoire, a dirigé la recherche du Service historique de la Défense. Il a notamment publié L’Autriche-Hongrie durant la Première Guerre mondiale (2011) et Le Général Vauthier, un officier visionnaire, un destin bouleversant (2013).
Présentation de l’éditeur :
Injustement méconnu, le front d’Orient a pourtant joué un rôle décisif dans l’issue de la Première Guerre mondiale. Max Schiavon propose de revisiter la Grande Guerre dans les Balkans. D’avril 1915 à fin 1918, les armées alliées d’Orient (britannique, française, italienne, serbe, russe puis grecque) affrontent dans des conditions effroyables les troupes turques, austro-hongroises, allemandes et bulgares.
Au plus fort de la bataille, ce sont près de 600 000 hommes de part et d’autre qui s’opposent. Les débarquements et les combats des Dardanelles débutent en avril 1915, avec l’objectif de prendre Constantinople. Décevants, sanglants, ils vont durer neuf mois, au terme desquels les Alliés prennent conscience de l’ampleur du désastre et de l’échec de l’opération. Puis, pendant deux ans, les tensions entre Alliés, le manque de troupes et la complexité de la situation se conjuguent et aboutissent, malgré quelques opérations, à une quasi-neutralisation du front de Salonique.
Des centaines de milliers d’hommes y sont immobilisés, souvent dans l’inaction et la douleur, car loin d’avoir vécu une expédition exotique,  » la fleur au fusil « , les poilus d’Orient y ont connu des souffrances terribles, autant si ce n’est plus qu’en France. Il faut attendre fin 1917 pour que le général Guillaumat, nommé à la tête des armées alliées, redresse la situation et permette à son successeur, le général Franchet d’Esperey, de disposer d’une force efficace et puissante.
Ce dernier, grâce à ses talents de stratège et à son audace, va conduire les armées alliées d’Orient à la victoire, imposer des armistices à la Bulgarie et à la Turquie, accélérant ainsi la fin de la Première Guerre mondiale.