Archives par mot-clé : Editions Fernand Lanore

Napoléon au Portugal – Le triomphe de l’armée luso-britannique annonce la fin de l’empire (1801-1814)

Napoléon au Portugal - Le triomphe de l'armée luso-britannique annonce la fin de l'empire (1801-1814)
Napoléon au Portugal – Le triomphe de l’armée luso-britannique annonce la fin de l’empire (1801-1814)

DATE DE PARUTION : 10/07/2015
EDITEUR : Fernand Lanore
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782851579706
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 271
POIDS : 0,487 Kg
DIMENSIONS : 16 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Historien, Daniel Lacerda a publié des études dans plusieurs revues (La lettre clandestine, Arquivos de la F. C. Gulbenkian, Abril, Finisterra, O Escritor), a participé à des colloques et des congrès et dirige depuis 1997 la revue franco-portugaise Latitudes – Cahiers Lusophones.
Présentation de l’éditeur :
La particularité de cette étude réside en ce qu’elle se situe à la fois d’un côté et de l’autre de la frontière, tant en ce qui concerne les sources que le point de vue. Même pour des historiens plus objectifs comme ceux des dernières générations, chez lesquels toute sorte de parti-pris semble hors de cause, l’action napoléonienne est tellement vaste que ce qui s’est passé au Portugal devient par ce biais un épiphénomène. Et pourtant, la prise de l’Espagne, qui lui a ouvert la voie, est largement traitée et condamnée comme signe de sa perfidie. Les fauteurs de guerre n’affichent jamais le véritable mobile qui les met en route. Envoyant ses aigles au Portugal, ce seigneur de guerre avait des objectifs multiples en plus d’ébranler les Britanniques. Plus qu’une guerre à l’ancienne, celle menée par les troupes napoléoniennes a pris un caractère inhumain par les conséquences meurtrières du saccage des biens des populations. Et finalement, de façon plutôt surprenante, ce fut à partir du Portugal que les armées napoléoniennes sur le front occidental ont subi les défaites les plus éclatantes, permettant ainsi de libérer l’Europe tout entière, en complémentarité avec le front de la coalition des pays de l’Est européen.