Archives par mot-clé : Editions Histoire & Collections

[Précommande] L’artillerie et système Gribeauval – Tome 3 – 1786-1815

L'artilleriL'artillerie et système Gribeauval - Tome 3 - 1786-1815
L’artillerie et système Gribeauval – Tome 3 – 1786-1815

DATE DE PARUTION : 08/04/2016
EDITEUR : Editions Histoire & Collections
COLLECTION : Officiers et soldats n°27
EAN : 9782352504313
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 84
POIDS : 0,290 Kg
DIMENSIONS : 20 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : en couleur
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Auteurs : Ludovic Letrun et Jean-Marie Mongin
Présentation de l’éditeur :
Avec ce dernier tome, les pontonniers, artilleurs sédentaires ou artilleurs garde-côtes, trop souvent laissés dans l’ombre, comme les matériels et les pièces qu’ils servent et mettent en oeuvre, occupent le devant de la scène. Un chapitre est consacré au Train des équipages qui, bien que ne faisant pas partie de l’artillerie, mérite de figurer dans ce vaste panorama des «armes savantes ».
C’est cette organisation, lentement mise sur pied par Monsieur de Gribeauval, inspecteur de l’Artillerie, pendant près de trente ans, qui restera, peu ou prou, en vigueur jusqu’en 1825 et qui fait l’objet de ces trois volumes.

Napoléon et l’Italie 1805-1815

Napoléon et l'Italie 1805-1815
Napoléon et l’Italie 1805-1815

DATE DE PARUTION : 23/02/2016
EDITEUR : Editions Histoire & Collections
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782352502913
Caractéristiques :
RELIURE : Relié
NOMBRE DE PAGES : 192
POIDS : 1,400 Kg
DIMENSIONS : 23 x 32 cm
ILLUSTRATIONS : 300 photographies
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Gilles Boué, agrégé d’Histoire, spécialiste d’Histoire militaire, collabore régulièrement avec le Service Historique de la Défense. Auteur, il a publié chez Histoire & Collections, Essling première défaite de Napoléon (2008), La bataille de Leipzig (2013) et La Révolution, 1788-1790 (2013). Il est également un contributeur régulier du magazine Vae Victis. Cet ouvrage a été réalisé avec la collaboration du regretté Juan-Carlos Carmigniani.
Présentation de l’éditeur :
Le fait le plus remarquable dans la carrière politique de Napoléon, c’est qu’il n’a jamais séparé, en sa pensée et dans son cœur la France de l’Italie. Au fronton de l’Arc de triomphe du carrousel, il y a gravé à la même hauteur les Armes de France et les Armes d’Italie. L’Empereur a toujours porté la décoration de la Couronne de Fer à côté de la légion d’honneur ; et jusqu’à Sainte Hélène, jusqu’à son dernier soupir, on pouvait voir, confondues sur sa poitrine le rouge de la Légion d’honneur de France et l’orange liseré de vert de la couronne d’Italie. L’Empereur montrait ainsi combien Metternich avait tort lorsqu’on lui prêtait cette célèbre expression : « l’Italie n’est rien qu’une expression géographique ». Expression géographique peut être aux yeux des Autrichiens, mais pièce maîtresse dans la réécriture de l’Europe napoléonienne.
Les liens entre Napoléon et l’Italie restent trop souvent réduits à ses fulgurantes campagnes de 1796 et de 1800. Cette histoire d’amour, faite de moments de bonheur mais aussi de rancœur, se poursuivit bien au-delà de Marengo. L’histoire de Napoléon et l’Italie de 1805 à 1815, c’est d’abord celle d’une absence. Napoléon ne revit que deux fois l’Italie en 10 ans (du 19 avril au 8 juillet 1805, puis du 21 novembre au 28 décembre 1807). Et pourtant, il n’y eut pas un seul jour sans que deux, trois ou quatre lettres ne partent par la poste ou le télégraphe (à partir de 1809), pour Milan, Rome ou Naples. Cette permanence dans la pensée impériale, illustrait la volonté de faire de l’Italie un état modèle « à la française ».
L’Italie, c’est le petit frère que l’on aide à grandir sous un regard sévère, permanent et vigilant mais aussi plein de tendresse.

L’artillerie et le système Gribeauval, 1786-1815 – Tome 2

L'artillerie et le système Gribeauval, 1786-1815 - Tome 2
L’artillerie et le système Gribeauval, 1786-1815 – Tome 2

DATE DE PARUTION : 12/09/2015
EDITEUR : Histoire et Collections
COLLECTION : Officiers et soldats
EAN : 9782352503958
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 84
POIDS : 0,290 Kg
DIMENSIONS : 20 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Auteurs : Ludovic LETRUN et Jean-Marie MONGIN
Présentation de l’éditeur :
Après avoir ait connaissance avec tes pièces d’artillerie et le matériel mis en oeuvre par les artilleurs à pied de la fin de /’Ancien Régime, de la Révolution et du Premier Empire, nous vous invitons à découvrir ces hommes de l' »Arme Savante » qui se déplaçaient et servaient leurs pièces grâce à leurs montures. L’artillerie volante, puis légère et enfin artillerie à cheval, est une arme nouvelle qui préfigure les révolutions des siècles à venir…
Tout comme ce train d’artillerie qui, avec le Premier Empire, atteint enfin l’âge adulte… l’âge du règlement. C’est cette organisation, lentement mise sur pied par Monsieur de Gribeauval, inspecteur de l’Artillerie ; pendant près de trente ans, qui restera, peu ou prou, en vigueur jusqu’en 1 825 et qui fait l’objet de ces trois volumes.

Waterloo – Les reliques

Waterloo - Les reliques
Waterloo – Les reliques

DATE DE PARUTION : 23/05/2015
EDITEUR : Histoire & collections
COLLECTION : Uniformes et équipements
EAN : 9782352504122
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 128
POIDS : 0,649 Kg
DIMENSIONS : 23 x 31 cm
ILLUSTRATIONS : Couleur
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Auteurs : Gilles Bernard, Gérard Lachaux
Présentation de l’éditeur :
« Waterloo, morne plaine … » Ces trois mots résonnent encore à la mémoire des Français. Par-delà les écrits de Victor Hugo, c’est pour eux le souvenir précis d’une défaite plutôt que celui d’une bataille et, selon les opinions, le point fi nal d’une fantastique épopée ou d’un terrible despotisme. Dix-huit juin 1815, jour funeste pour les armes françaises qui a vu la chute fi nale de Napoléon et a scellé le sort de l’Europe pour les décennies. Les preuves authentiques de la bataille, il fallait les chercher aux sources. A deux siècles d’intervalle, les seuls indices concrets, à nos yeux, étaient les objets qui avaient réellement « fait» Waterloo. Curieusement, après tant de publications sur le sujet, personne ne semblait s’y être vraiment intéressé. Pourtant, leur capital émotionnel demeure toujours intact, du célébrissime chapeau de Napoléon au bouton d’uniforme du plus obscur des fusiliers d’infanterie.

Marengo, 1800 – Le premier consul victorieux – Olivier Lapray

Marengo, 1800 - Le premier consul victorieux
Marengo, 1800 – Le premier consul victorieux

DATE DE PARUTION : 18/11/2014
EDITEUR : Histoire & Collections
COLLECTION : Guerres napoléoniennes
EAN : 9782352503255
Caractéristiques :
RELIURE : Relié
NOMBRE DE PAGES : 144
POIDS : 1,079 Kg
DIMENSIONS : 23 × 32 cm
ILLUSTRATIONS : en couleur et en N&B
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Olivier Lapray officier navigant dans l’Armée de l’Air française, est également passionné par le Premier Empire. Il est déjà l’auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet, dont le Dictionnaire des officiers de cuirassiers.
Présentation de l’éditeur :
Le 14 juin 1800, pendant la seconde campagne d’Italie, Napoléon remporte de justesse la bataille de Marengo (Piémont). Cette bataille célèbre a opposé 28000 français à 31000 Autrichiens sous les ordres du général Mélas. Tout d’abord dominés, les Français doivent reculer sur près de sept kilomètres. Mélas croyant la victoire assurée laisse alors le commandement à un subordonné et repart à Alessandria. La temporisation de l’adversaire permet à Napoléon de concentrer ses forces et surtout au corps d’armée du général Desaix d’arriver en renfort. Vers 5 heures de l’après-midi, la violente contre-attaque française met les Autrichiens en retraite, coûtant la vie à Desaix, sans conteste le héros de cette journée. Cette grande victoire aboutit à l’occupation française de la Lombardie et surtout renforce l’autorité de Napoléon en France.

Charles Dupont – Mémoires du chef des services secrets

Charles Dupont - Mémoires du chef des services secrets
Charles Dupont – Mémoires du chef des services secrets

DATE DE PARUTION : 04/09/2014
EDITEUR : Histoire et Collections
COLLECTION : Les deux guerres mondiales
EAN : 9782352503583
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 296
POIDS : 0,512 Kg
DIMENSIONS : 15,4 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Polytechnicien, artilleur, Charles Dupont est affecté au Service de renseignements après l’affaire Dreyfus. Il accomplit plusieurs missions secrètes en Allemagne avant de prendre la tête du 2e bureau (renseignements) de l’état-major général de l’armée en 1913. Nommé à la tête du 2e bureau du Grand quartier général en août 1914, il sera maintenu dans ses fonctions jusqu’en 1917, traversant les grands chocs militaires du front ouest : la Marne (1914), Verdun (1916), le Chemin des Dames (1917)…
Présentation de l’éditeur :
Fin 1918, Foch le désigne pour organiser le rapatriement des prisonniers de guerre détenus en Allemagne. C’est dans un Berlin en plein chaos qu’il va remplir sa mission, avant de prendre la tête d’une mission militaire à Varsovie (1922). Il est alors confronté à une période tourmentée de l’histoire polonaise et ne rentrera en France qu’en 1926, année où il termine la rédaction de ses Mémoires. Visionnaire, Dupont y dénonce la montée des périls en Allemagne, prévoyant l’Anschluss et même la crise de Dantzig qui débouchera sur la Seconde Guerre mondiale. Ce document, inédit à ce jour, constitue un témoignage exceptionnel sur le renseignement français avant et pendant la Grande Guerre, mais aussi sur la personnalité des grands chefs militaires, Joffre, Nivelle ou Pétain, et leurs relations avec les milieux politiques de l’époque.

L’artillerie et le système Gribeauval (1786-1815) – Tome 1, L’artillerie à pied

L'artillerie et le système Gribeauval (1786-1815) - Tome 1, L'artillerie à pied
L’artillerie et le système Gribeauval (1786-1815) – Tome 1, L’artillerie à pied

DATE DE PARUTION : 10/07/2014
EDITEUR : Histoire & Collections
EAN : 9782352503170
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 82
POIDS : 0,349 Kg
DIMENSIONS : 20 × 24 cm
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Cet ouvrage présente en détail les uniformes de l’artillerie à pied de 1786 à 1815, uniformes stricts, voire austères, de ceux qui furent décisifs dans les plus grandes batailles de l’Empire (71 planches dont 29 de matériels par Ludovic Letrun). Une part importante de l’ouvrage est consacrée à la description des matériels (canons, caisson, avant train, forges ,etc). mis en place et utilisés par les artilleurs depuis les réformes de monsieur de Gribeauval, ses Tables des constructions des principaux attirails de l’artillerie… Ainsi qu’aux tactiques élémentaires de l’Arme.
Présentation de l’éditeur :
Le terme artillerie au Moyen-Âge désigne « l’ensemble des machines dont une armée fait usage ». Le corps de l’artillerie de cette époque est donc constitué d’officiers qui créent, emploient et entretiennent ces machines. Il faut attendre plusieurs siècles et bien des vicissitudes, pour que l’artillerie soit enfin dotée d’une organisation efficace : ce sera l’œuvre de Jean-Baptiste Vaquette de Gribeauval. C’est cette organisation, lentement mise sur pied par Monsieur de Gribeauval, inspecteur de l’Artillerie pendant près de trente ans, qui restera peu ou prou, en vigueur jusqu’en 1825 et qui fait l’objet de ces deux volumes.

La bataille d’Ocaña – La plus grande victoire de l’armée d’Espagne – Pierre Juhel

La bataille d'Ocaña
La bataille d’Ocaña

DATE DE PARUTION : 06/11/2013
EDITEUR : Histoire et Collections
COLLECTION : Guerres napoléoniennes
EAN : 9782352501503
Caractéristiques :
RELIURE : Relié
NOMBRE DE PAGES : 111
POIDS : 0,980 Kg
DIMENSIONS : 23,6 x 31,6 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Pierre Juhel est docteur en Histoire. Il est l’auteur de nombreux articles sur l’Antiquité et le premier Empire, notamment aux Editions de la revue Napoléon.
Présentation de l’éditeur :
Si la bataille d’Ocana est sans conteste la plus grande victoire de l’Armée d’Espagne, il n’existait, jusqu’au beau livre de F O Juàrez et P L Ruiz Jaén, La Batalla de Ocana Campanas militares en la provincia de Toledo en 1809, publié en 2006, aucune monographie sur l’événement. Le paradoxe n’était qu’apparent. Si l’amour-propre national ne pouvait guère pousser un historien espagnol à se pencher sur la question, côté français, Napoléon n’étant pas ce jour-là le commandant en chef, et l’histoire militaire de l’Empire étant souvent napoléonienne stricto sensu, jamais aucun historien ne s’était attaqué au sujet.
Et quant aux Anglais, si friands de ce qu’ils nomment la Peninsular War, puisque leurs troupes n’avaient pas participé., à l’événement, il était non moins compréhensible qu’ils délaissassent, du moins en détail, la bataille d’Ocana. Or les archives françaises regorgent de données sur cet événement glorieux pour nos armes. C’est la mise en valeur de ces documents contemporains à laquelle nous nous sommes avant tout attachés, sans pour autant négliger quelques sources espagnoles nouvelles dont nos prédecesseurs F O Juàrez et P L Ruiz Jaén n’avaient pas eu connaissance à l’époque de leurs recherches.

La Révolution, 1788-1790 – Les trois premières années – Gilles Boué

La Révolution, 1788-1790 - Les trois premières années
La Révolution, 1788-1790 – Les trois premières années

DATE DE PARUTION : 06/11/2013
EDITEUR : Histoire et Collections
COLLECTION : Histoire de France
EAN : 9782352503507
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 64
POIDS : 0,315 Kg
DIMENSIONS : 21 x 25 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Gilles Boué, agrégé d’Histoire, spécialiste d’Histoire militaire, collabore régulièrement avec le Service Historique de la Défense. Auteur, il a publié chez Histoire & Collections, Essling première défaite de Napoléon et la bataille de Leipzig puis publiera en fin d’année, en collaboration avec le regretté Juan-Carlos Carmigniani, Napoléon et l’Italie. Collaborateur régulier de Vae Victis, il est un des premiers auteurs à avoir rejoint la rédaction d’Histoires de France à sa création.
Présentation de l’éditeur :
Dix ans, cela fait dix ans en 1788 que Beaumarchais a écrit « le mariage de Figaro », mettant en scène un noble et son valet. Sa pièce jugée inadmissible et insidieuse fut interdite par la censure royale lorsqu’il voulut la faire représenter en 1781. Et pourtant, il ne faisait que décrire la société de son temps mais en y portant un regard critique… Les bienfaits comme les excès de la Révolution française ne peuvent se comprendre sans avoir pris connaissance des événements de ces trois années décisives…
En voici le récit !

Leipzig – Gilles Boué

La bataille de Leipzig
La bataille de Leipzig

DATE DE PARUTION : 28/09/2013
EDITEUR : Histoire et Collections
COLLECTION : Des batailles et des hommes
EAN : 9782352502845
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 83
POIDS : 0,355 Kg
DIMENSIONS : 20 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Agrégé d’Histoire, Gilles Boue est spécialiste d’Histoire militaire et collabore régulièrement avec le service historique de la Défense.
Présentation de l’éditeur :
Autour de Leipzig des 14 au 19 octobre 1813, 500 000 hommes vont s’affronter sur ce qui demeure le plus grand champ de bataille des guerres napoléoniennes. Napoléon vo combattre pour conserver son emprise sur l’Allemagne et au delà son Empire. Les Russes, auréolés de l’impensable victoire de leur campagne d’hiver de 1812, les Prussiens, forts de leur haine contre la France, les Autrichiens, voulant effacer quinze ans de défaites, s’unissent contre la dernière Grande Armée.
Napoléon a réussi l’exploit de reconstruire une armée crédible sur les ruines de 1812, les jeunes recrues marchent au canon encadrés des survivants de la Bérézina ou des lointaines sierras d’Espagne. La compagne de printemps a jeté le doute dans la coalition, cependant les batailles perdues par les alliés ne font pas leur défaite. Du fond de le Russie, de Prusse, et d’Europe centrale, accourent des centaines de milliers de soldats dons les plaines de Saxe.
C’est là sur quelques dizaines de kilomètres carrés que se louera le sort du 1er Empire.