Archives par mot-clé : Editions Soteca

Napoléon, deux cents ans de légende – Histoire de la mémoire du Premier Empire

Napoléon, deux cents ans de légende - Histoire de la mémoire du Premier Empire
Napoléon, deux cents ans de légende – Histoire de la mémoire du Premier Empire

DATE DE PARUTION : 25/09/2016
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : Histoire de la mémoire
EAN : 9791091561891
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 234
POIDS : 0,372 Kg
DIMENSIONS : 15 x 23 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Professeur agrégé et Docteur en Histoire contemporaine de l’Université Paul Valéry Montpellier III, Émile Kern a déjà publié deux ouvrages sur les commémorations napoléoniennes ainsi que des articles dans des revues spécialisées. Il a présenté La légende napoléonienne de 1769 à 2015 lors des « Rendez-vous de l’Histoire de Blois », en octobre 2015.
Présentation de l’éditeur :
Depuis deux mille ans, la France est riche de son histoire et de ses grands personnages. Pourtant, un homme revient régulièrement au centre des discutions, des expositions, des ventes aux enchères, des parutions d’ouvrages et, bien entendu, des polémiques franco-françaises. Cet homme c’est Napoléon. Depuis deux cents ans, il est paru plus de livres dans le monde le concernant qu’il ne s’est écoulé de jours depuis sa mort.
Ces publications rappellent l’épopée, des fastes de l’Empire et de la gloire du grand général au destin tragique jusqu’à sa mort à Sainte-Hélène. Ils participent aussi à la mise en place de sa légende. Cette dernière, voulue par Napoléon de son vivant, s’est enrichie après sa mort. Cette légende célèbre le personnage mais le dénonce aussi. L’homme offre plusieurs facettes, il est grand stratège, peut-être même le plus grand de toute l’histoire militaire, réformateur, bâtisseur, esprit curieux, fils des Lumières et de la Révolution.
Il est aussi dominateur, oppressif, sanguinaire… Que l’on aime ou pas Napoléon, la force de son mythe s’impose. De la légende dorée à la légende noire, cet ouvrage a donc pour but d’illustrer ces deux légendes, en commençant par celle mise en place par Napoléon lui-même. L’originalité de ce livre est de prolonger l’étude jusqu’en 2015, c’est-à-dire jusqu’à la fin des commémorations du bicentenaire de Napoléon, tout en faisant une synthèse sur les dernières parutions.
Admirateurs ou contempteurs en France et ailleurs dans le monde, quelles images de Napoléon se sont développées depuis deux cents ans ?

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Amazon.fr

Les généraux morts au champ d’honneur de 1792 à 1815 – Alain Pigeard

Les généraux morts au champ d'honneur de 1792 à 1815
Les généraux morts au champ d’honneur de 1792 à 1815

DATE DE PARUTION : 07/07/2015
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : NC
EAN : 9791091561785
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 169
POIDS : 0,266 Kg
DIMENSIONS : 15 x 23 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Alain Pigeard est vice-président du Souvenir Napoléonien. Enseignant, docteur en droit et docteur en histoire en Sorbonne, il est l’auteur de nombreux articles et livres sur l’époque napoléonienne dont plusieurs ouvrages de référence. Chez le même éditeur, il est l’auteur d’Arcole, un pont vers la légende et Leipzig, la bataille des Nations.
Présentation de l’éditeur :
Les amiraux, maréchaux et généraux de Napoléon passionnent depuis longtemps. Curieusement, il n’existe aucun ouvrage exhaustif dédié à ceux d’entre eux qui furent tués, ou mortellement blessés, sur les champs de bataille de la Révolution et du Premier Empire entre 1792 et 1815. Le lecteur trouvera dans ce livre 271 noms d’amiraux, maréchaux et généraux français et étrangers qui versèrent leur sang pour la France. Lieu, date, conditions, témoignages, inhumation, références figurent dans ces pages. Un hommage qu’il convenait de leur rendre, deux siècles après, et qui couvre cette période si intense de notre histoire.

Guide 1815 – Campagne de Belgique – Des monuments et des hommes

Guide 1815 - Campagne de Belgique - Des monuments et des hommes
Guide 1815 – Campagne de Belgique – Des monuments et des hommes

DATE DE PARUTION : 07/07/2015
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : NC
EAN : 9791091561815
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 82
POIDS : 0,274 Kg
DIMENSIONS : 19 x 26 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Les auteurs Yves Moerman et Yann Deniau, historiens et reconstitueurs, ont publié plusieurs titres sur le Premier Empire, dont le bien connu « 1815 Napoléon en campagne – heure par heure dans l’ombre de l’Empereur » aux Éditions Jourdan en 2008. Joeri de Rock
Présentation de l’éditeur :
En 1814, les armées impériales vaincues, Napoléon fut contraint d’abdiquer le 6 avril et prit le chemin de l’exil. Le traité de Paris ramena la France à ses anciennes limites et réunit la Belgique au royaume de Hollande. L’Empereur parti, les émigrés français rentrèrent chez eux et pensèrent qu’ils pourraient rétablir l’Ancien régime avec les privilèges que la Révolution avait abrogés. L’armée humiliée était mécontente et grognait, la France murmurait. Sur son île, Napoléon pensa que le pays réclamait son retour. Débarqué à Golfe-Juan le 1er mars 1815, il fut rejoint et acclamé par les troupes royales envoyées pour l’arrêter. Il arriva à Paris en vingt jours pour reprendre son trône. Son retour réveilla la coalisation de l’Europe entière, dont les rois se liguèrent à nouveau contre lui. Des troupes innombrables se dirigèrent vers la France pour l’envahir, pour en finir avec l’« Ogre corse » et rétablir définitivement Louis XVIII sur le trône. L’Empereur parvint à réunir une armée de 125 000 hommes en quelques semaines. En Belgique, les armées prussiennes du maréchal Blücher comptaient environ 120 000 hommes et les armées anglo-hollandaises 100 000 hommes, sous les ordres de Wellington. Napoléon prit l’initiative d’aller à leur devant. Il entra en Belgique avec ses troupes le 15 juin 1815. Après la victoire de Ligny, l’armée française avait rendez-vous avec l’Histoire dans les mornes plaines de Mont-Saint-Jean… Cet ouvrage présente les lieux remarquables qui subsistent de cette campagne de Belgique en juin 1815, et les monuments, stèles et plaques commémoratives qui en perpétuent la mémoire.

L’île d’Elbe et le retour de Napoléon – 1814-1815 – Pierre Branda

L'ile d'Elbe et le retour de Napoléon - 1814-1815
L’ile d’Elbe et le retour de Napoléon – 1814-1815

DATE DE PARUTION : 24/04/2015
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782343059228
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 98
POIDS : 0,385 Kg
DIMENSIONS : 19 x 26 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Pierre Branda, historien, est directeur du service Patrimoine de la Fondation Napoléon. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’empereur (Fayard, Tallandier).
Son dernier ouvrage : Napoléon et ses hommes. La Maison de l’empereur, Fayard (2012).
Présentation de l’éditeur :
« Rien dans l’histoire n’a ressemblé à ce quart d’heure » écrira victor Hugo à propos de l’épopée des Cent-Jours. Mais comment fut-elle rendue possible ? Pourquoi l’île d’elbe ne fut pas cette « île du repos » promis à Napoléon ? À la suite du hors série consacré à la Campagne de 1814, cet album s’intéresse, avec de nombreuses images et cartes à l’appui, à l’exil de Napoléon à l’île d’elbe, ce royaume lilliputien qu’il reçut en échange de sa renonciation au trône. retrouvant son énergie après les cruels jours d’avril 1814 où il manqua de sombrer, l’empereur allait transformer son île pour mieux renaître moralement. Mais on intriguait contre lui à vienne comme à Paris. entouré d’ennemis, les périls étaient nombreux. Sous des dehors bonhommes, l’empereur de ce « carré de choux » selon la formule célèbre de Chateaubriand s’employa à déjouer les pièges qui lui étaient tendus. Partant, il masqua ses intentions jusqu’au dernier moment. Le livre reviendra sur les raisons de son départ et apportera des éclairages nouveaux sur ce qui restera longtemps une énigme. Puis ce fut le temps de l’aventure, de la grande aventure. La traversée maritime vers la France fut hautement périlleuse. un vent contraire aurait pu en effet tout compromettre. Le lecteur comprendra mieux son périple à l’aide de cartes détaillées soulignant les dangers qu’il rencontra. Son débarquement à golfe Juan le 1er mars 1815 ne fut pas moins risqué. L’album le suit ensuite dans sa remontée sur Paris sur les chemins de ce qui deviendra la « route Napoléon ». au fil des jours, l’armée se rallia comme un seul homme rendant possible un « vol de l’aigle » jusque là improbable. après vingt jours incroyables, l’histoire se terminera près des tours de Notre-Dame.

L’infanterie napoléonienne- Vincent Bourgeot et Alain Pigeard

L'infanterie napoléonienne
L’infanterie napoléonienne

DATE DE PARUTION : 17/10/2014
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : Histoire
EAN : 9791091561730
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 98
POIDS : 0,400 Kg
DIMENSIONS : 19 x 26 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Alain Pigeard est président du Souvenir napoléonien. Docteur en droit et docteur en histoire en Sorbonne, il est l’auteur de nombreux articles et livres sur l’époque napoléonienne dont plusieurs ouvrages de référence.
Vincent Bourgeot, spécialiste de l’armée napoléonienne, auteur de nombreux ouvrages et articles dans des revues spécialisées.
Présentation de l’éditeur :
Ce livre-album propose une étude sur l’infanterie napoléonienne, « La reine des batailles » comme l’on disait alors sans distinction entre l’infanterie de ligne et l’infanterie légère car leur rôle était identique sur les champs de bataille. La présentation est à la fois classique et particulière (construite autour des objets et gravures d’époque) et dans la manière dont défilait un régiment. En tête, ce sont les sapeurs barbus, vient ensuite le tambour-major du régiment qui précède les tambours et les musiciens. Ils forment la tête de colonne du régiment. Le colonel monté sur son cheval défile à la tête des grenadiers qui forment une compagnie d’élite, suivis des fusiliers ou des chasseurs pour la légère, tandis que les voltigeurs, autre compagnie d’élite, clôturent ce défilé. C’est ensuite la procession des fourgons, le service de santé et enfin les femmes qui ferment la marche. Le présent volume présente également la composition détaillée d’un régiment d’infanterie sous l’Empire, avant et après la modification du décret du 18 février 1808.

Les officiers du Consulat et de l’Empire – Gilbert Bodinier

Les officiers du Consulat et de l'Empire
Les officiers du Consulat et de l’Empire

DATE DE PARUTION : 15/06/2014
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : Grande Armée
EAN : 9782916385327
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 799
POIDS : 1,012 Kg
DIMENSIONS : 15 x 23 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Gilbert Bodinier est l’auteur d’une thèse, Les officiers de l’armée royale combattants de la guerre d’Indépendance des Etats-Unis, d’un dictionnaire de ces officiers, d’un ouvrage intitulé Les gardes du corps de Louis XVI (étude et dictionnaire), d’un Dictionnaire des officiers généraux de l’armée royale 1763-1792 (tome1, A-C) ; des chapitres relatifs à la Révolution et l’Empire dans Histoire de l’officier français, aux éditions Bordessoules, et dans Histoire militaire de la France, aux Presses Universitaires de France.
Présentation de l’éditeur :
Alors que l’épopée impériale a été l’objet de nombreux ouvrages, que les maréchaux sont bien connus ainsi que les généraux, les officiers supérieurs et subalternes n’ont été l’objet d’aucune étude jusqu’à ce jour. Pourtant la documentation qui les concerne est très riche : ils ont presque tous un dossier au Service Historique de la Défense qui permet de connaître leur origine sociale et militaire : plus des trois quarts d’entre eux sont issus du rang et les élèves de Fontainebleau, Saint-Cyr et Polytechnique sont très minoritaires.
Grâce aux nombreux mémoires, journaux et correspondances qu’ils ont laissés, on connaît bien leur vie quotidienne, tant en garnison qu’en campagne ainsi que les divers aspects de leur vie matérielle et affective. Ils ont à coeur de servir avec honneur, si tous ne sont pas bonapartistes, tous serviront l’Empire jusqu’à ses derniers jours.

Paris sous Napoléon III – Emmanuelle Papot

Paris sous Napoléon III
Paris sous Napoléon III

DATE DE PARUTION : 20/09/2013
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : NC
EAN : 9791091561570
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 98
POIDS : 0,396 Kg
DIMENSIONS : 19 x 26 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Emmanuelle Papot, journaliste et historienne, diplômée de l’université Paris-Sorbonne, est spécialisée dans l’histoire des deux Empires français. Rédactrice en chef adjointe de Napoléon III, le magazine du Second Empire, administratrice de l’association des Amis de Napoléon III, elle est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles.
Présentation de l’éditeur :
Nombreux sont ceux qui considèrent Napoléon III comme l' »empereur bâtisseur ». C’est sans aucun doute sous le Second Empire que, par son impulsion et celle du baron Haussmann, Paris acquiert son statut de capitale moderne. La photographie naissante se fait alors le témoin de l’explosion de cette ville cosmopolite, vivante, où cohabitent plus ou moins harmonieusement et dans un joyeux chaos toutes les couches de la société.
Il existe ainsi de rares clichés, dont certains avaient été commandés par Haussmann lui-même. Pris dans les rues, ils nécessitèrent de longues séances où la patience des photographes fut mise à rude épreuve. Des clichés qui suffisent à transmettre une idée assez juste de cette époque fastueuse et de grands bouleversements. C’est à la découverte de ce Paris du Second Empire que cet ouvrage nous convie à travers un grand choix iconographique, dont la photographie sous toutes ses formes ressort toujours reine.

Souvenirs d’un officier de Napoléon à l’île d’Elbe – Le capitaine Raoul – Marie-Hélène Baylac

Souvenirs d'un officier de Napoléon à l'île d'Elbe - Le capitaine Raoul
Souvenirs d’un officier de Napoléon à l’île d’Elbe – Le capitaine Raoul

DATE DE PARUTION : 20/09/2013
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : NC
EAN : 9791091561594
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 76
POIDS : 0,148 Kg
DIMENSIONS : 15 x 23 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure et agrégée d’histoire, Marie-Hélène Baylac a publié Napoléon, empereur de l’île d’Elbe, avril 1814-février 1815, aux éditions Tallandier (2011), classé dans « Les Essentiels à lire sur le Premier Empire » par la Fondation Napoléon.
Présentation de l’éditeur :
Il reste encore des textes inédits à découvrir sur Napoléon ! A preuve, cette notice sortie de l’oubli, rédigée par Nicolas Raoul, qui suivit l’Empereur à l’île d’Elbe après sa première abdication en avril 1814. De son voyage de Fontainebleau à Portoferraio et de son séjour sur l’île, – où il occupa les fonctions de directeur du génie militaire – Raoul a laissé un récit qui aborde les sujets les plus divers : la difficile descente du convoi impérial par la vallée du Rhône, l’organisation politique et militaire de la principauté elboise, les travaux réalisés dans l’île…
Il dresse une série de portraits : Drouot, gouverneur de l’île, Bertrand, grand maréchal du palais, Madame Mère, Pauline Borghèse, et surtout Napoléon. L’Empereur apparaît tour à tour égoïste, autoritaire, mégalomane, inhumain même ; mais faisant montre d’une prestance et d’une dignité qui imposent le respect, capable d’accueillir la contradiction, aimable dans l’intimité… Bref, il fascine Raoul.
Cet ouvrage constitue une analyse éclairée de l’histoire de la principauté elboise.

La France du Second Empire – Napoléon III le provincial, Alain Carteret

La France du Second Empire - Napoléon III le provincial
La France du Second Empire – Napoléon III le provincial

DATE DE PARUTION : 01/12/2012
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : NC
EAN : 9782916385945
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 98
POIDS : 0,397 Kg
DIMENSIONS : 19 x 26 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Alain Carteret, né à Vichy en 1946, licencié en droit et diplômé de Sciences-Po Paris, préside depuis 2004 l’association des Amis de Napoléon III de Vichy. Historien de la ville de Vichy et du Second Empire, il a publié plusieurs ouvrages sur Napoléon III dont Napoléon III bienfaiteur en 2003, Actes et paroles de Napoléon III (La Table Ronde) en 2008, et Vichy Cité Napoléon III en 2010. Il nous convie dans cet ouvrage à une promenade dans les villes et résidences impériales du Second Empire, montrant que Napoléon III a été à la fois l’empereur de la France moderne et l’empereur de la France profonde.
Présentation de l’éditeur :
Napoléon III est le premier chez d’Etat à avoir sillonné la France, à la rencontre directe du peuple. Son intérêt réel pour les territoires, tous les territoires, même dans les coins les plus reculés du pays, s’est traduit par une modernisation sans pareil des villes et des campagnes. L’histoire s’est souvent bornée à reconnaître l’embellissement de Paris, transformée en plus belle capitale du monde.
Et encore le mérite en était-il attribué au baron Haussmann qui n’a été que son fidèle exécutant. Mais Paris a occulté tout ce que le souverain a réalisé en province, dans la France profonde. Il est temps de combler cette lacune. En effet, l’Empereur  » de tous les Français  » a dynamisé l’ensemble de la France et laissé un patrimoine considérable. La prospérité économique créée par le Second Empire a bénéficié à tous et partout.

L’armée du Second Empire, 1852-1870 – Henri Ortholan

L'armée du Second Empire
L’armée du Second Empire

DATE DE PARUTION : 04/02/2010
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : NC
EAN : 9782916385235
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 367
POIDS : 0,530 Kg
DIMENSIONS : 15 x 23 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Le colonel (er) Henri Ortholan, saint-cyrien, officier du génie, docteur en histoire, est un ancien conservateur au musée de l’Armée. Il a publié plusieurs ouvrages sur la guerre de 1870 et sur la Grande Guerre. Il est aussi l’auteur de plusieurs articles sur les deux guerres mondiales et sur la IIIe République.
Présentation de l’éditeur :
Aucune étude n’a été consacrée à l’armée du Second Empire. Elle est pourtant celle d’une époque brillante qui a fait de la France une grande nation. Outil forgé sur mesure par Napoléon III, elle a contribué à donner au pays la première place en Europe. Après plusieurs décennies d’ostracisme, l’Empereur des Français en a restauré l’image et lui a rendu sa dignité, non sans chercher à renouer avec les souvenirs de la Grande Armée. L’armée impériale connaît une durée bien supérieure à celle du Premier Empire. Même s’il n’existe pas de légende bâtie sur ses succès, qui n’ont certes pas le même pouvoir évocateur que ceux de la Grande Armée, elle a fait campagne toujours avec mérite. Fait nouveau, elle intervient sur tous les continents, et à un niveau que l’armée française n’a jamais connu auparavant. Elle prend Sébastopol, en Crimée, elle occupe Milan, en Italie, elle participe à la prise de Pékin, en Chine, elle entre à Mexico, au Mexique, où elle parvient à tenir un immense pays avec des effectifs limités. Armée de grande valeur, elle fut à un moment donné la meilleure d’Europe, et elle s’est toujours remarquablement tenue au feu, même contre l’envahisseur prussien, pour qui elle a été un adversaire coriace qui en a mesuré le prix. On oublie ensuite que le redressement qui suivra la défaite de 1870, aux débuts de la IIIe République, devra tout à l’ancienne armée impériale, à ses officiers, ses sous-officiers et ses soldats, qui continuèrent à servir la France au-delà du régime. Voici donc cette armée du Second Empire, métropolitaine ou armée d’Afrique, décrite comme institution, dans ses armes et ses services, qu’elle soit en manoeuvres sur le camp de Châlons ou en campagne, qu’elle vive le temps de paix ou bien qu’elle connaisse le temps de guerre.