Archives par mot-clé : Editions SPM

Vilnius l’Impériale – Le destin croisé d’Alexandre Ier et de Napoléon

Vilnius l'Impériale - Le destin croisé d'Alexandre Ier et de Napoléon
Vilnius l’Impériale – Le destin croisé d’Alexandre Ier et de Napoléon

DATE DE PARUTION : 10/01/2017
EDITEUR : S.P.M.
COLLECTION : Kronos (n°99)
EAN : 9782917232569
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 300
POIDS : 0.430 Kg
DIMENSIONS : 15 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Politologue et maître de conférences à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble, Sylvie LEMASSON occupe différentes fonctions diplomatiques depuis 2001 – successivement à Minsk, à Vilnius, au Caire et à Pékin. Conseiller culturel en Lituanie de 2005 à 2008, elle a également dirigé l’Institut français de Vilnius.
Présentation de l’éditeur :
En recoupant de nombreuses sources bibliographiques et archivistiques, cet essai rend compte de manière originale de la question polonolituanienne dans la politique européenne des empires français et russe.
Méconnue en Occident en glissant trop souvent dans les pliures de l’Histoire, l’ancienne République des Deux nations, constituée du grandduché de Lituanie et du royaume de Pologne, joue pourtant un rôle central dans le conlit auquel se livrent les souverains les plus importants de leur époque : Napoléon et Alexandre Ier. Située tout à la fois aux conins et au cœur de l’Europe, la Lituanie va – plus encore que la Pologne – servir de levier politique et militaire aux deux empereurs qui convoitent le continent.
Au cours de la campagne de Russie de 1812, Vilnius se distingue en tant que point névralgique de la rivalité franco-russe. L’ancienne capitale du grand-duché de Lituanie, dont tombent amoureux aussi bien Napoléon qu’Alexandre Ier en raison de sa richesse architecturale, devient leur résidence impériale. À tour de rôle, chacun y chasse l’autre pour mieux démontrer son emprise et sa force européenne. L’héritage lituanien s’impose comme un atout stratégique dans la diplomatie des grandes puissances.
Haut lieu de la culture juive ashkénaze et creuset multiconfessionnel durant près de quatre siècles, Vilnius sert de laboratoire d’idées pour les plans d’autonomie régionaux en faveur des minorités d’Europe centrale.
Cet ouvrage est une invitation à découvrir un espace européen souvent négligé au sein des chancelleries occidentales. Il contribue aussi à inscrire dans le cours de l’Histoire l’empreinte majeure de la Lituanie. Avant de disparaître de la carte européenne en 1795 pour être totalement intégré à la Russie tsariste, le pays représentait le plus grand État d’Europe au cours des XIVe et XVe siècles en s’étendant de la mer Baltique à la mer Noire. Dressé contre l’expansion mongolo-tatare à l’Est, il avait également triomphé des croisades teutoniques à l’Ouest.
La Lituanie recouvre son indépendance en 1918, puis en 1990 au terme d’un demi-siècle d’annexion soviétique.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Amazon.fr

La cour impériale sous le Premier et le Second Empire

La cour impériale sous le Premier et le Second Empire - Jacques-Olivier Boudon
La cour impériale sous le Premier et le Second Empire – Jacques-Olivier Boudon

DATE DE PARUTION : 01/12/2016
EDITEUR : SPM
COLLECTION : Institut Napoléon
EAN : 9782917232637
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 176
POIDS : 0.235 Kg
DIMENSIONS : 16 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Format Kindle
À propos de l’auteur :
Ont contribué à cet ouvrage: Éric Anceau, Jacques-Olivier Boudon, Pierre Branda, Bernard Chevallier, Vincent Haegele, Jehanne Lazaj, Xavier Mauduit, Natalie Petiteau, Olivier Varlan, Charles-Éloi Vial, Laetitia de Witt.
Présentation de l’éditeur :
Avant même la proclamation de l’Empire, en 1804, Napoléon Bonaparte s’entoure d’une cour qui joue un rôle essentiel dans la transformation monarchique du régime et contribue ensuite à l’enraciner dans le pays mais aussi au regard de l’Europe. S’inspirant du modèle de son oncle, Napoléon III en usera de même en redonnant tout son lustre à la cour qu’il installe à partir de 1852. Or longtemps, l’historiographie a négligé la cour impériale comme appartenant à un passé révolu. Au mieux les historiens s’y intéressaient pour y traquer les petites intrigues nouées autour des souverains ou pour évoquer la « fête impériale ». En réalité, la cour des deux empires revêt une importance considérable non seulement dans la construction d’une monarchie modernisée, même si elle s’inspire des modèles du passé, mais aussi dans la fondation d’une quatrième dynastie qui a besoin de se créer une clientèle et de se donner à voir. La politique du faste qui découle de la reconstruction de la cour en est une illustration.
Au-delà des fastes et des fêtes que ces deux cours impériales ont engendrés, il s’agira de comprendre son fonctionnement, les institutions qui la régissent, les hommes et les femmes qui l’animent, les lieux où elle se déploie. Enfin une interrogation particulière sera portée au rôle politique, voire diplomatique, que joue la Cour sous le Premier et le Second Empire. Cette approche croisée vise à reconsidérer le poids des cours monarchiques dans la France du XIXe siècle et s’inscrit dans le cadre du renouveau des études sur ce champ de recherche.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Amazon.fr

Napoléon historien

Napoléon historien
Napoléon historien

DATE DE PARUTION : 01/06/2016
EDITEUR : Editions SPM
COLLECTION : Kronos
EAN : 9782917232514
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 246
POIDS : 0,405 Kg
DIMENSIONS : 15,5 × 24,0 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Docteur en Histoire, membre de plusieurs sociétés savantes, spécialiste de l’histoire de la France moderne, Fadi EL HAgE est l’auteur d’une Histoire des maréchaux de France à l’époque moderne (prix d’histoire militaire 2011, Nouveau Monde/DMPA, 2012), de biographies consacrées aux maréchaux de Villars (Belin, 2012) et Fabert (L’Harmattan, 2016), d’une étude sur le chevalier de Bellerive (L’Harmattan, 2015), ainsi que d’une vingtaine d’articles dans différentes revues. Il collabore régulièrement au magazine Guerres & Histoire.
Présentation de l’éditeur :
Ce livre présente un aspect méconnu et peu étudié de Napoléon : son activité d’historien. Apparaît alors une personnalité complexe, plus intuitive que cérébrale, et cherchant toujours, à tout prix, à se mettre en avant. Le fruit de cette aventure historienne inachevée est constituée des brouillons de jeunesse, mais surtout des Mémoires, plus authentiques et révélateurs de la personnalité du grand homme, car issus de sa plume, ou plutôt de sa bouche même.
La méthode historique qu’il élabore, appliquée aux généraux qui l’ont précédé ou à lui-même, se révèle d’une étonnante modernité.

La Crise Concordataire – Catholiques français et italiens entre Pie VII et Napoléon – 1808 – 1814

La Crise Concordataire - Catholiques français et italiens entre Pie VII et Napoléon - 1808 - 1814
La Crise Concordataire – Catholiques français et italiens entre Pie VII et Napoléon – 1808 – 1814

DATE DE PARUTION : 15/02/2016
EDITEUR : Editions SPM
COLLECTION : Institut Napoléon
EAN : 9782917232453
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 224
POIDS : – Kg
DIMENSIONS : – x – cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Ont collaboré à ce volume : Jacques-Olivier Boudon, Giuseppe-M. Croce, Sylvio Hermann De Franceschi, Veronica Granata, Rémy Hême de Lacotte, André Lanfrey, Anne Philibert, Bernard Plongeron, Jean-Marc Ticchi.
Présentation de l’éditeur :
La crise religieuse marque incontestablement de son empreinte les dernières années de l’ère napoléonienne. Longtemps larvé, l’antagonisme entre le Saint-Siège et l’État français se mue, à partir de 1808, en un duel paroxystique scandé d’épisodes dramatiques comme l’excommunication de Napoléon, l’enlèvement de Pie VII ou le fiasco du concile de 1811, jusqu’au retour triomphal du successeur de Pierre dans sa ville de Rome en 1814. Les manifestations tenues au début des années 2000 pour célébrer le bicentenaire de la conclusion du concordat entre Napoléon et Pie VII ont souligné, à juste titre, le caractère fondateur de cette transaction, entre émergence de l’État-Nation moderne et affirmation renouvelée du magistère pontifical. Les neuf communications réunies dans ce recueil examinent, en contrepoint, le devenir de ce même pacte concordataire au moment où il affronte sa première véritable crise. En faisant droit à la diversité des acteurs (clercs et fidèles, au sommet comme à la base) et des contextes (français et italien), elles s’attachent notamment à restituer la manière dont ces vicissitudes ont été vécues par les catholiques de l’Empire, partagés entre deux obédiences. Quelles motivations ont inspiré leur soumission ou leur résistance ? Quel rôle la mémoire du passé révolutionnaire a-t-elle joué dans ces déterminations ? Quels liens peut-on établir avec les oppositions politiques à Napoléon ? Comment la crise a-t-elle nourri les controverses ecclésiologiques et les sensibilités internes au catholicisme ? Quelle image ressort-il du pontife romain ? Autant d’interrogations qui engagent notre compréhension du catholicisme européen du début du XIXe siècle et auxquelles on trouvera dans ces travaux de précieux éléments de réponse.

Les provinces illyriennes dans l’Europe napoléonienne (1809-1813)

Les provinces illyriennes dans l'Europe napoléonienne (1809-1813)
Les provinces illyriennes dans l’Europe napoléonienne (1809-1813)

DATE DE PARUTION : 01/12/2015
EDITEUR : Editions SPM
COLLECTION : Institut Napoléon
EAN : 9782917232149
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 252
POIDS : 0,455 Kg
DIMENSIONS : – x – cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Ont collaboré à ce volume Leopold Auer, Dušan Batakovi, Jean-François Brun, Jacques-Olivier Boudon, Olivier Chaline, Vjekoslav Ćosi, heodor Domej, Aurélie Fertil, hibaud Gouin, Stane Granda, Igor Grdina, Michel Kerautret, Matevž Košir, Stjepan Lapenda, Edi Miloš, Emmanuel Pénicaut, Geraud Poumarède, Radoslav Raspopovic, Franjo Šanjek, Julien Sapori, Slobodan Šoja, Jean Tulard, Olivier Varlan, Salvador Zitko.
Présentation de l’éditeur :
La création des Provinces illyriennes le 14 octobre 1809 est originale dans la mesure où il ne s’agit ni d’un État vassal, ni de départements français intégrés à l’Empire. Elle s’inscrit dans le contexte de l’application du blocus continental. Napoléon cherche à contrôler les côtes de l’Adriatique et à fermer les ports de
la région aux navires anglais. Mais en se substituant à l’Autriche et avant elle à Venise, la France est désormais au contact de l’empire ottoman, ce qui fait des Provinces illyriennes un espace de premier ordre sur le plan stratégique.
C’est pourquoi l’étude de ces provinces ne peut être envisagée sans un arrière-plan géopolitique qui mette en scène les grands empires de la région : empire russe, empire autrichien, empire ottoman. L’ouvrage s’attache aussi à mesurer l’inluence française dans les Provinces illyriennes, en analysant l’œuvre des principaux gouverneurs généraux, de Marmont à Fouché en passant par Bertrand, et en la confrontant avec la réalité du terrain. Les Provinces illyriennes
ont en efet connu en quatre ans des changements profonds et durables, dans de nombreux domaines. Cette domination a aussi suscité des réactions des habitants eux-mêmes, allant de l’adhésion au refus de la tutelle imposée par Napoléon, laquelle s’efondre dès la in de 1813. Mais les traces de la présence française sont durables et expliquent l’intérêt persistant pour cet épisode dans les pays couvrant aujourd’hui les anciennes provinces

Napoléon Ier-Napoléon III – Bâtisseurs – Jacques-Olivier Boudon

Napoléon Ier-Napoléon III - Bâtisseurs
Napoléon Ier-Napoléon III – Bâtisseurs

DATE DE PARUTION : 15/11/2014
EDITEUR : SPM
COLLECTION : Institut Napoléon
EAN : 9782917232309
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 132
POIDS : 0,195 Kg
DIMENSIONS : 13 × 21 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Ont collaboré à ce livre, dirigé par Jacques-Olivier Boudon : Éric Anceau, Michel Carmona, Bernard Chevallier, Juliette Glikman, Michel Lechevalier, Christophe Pincemaille, Georges Poisson et Georges Ribeill.
Présentation de l’éditeur :
On connaît le rôle joué par Napoléon Ier dans le domaine politique : il est le créateur des principales institutions de la France actuelle. De Napoléon III, on retient souvent l’image de l’empereur de la Fête impériale. Mais l’un et l’autre ont aussi eu une action décisive dans l’aménagement du territoire. Ils ont laissé leur empreinte dans le sol de France, en multipliant les grands travaux et en favorisant l’essor économique du pays.
Napoléon Ier et Napoléon III ont eu une action déterminante en faveur du développement de l’économie ; ils ont œuvré dans le domaine des transports : canaux et routes, auxquels s’ajoute le chemin de fer sous le Second Empire.
Ils ont contribué au réaménagement des villes, la politique inaugurée par Napoléon Ier étant amplifiée par Napoléon III, et « l’haussmanisation » devenant le terme générique pour désigner, au-delà de Paris, ces formes de réaménagements urbains. Enfin, c’est aussi dans la pierre, à Paris en particulier, que s’opère l’enracinement de la dynastie des Napoléon, Napoléon Ier comme Napoléon III cherchant à laisser une trace visible de leur œuvre.

Napoléon et les femmes – Jacques-Olivier Boudon

Napoléon et les femmes
Napoléon et les femmes

DATE DE PARUTION : 22/11/2013
EDITEUR : SPM
COLLECTION : Institut Napoléon
EAN : 9782917232170
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 144
POIDS : 0,215 Kg
DIMENSIONS : 13,5 x 21,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l’Ecole normale supérieure, agrégé d’histoire, est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Rouen et président de l’Institut Napoléon, à la tête duquel il a succédé à Jean Tulard. Spécialiste d’histoire religieuse du Premier Empire, il est membre du bureau de l’Association Française d’Histoire Religieuse Contemporaine, du Comité de rédaction de la Revue d’Histoire de l’Eglise de France, du comité éditorial de Histoire du christianisme magazine et du comité éditorial de Napoléon Ier. Magazine du Consulat et de l’Empire.
Présentation de l’éditeur :
Cet ouvrage s’intéresse à la vie des femmes sous le Consulat et l’Empire. Il envisage la conception que Napoléon se faisait de la femme, en scrutant son apport à la rédaction du Code civil sur la question de la place de la femme dans la société ou sur l’éducation des jeunes filles. Les mémoires ou correspondances permettent de se faire une idée de la manière dont les femmes qui ont traversé l’Empire ont perçu cette période de réformes, de privation des libertés, mais aussi de guerres.

Dictionnaire des colonels de Napoléon – Danielle et Bernard Quintin

Dictionnaire des colonels de Napoléon
Dictionnaire des colonels de Napoléon

DATE DE PARUTION : 01/06/2013
EDITEUR : SPM
COLLECTION : Kronos
EAN : 9782901952787
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 978
POIDS : 1,320 Kg
DIMENSIONS : 16 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Bernard Quintin, né en 1931, est diplômé de l’Institut d’Etudes politiques de Paris (1952) et d’études supérieures de Sciences économiques de la faculté de Droit de Paris (1957) ; membre du conseil d’administration de l’Institut Napoléon, il a collaboré au Dictionnaire du Second Empire (1996), et au Dictionnaire Napoléon (réédition 1999) sous la direction de Jean Tulard. Il a publié des articles dans la Revue de la société des Amis du Musée de l’Armée, les Carnets de la Sabretache, la Revue de l’Institut Napoléon, la Revue du Souvenir napoléonien, la Revue de l’Association pour la conservation des monuments napoléoniens, la Revue de l’Académie Napoléon.
Co-auteur, avec son épouse, du Dictionnaire des colonels de Napoléon (1996) et du Dictionnaire des capitaines de vaisseau de Napoléon (2003). Danielle Quintin a réuni une grande partie de la documentation du Dictionnaire des colonels et a participé à sa rédaction ainsi qu’à celle du Dictionnaire des capitaines de vaisseau de Napoléon et du présent ouvrage. Un prix spécial du jury leur a été remis en 2007 par la Fondation Napoléon pour l’ensemble de leur oeuvre.
Présentation de l’éditeur :
Publié pour la première fois en 1996 et aujourd’hui largement complété, ce dictionnaire recense les 1574 colonels et adjudants commandants ayant servi sous l’Empire, de 1804 à 1814, en tenant compte des promotions accordées sous les Cent-Jours en 1815, et ayant souvent cessé leur carrière militaire à la fin de cette période. Cette recherche s’appuie sur des archives conservées au Service historique de la Défense, Département Terre et Département Marine.
Voici, selon Jean Tulard, un ouvrage de référence.