Archives par mot-clé : Editions Vendémiaire

L’Économie selon Napoléon – Monnaie, banque, crises et commerce sous le Premier Empire

L’Économie selon Napoléon - Monnaie, banque, crises et commerce sous le Premier Empire
L’Économie selon Napoléon – Monnaie, banque, crises et commerce sous le Premier Empire

DATE DE PARUTION : 04/11/2016
EDITEUR : Vendémiaire
COLLECTION : Bibliothèque du XIXe Siècle
EAN : 9782363582461
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 480
POIDS : 0.465 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Pierre BRANDA, chef du service Patrimoine de la Fondation Napoléon, a publié de nombreux livres sur la période napoléonienne, dont La Guerre secrète de Napoléon : Île d’Elbe 1814-1815 (Perrin, 2014), Le Prix de la gloire. Napoléon et l’argent (Fayard, 2007) et Joséphine. Le paradoxe du cygne (Perrin, 2016).
Présentation de l’éditeur :
L’économie, une passion napoléonienne ? L’idée aujourd’hui ne fait plus aucun doute. Rapports quotidiens sur la situation de la Trésorerie, prix des denrées, qualité des récoltes, cours de la rente, difficultés de certaines entreprises : l’Empereur voulait tout savoir… et se mêlait de tout. Créateur de la Banque de France et du franc germinal, introducteur de nouveaux principes budgétaires, il réorganisa profondément le système monétaire et financier de notre pays.
À bien des égards, le règne de Napoléon constitue une période déterminante sur le plan économique et surtout riche d’enseignements pour notre monde contemporain. De l’endettement public aux crises qui ponctuèrent son règne, du Brexit inversé que fut le blocus continental à l’influence de la finance, en passant par l’analyse des cycles de la croissance, ou encore le commerce extérieur : c’est tout le Consulat et le Premier Empire qu’on redécouvre ici sous un angle très actuel et inédit.
Une réflexion qui réunit, sous la direction de Pierre Branda, vingt-cinq historiens parmi les plus réputés de la période, notamment Jacques-Olivier Boudon, Thierry Lentz, Jean Tulard, Emmanuel de Waresquiel…

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Amazon.fr

La Grande Armée à la conquête de l’Angleterre – Le plan secret de Napoléon

La Grande Armée à la conquête de l'Angleterre - Le plan secret de Napoléon
La Grande Armée à la conquête de l’Angleterre – Le plan secret de Napoléon

DATE DE PARUTION : 04/11/2016
EDITEUR : Vendémiaire
COLLECTION : Bibliothèque du XIXe Siècle
EAN : 9782363582478
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 320
POIDS : 0.255 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Nicola Todorov est chercheur associé au Centre d’histoire du XIXe siècle et directeur adjoint de la Revue de géographie historique. Ses recherches portent sur l’Europe à l’époque napoléonienne.
Présentation de l’éditeur :
En histoire, ce qui n’a pas eu lieu, ce qui a échoué, ou avorté, est généralement considéré comme nul et non avenu. C’est bien ce qui s’est passé pour les ambitions de Napoléon concernant l’Angleterre, depuis deux siècles passées sous silence, ou traitées à la légère, parce qu’elles n’ont pas abouti. Elles sont pourtant la clé de toute sa politique étrangère depuis 1810, et permettent d’éclairer d’un nouveau jour toutes les décisions qu’il prit depuis lors, jusqu’à l’issue fatale de la campagne de Russie, dans laquelle il a été entraîné malgré lui par les préparatifs du tsar Alexandre : on les a souvent considérées comme irrationnelles ou contradictoires, alors qu’elles s’inscrivent en toute logique dans ce plan secret.
Ainsi, les annexions tentaculaires des années 1810 à 1812 s’expliquent d’abord par la nécessité de contrôler les ports européens, bases navales indispensables au débarquement. Ainsi, la prolongation interminable de la guerre d’Espagne témoigne de la volonté d’inciter les Britanniques à dégarnir leur territoire de leurs troupes… Ainsi, l’exploitation systématique des forêts, le recrutement intensif et la formation des équipages signalent que l’Empereur n’avait en rien renoncé à rebâtir une marine capable de faire pièce à la Navy.
La grande affaire de son règne, c’était bien l’invasion de l’Angleterre.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Amazon.fr

Cambronne – La légende de Waterloo

Cambronne - La légende de Waterloo
Cambronne – La légende de Waterloo

DATE DE PARUTION : 18/08/2016
EDITEUR : Editions Vendémiaire
COLLECTION : Bibliothèque du XIXe siècle
EAN : 9782363582416
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 288
POIDS : 0,318 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Stéphane Calvet est docteur en histoire. Chargé de cours à l’université et à l’IEP de Poitiers, il consacre ses recherches aux guerres napoléoniennes, plus particulièrement à la Grande Armée.
Présentation de l’éditeur :
« L’homme qui a gagné la bataille de Waterloo, c’est Cambronne. »
Victor Hugo, Les Misérables
Il est réputé pour avoir déclaré aux Anglais à Waterloo, alors que tout semblait perdu : « La Garde meurt et ne se rend pas », ou pour avoir refusé la défaite par un autre mot, plus grossier. Il est aujourd’hui encore considéré comme l’un des plus grands fidèles de Napoléon, celui qui aurait sauvé l’honneur de la Garde impériale lors de l’ultime bataille.
Pourtant, la vie du général Cambronne ne se résume pas à cette image d’Épinal : le travail de l’historien permet de dresser un portrait inédit de ce Nantais engagé dans l’armée révolutionnaire, connu pour sa brutalité et son ivrognerie, qui suivra l’Empereur dans ses derniers combats mais finira sa vie en notable fidèle à la monarchie restaurée. Alors même que s’échafaude sa légende…

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Amazon.fr

Un crime d’état sous l’Empire – L’affaire Palm

Un crime d'état sous l'Empire - L'affaire Palm
Un crime d’état sous l’Empire – L’affaire Palm

DATE DE PARUTION : 18/08/2016
EDITEUR : Editions Vendémiaire
COLLECTION : Bibliothèque du XIXe siècle
EAN : 9782363582409
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 228
POIDS : 0,250 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Michel Kerautret a principalement travaillé sur la Prusse du XVIIIe siècle et les relations internationales à l’époque napoléonienne. Il a notamment publié Les Grands Traités du Consulat et de l’Empire (2004), Histoire de la Prusse (2005), et codirigé trois volumes de la Correspondance générale de Napoléon Bonaparte (2008, 2009 et 2011).
Présentation de l’éditeur :
Le 26 août 1806, au petit matin, Johann Philipp Palm, libraire à Nuremberg, est fusillé par des soldats français dans la ville autrichienne de Braunau. Il était âgé de quarante ans. On lui reproche d’avoir favorisé la publication d’un libelle hostile aux troupes d’occupation, véritable appel à la résistance contre l’envahisseur ; et, sans doute, d’en être l’auteur. La décision d’exécution fut prise par Napoléon lui-même. Elle nourrit un sentiment anti-français d’une extrême virulence qui s’exacerba tout au long du XIXe siècle. Et contribua à ce nationalisme allemand dont l’Europe subit par la suite les terribles secousses. Alors, l’affaire Palm, plus qu’un crime d’État, une faute politique aux conséquences incalculables ?

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Amazon.fr

Chouans et Vendéens contre l’Empire – 1815. L’autre Guerre des Cent-Jours

Chouans et Vendéens contre l’Empire - 1815. L’autre Guerre des Cent-Jours
Chouans et Vendéens contre l’Empire – 1815. L’autre Guerre des Cent-Jours

DATE DE PARUTION : 05/11/2015
EDITEUR : Vendémiaire
COLLECTION : Révolutions
EAN : 9782363581877
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 380
POIDS : 0,328 Kg
DIMENSIONS : 14,6 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Docteur en histoire, Aurélien Lignereux est maître de conférences à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble. Il a notamment publié L’Empire des Français (1799-1815), tome I de l’Histoire de la France contemporaine, au Seuil, réédité en Points en 2014.
Présentation de l’éditeur :
À l’Ouest rien de nouveau, semble-t-il, en 1815 : conduits par des La Rochejaquelein, d’Autichamp, d’Andigné ou autres Charette, les Vendéens et les Chouans reprennent les armes pour le roi, tandis que Napoléon, revenu aux Tuileries, s’apprête à affronter l’Europe coalisée. Cette nouvelle guerre de l’Ouest n’aura duré que quarante jours. Conclue par deux défaites royalistes, elle aura fait quelques centaines de morts mais éloigné de Waterloo plusieurs milliers de soldats.
Conflit secondaire, peut-être, au regard de l’histoire militaire. Mais exemple saisissant d’apprentissage de la guerre conventionnelle par les paysans du Bocage. Surtout, épisode majeur pour l’histoire politique de la France au XIXe siècle : la prise d’armes de mai-juin 1815 constitue en effet, avec le soulèvement républicain de décembre 1851, la plus importante des mobilisations populaires en province.
Et ces paysans en armes n’ont rien de jouets manipulés par les nobles : la monarchie restaurée en fait l’expérience lorsqu’après la chute de Napoléon, il s’agira d’en finir avec l’organisation paramilitaire des paroisses, royaliste mais si menaçante pour l’ordre établi, constitutionnel et censitaire.

Le dernier voyage de l’empereur – Paris-Ile d’Aix, 1815

Le dernier voyage de l'empereur - Paris-Ile d'Aix, 1815
Le dernier voyage de l’empereur – Paris-Ile d’Aix, 1815

DATE DE PARUTION : 17/09/2015
EDITEUR : Vendémiaire
COLLECTION : Bibliothèque du XIXe siècle
EAN : 9782363581907
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 346
POIDS : 0,300 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Charles-Éloi Vial, docteur en histoire et spécialiste du Premier empire, est actuellement conservateur au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Il est également l’auteur de « L’Adieu à l’Empereur – Journal de Marie-Louise » paru aux éditions Vendémiaire en janvier 2015.
Présentation de l’éditeur :
« Qu’il parte, il ne saurait le faire trop tôt ! »
Nous sommes en juin 1815. Ces amères paroles de Caulaincourt, qui fut pourtant l’un des fidèles de l’Empereur, donnent bien le ton de la lassitude et de l’exaspération qui ont saisi les grands dignitaires de l’armée et de l’administration après la défaite de Waterloo. Désormais, Napoléon est seul pour assister à l’effondrement de son rêve, à la fin de l’extraordinaire aventure politique dans laquelle il a lancé le pays durant plus de quinze ans.
Tour à tour désemparé, abattu, plein d’illusions sur ses ressources ou la mansuétude de ses ennemis, fataliste, attaché aux symboles d’une cour disparue… C’est un homme à la dérive qui prend la route des ports de l’Ouest, et échoue à l’Île d’Aix, où se joue son destin.
C’est avec une extrême précision dans le détail et une remarquable acuité dans l’analyse psychologique que Charles-Éloi Vial retrace ici les étapes de ce douloureux itinéraire qui prendra fin sur le Bellérophon, quand Napoléon apprendra enfin qu’il doit être déporté à Sainte Hélène – passager malgré lui d’un dernier voyage qui l’éloigne définitivement de l’histoire de la France.

Napoléon et la France

Napoléon et la France
Napoléon et la France

DATE DE PARUTION : 21/08/2015
EDITEUR : Vendémiaire
COLLECTION : Bibliothèque du XIXe siècle
EAN : 9782363581860
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 256
POIDS : 0,224 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Spécialiste du Consulat et du Premier Empire, Thierry Lentz est le directeur de la Fondation Napoléon. Il enseigne l’histoire du Premier Empire à l’Institut catholique d’Études supérieures de La Roche-sur-Yon.
Présentation de l’éditeur :
Il a institué le Code civil, réformé l’organisation des cultes, donné à l’enseignement secondaire et supérieur les cadres qui sont encore les siens aujourd’hui… Mais aussi durablement bouleversé l’équilibre européen, entraîné des centaines de milliers d’hommes dans l’aventure militaire, et réduit au silence ses opposants. Alors, Napoléon, homme d’État visionnaire ou dictateur sans scrupules ?
Thierry Lentz brosse ici, en douze leçons, le portrait d’un régime qui a voulu continuer la révolution par d’autres moyens, inscrire la France dans une forme de modernité démocratique tout en jetant les bases d’un système dynastique fait pour durer. Faut-il le juger à l’aune de sa brièveté ou, au contraire, considérer les acquis dont nous lui sommes, aujourd’hui encore, redevables ?

L’Adieu à l’Empereur – Journal de Marie-Louise – Charles-Eloi Vial

Adieu à l'empereur - Journal de Marie-Louise
Adieu à l’empereur – Journal de Marie-Louise

DATE DE PARUTION : 23/01/2015
EDITEUR : Vendémiaire
COLLECTION : Bibliothèque du XIXe siècle
EAN : 9782363581471
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 288
POIDS : 0,248 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Charles-Éloi Vial, docteur en histoire et spécialiste du Premier empire. Il est actuellement onservateur au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.
Présentation de l’éditeur :
Mardi 27 mars 1810, trois heures de l’après-midi, sur la route de Soissons à Reims. Un empereur de quarante ans bondit dans une voiture, à la grande surprise d’une jeune princesse de dix-huit ans. Napoléon Bonaparte vient de faire la connaissance de sa future épouse, Marie-Louise, fille de François Ier d’Autriche. Pour elle, qui fut élevée dans la haine de la Révolution française, c’est d’abord un choc. Lui s’est peu préoccupé du cérémonial : divorcé depuis quelques semaines et décidé à sceller cette alliance avec une vieille monarchie européenne, il est impatient de rencontrer celle qui lui donnera un héritier. Alors que rien ne les y préparait, l’amour surgit entre eux.
Après « l’incomparable » Joséphine, Marie-Louise, qui connut l’apogée de l’Empire puis sa chute, fut souvent considérée comme une enfant gâtée, prompte à abandonner son époux vaincu pour rejoindre les siens. Pourtant, entre la timide adolescente de 1810 et la souveraine déchue qui doit quatre ans plus tard retourner auprès de son père sous protection militaire, le chemin parcouru a été grand.
C’est le mérite de ces différents journaux de voyage, pour la première fois publiés dans leur totalité, que de nous faire découvrir les coulisses de l’Empire, mais surtout les mouvements intimes et la personnalité complexe de cette étonnante jeune fille, à la fois fidèle et capricieuse, moqueuse et amoureuse jusqu’à la mélancolie.

Honneur et violences de guerre au temps de Napoléon – La campagne de Calabre – Nicolas Cadet

Honneur et violences de guerre au temps de Napoléon - La campagne de Calabre
Honneur et violences de guerre au temps de Napoléon – La campagne de Calabre

DATE DE PARUTION : 23/01/2015
EDITEUR : Vendémiaire
COLLECTION : NC
EAN : 9782363581556
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 448
POIDS : 0,378 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Nicolas Cadet a soutenu sa thèse à l’EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau, pour laquelle il a reçu le prix d’histoire du CEHD (Centres d’études d’histoire de la Défense). Il est actuellement professeur en classes préparatoires au Prytanée militaire de la Flèche.
Présentation de l’éditeur :
Perdues dans une contrée lointaine, terra incognita aux forêts impénétrables et aux montagnes escarpées, les troupes françaises sont engagées dans une campagne décisive pour le contrôle de la Méditerranée. Après les batailles rangées entre armées régulières, où la puissance de feu fait des ravages, la Calabre bascule, en 1806, dans une insurrection d’une brutalité effroyable : viols, pillages, mutilations, anthropophagie, têtes tranchées à l’entrée des villages… Dans ce jardin des supplices, deux conceptions de l’honneur s’affrontent : celle des rebelles calabrais, clanique, familiale, empreinte d’une piété qui confine au fanatisme, et celle des militaires napoléoniens, faite de bravoure, d’esprit de sacrifice mais aussi de préjugés ethniques qui tendent à priver l’adversaire de toute humanité.
De cet affrontement sans merci entre deux formes de civilisation naîtra l’un des plus grands massacres du Premier empire. L’explosion de violence de cette première guérilla moderne, alliée aux nouvelles procédures mises en place par l’État pour mieux assurer sa domination sur les populations – déportations, contrôles d’identité –, préfigure les conflits les plus meurtriers des XIXe et XXe siècles.

Le coup d’état – Robespierre, Danton et Marat contre la démocratie – Pedro J. Ramirez

Le coup d'état - Robespierre, Danton et Marat contre la démocratie
Le coup d’état – Robespierre, Danton et Marat contre la démocratie

DATE DE PARUTION : 03/10/2014
EDITEUR : Vendémiaire
COLLECTION : HC
EAN : 9782363581433
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 608
POIDS : 1,284 Kg
DIMENSIONS : 16 x 22 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Pedro J. Ramirez a fondé et dirigé le quotidien El Mundo, à la tête duquel il a acquis une grande notoriété en Espagne, en dénonçant notamment les affaires de corruption touchant le gouvernement. Révoqué pour cette raison en janvier 2014, il se consacre depuis à la rédaction d’ouvrages d’histoire. Il témoigne ici de l’érudition d’un spectateur fervent de la Révolution française, du talent d’un grand journaliste et de la distance critique d’un homme qui sait le prix de la liberté d’opinion et la violence du pouvoir.
Présentation de l’éditeur :
La prise de la Bastille, la déclaration des droits de l’Homme, l’exécution de Louis XVI, l’insurrection en Vendée… L’histoire de la Révolution, on croit en connaître les grandes lignes. Mais ce que furent, au jour le jour, les débats et les doutes des hommes qui représentaient le peuple à la Convention, nous n’en avons pas l’idée. Pas plus que des sentiments qui pouvaient agiter les protagonistes, ni de ce qui, dans leurs décisions, était dicté par les circonstances, les affinités, la peur ou le ressentiment.
Au plus près de leurs échanges, à la tribune de l’Assemblée ou dans les clubs, au fil de leurs Mémoires et de leurs correspondances, c’est ce tableau extraordinairement vivant, incarné, passionné, que Pedro J. Ramirez met ici au jour. Pour mieux dévoiler comment, au printemps 1793, la minorité de la Chambre a pu prendre le pas sur la majorité modérée. Et établir, à l’issue d’un véritable coup d’Etat, un régime de terreur qui a définitivement éloigné la Révolution de son idéal démocratique.