Archives par mot-clé : Italie

Napoléon et l’Italie 1805-1815

Napoléon et l'Italie 1805-1815
Napoléon et l’Italie 1805-1815

DATE DE PARUTION : 23/02/2016
EDITEUR : Editions Histoire & Collections
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782352502913
Caractéristiques :
RELIURE : Relié
NOMBRE DE PAGES : 192
POIDS : 1,400 Kg
DIMENSIONS : 23 x 32 cm
ILLUSTRATIONS : 300 photographies
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Gilles Boué, agrégé d’Histoire, spécialiste d’Histoire militaire, collabore régulièrement avec le Service Historique de la Défense. Auteur, il a publié chez Histoire & Collections, Essling première défaite de Napoléon (2008), La bataille de Leipzig (2013) et La Révolution, 1788-1790 (2013). Il est également un contributeur régulier du magazine Vae Victis. Cet ouvrage a été réalisé avec la collaboration du regretté Juan-Carlos Carmigniani.
Présentation de l’éditeur :
Le fait le plus remarquable dans la carrière politique de Napoléon, c’est qu’il n’a jamais séparé, en sa pensée et dans son cœur la France de l’Italie. Au fronton de l’Arc de triomphe du carrousel, il y a gravé à la même hauteur les Armes de France et les Armes d’Italie. L’Empereur a toujours porté la décoration de la Couronne de Fer à côté de la légion d’honneur ; et jusqu’à Sainte Hélène, jusqu’à son dernier soupir, on pouvait voir, confondues sur sa poitrine le rouge de la Légion d’honneur de France et l’orange liseré de vert de la couronne d’Italie. L’Empereur montrait ainsi combien Metternich avait tort lorsqu’on lui prêtait cette célèbre expression : « l’Italie n’est rien qu’une expression géographique ». Expression géographique peut être aux yeux des Autrichiens, mais pièce maîtresse dans la réécriture de l’Europe napoléonienne.
Les liens entre Napoléon et l’Italie restent trop souvent réduits à ses fulgurantes campagnes de 1796 et de 1800. Cette histoire d’amour, faite de moments de bonheur mais aussi de rancœur, se poursuivit bien au-delà de Marengo. L’histoire de Napoléon et l’Italie de 1805 à 1815, c’est d’abord celle d’une absence. Napoléon ne revit que deux fois l’Italie en 10 ans (du 19 avril au 8 juillet 1805, puis du 21 novembre au 28 décembre 1807). Et pourtant, il n’y eut pas un seul jour sans que deux, trois ou quatre lettres ne partent par la poste ou le télégraphe (à partir de 1809), pour Milan, Rome ou Naples. Cette permanence dans la pensée impériale, illustrait la volonté de faire de l’Italie un état modèle « à la française ».
L’Italie, c’est le petit frère que l’on aide à grandir sous un regard sévère, permanent et vigilant mais aussi plein de tendresse.