Archives par mot-clé : Jacques-Olivier Boudon

L’Empire des polices – Comment Napoléon faisait régner l’ordre

L'empire des polices - Comment Napoléon faisait régner l'ordre
L’empire des polices – Comment Napoléon faisait régner l’ordre

DATE DE PARUTION : 17/02/2017
EDITEUR : La librairie Vuibert
COLLECTION : NC
EAN : 9782311101195
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 240
POIDS : 0.460 Kg
DIMENSIONS : 14 x 21 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Jacques-Olivier Boudon, successeur de Jean Tulard, est professeur d’histoire de la Révolution et de l’Empire à l’université Paris Sorbonne. Il est l’auteur d’une trentaine de livres dont Les Naufragés de la Méduse (Belin, 2016) et préside l’Institut Napoléon.
Présentation de l’éditeur :
Si Napoléon conquit le pouvoir grâce à la gloire de son armée, il ne put le garder que par l’habileté de sa police. Confronté à mille complots, l’Empereur confia sa police à Fouché, mais soucieux ne pas se fier à un seul service et à un seul homme, il diversifia ses sources de renseignements. Diviser pour mieux régner, en somme. Police, gendarmerie, préfecture de police de Paris, garde impériale…
l’Empereur est le centre de ces services. C’est vers lui que convergent tous les renseignements. Il connaît, grâce au bulletin de police et aux divers rapports qu’il reçoit, le moindre crime commis dans l’Empire et n’hésite pas à manipuler les uns pour mieux contrôler les autres. Jacques-Olivier Boudon nous entraîne dans les arcanes secrètes de ce monde interlope où l’on croise aussi bien Vidocq que le duc d’Enghien ou le général Malet.
Entre répression du brigandage, chasse aux déserteurs et surveillance de l’opinion publique pour mieux la façonner, la guerre des polices faisait rage. Une nouvelle histoire du Premier Empire explorée par sa face la plus sombre.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Amazon.fr

La cour impériale sous le Premier et le Second Empire

La cour impériale sous le Premier et le Second Empire - Jacques-Olivier Boudon
La cour impériale sous le Premier et le Second Empire – Jacques-Olivier Boudon

DATE DE PARUTION : 01/12/2016
EDITEUR : SPM
COLLECTION : Institut Napoléon
EAN : 9782917232637
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 176
POIDS : 0.235 Kg
DIMENSIONS : 16 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Format Kindle
À propos de l’auteur :
Ont contribué à cet ouvrage: Éric Anceau, Jacques-Olivier Boudon, Pierre Branda, Bernard Chevallier, Vincent Haegele, Jehanne Lazaj, Xavier Mauduit, Natalie Petiteau, Olivier Varlan, Charles-Éloi Vial, Laetitia de Witt.
Présentation de l’éditeur :
Avant même la proclamation de l’Empire, en 1804, Napoléon Bonaparte s’entoure d’une cour qui joue un rôle essentiel dans la transformation monarchique du régime et contribue ensuite à l’enraciner dans le pays mais aussi au regard de l’Europe. S’inspirant du modèle de son oncle, Napoléon III en usera de même en redonnant tout son lustre à la cour qu’il installe à partir de 1852. Or longtemps, l’historiographie a négligé la cour impériale comme appartenant à un passé révolu. Au mieux les historiens s’y intéressaient pour y traquer les petites intrigues nouées autour des souverains ou pour évoquer la « fête impériale ». En réalité, la cour des deux empires revêt une importance considérable non seulement dans la construction d’une monarchie modernisée, même si elle s’inspire des modèles du passé, mais aussi dans la fondation d’une quatrième dynastie qui a besoin de se créer une clientèle et de se donner à voir. La politique du faste qui découle de la reconstruction de la cour en est une illustration.
Au-delà des fastes et des fêtes que ces deux cours impériales ont engendrés, il s’agira de comprendre son fonctionnement, les institutions qui la régissent, les hommes et les femmes qui l’animent, les lieux où elle se déploie. Enfin une interrogation particulière sera portée au rôle politique, voire diplomatique, que joue la Cour sous le Premier et le Second Empire. Cette approche croisée vise à reconsidérer le poids des cours monarchiques dans la France du XIXe siècle et s’inscrit dans le cadre du renouveau des études sur ce champ de recherche.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Amazon.fr

Les provinces illyriennes dans l’Europe napoléonienne (1809-1813)

Les provinces illyriennes dans l'Europe napoléonienne (1809-1813)
Les provinces illyriennes dans l’Europe napoléonienne (1809-1813)

DATE DE PARUTION : 01/12/2015
EDITEUR : Editions SPM
COLLECTION : Institut Napoléon
EAN : 9782917232149
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 252
POIDS : 0,455 Kg
DIMENSIONS : – x – cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Ont collaboré à ce volume Leopold Auer, Dušan Batakovi, Jean-François Brun, Jacques-Olivier Boudon, Olivier Chaline, Vjekoslav Ćosi, heodor Domej, Aurélie Fertil, hibaud Gouin, Stane Granda, Igor Grdina, Michel Kerautret, Matevž Košir, Stjepan Lapenda, Edi Miloš, Emmanuel Pénicaut, Geraud Poumarède, Radoslav Raspopovic, Franjo Šanjek, Julien Sapori, Slobodan Šoja, Jean Tulard, Olivier Varlan, Salvador Zitko.
Présentation de l’éditeur :
La création des Provinces illyriennes le 14 octobre 1809 est originale dans la mesure où il ne s’agit ni d’un État vassal, ni de départements français intégrés à l’Empire. Elle s’inscrit dans le contexte de l’application du blocus continental. Napoléon cherche à contrôler les côtes de l’Adriatique et à fermer les ports de
la région aux navires anglais. Mais en se substituant à l’Autriche et avant elle à Venise, la France est désormais au contact de l’empire ottoman, ce qui fait des Provinces illyriennes un espace de premier ordre sur le plan stratégique.
C’est pourquoi l’étude de ces provinces ne peut être envisagée sans un arrière-plan géopolitique qui mette en scène les grands empires de la région : empire russe, empire autrichien, empire ottoman. L’ouvrage s’attache aussi à mesurer l’inluence française dans les Provinces illyriennes, en analysant l’œuvre des principaux gouverneurs généraux, de Marmont à Fouché en passant par Bertrand, et en la confrontant avec la réalité du terrain. Les Provinces illyriennes
ont en efet connu en quatre ans des changements profonds et durables, dans de nombreux domaines. Cette domination a aussi suscité des réactions des habitants eux-mêmes, allant de l’adhésion au refus de la tutelle imposée par Napoléon, laquelle s’efondre dès la in de 1813. Mais les traces de la présence française sont durables et expliquent l’intérêt persistant pour cet épisode dans les pays couvrant aujourd’hui les anciennes provinces

Napoléon et la dernière campagne – Les Cent-Jours, 1815 – Jacques-Olivier Boudon

Napoléon et la dernière campagne
Napoléon et la dernière campagne

DATE DE PARUTION : 04/03/2015
EDITEUR : Armand Colin
COLLECTION : HC
EAN : 9782200600075
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 368
POIDS : 0,545 Kg
DIMENSIONS : 15,3 x 23,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l’École Normale Supérieure, est professeur d’histoire de la Révolution et de l’Empire à l’université Paris Sorbonne et président de l’Institut Napoléon. Auteur d’une trentaine d’ouvrages sur la période napoléonienne, il est membre du comité international d’accompagnement du champ de bataille de Waterloo depuis 2003.
Présentation de l’éditeur :
Napoléon et la dernière campagne constitue le troisième et dernier opus de Jacques-Olivier Boudon relatif à l’épopée napoléonienne sur le front après Napoléon et la campagne de Russie, 1812 et Napoléon et la campagne de France, 1814. L’annonce du débarquement de Napoléon à Golfe-Juan le 1er mars 1815 retentit comme un coup de tonnerre dans une Europe pétrifiée par l’audace de l’homme qui a dominé le monde pendant quinze ans. Acclamé à son retour, Napoléon retrouve en vingt jours ses habits d’empereur et s’engage dans une série de réformes libérales qui marqueront d’un sceau nouveau l’Empire des Cent-Jours. Mais il est très vite confronté à l’opposition irréductible des puissances européennes hostiles à ce retour. Dès lors la guerre est inévitable. Napoléon repart en campagne, mais il ne parvient pas à souder autour de sa personne une nation lasse de la guerre. Ce sera sa dernière campagne, une campagne courte ponctuée par la bataille de Waterloo, toujours controversée. À partir d’archives et de mémoires du temps, l’auteur met en scène cette dernière campagne de Napoléon, à la fois héroïque et tragique.

Napoléon Ier-Napoléon III – Bâtisseurs – Jacques-Olivier Boudon

Napoléon Ier-Napoléon III - Bâtisseurs
Napoléon Ier-Napoléon III – Bâtisseurs

DATE DE PARUTION : 15/11/2014
EDITEUR : SPM
COLLECTION : Institut Napoléon
EAN : 9782917232309
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 132
POIDS : 0,195 Kg
DIMENSIONS : 13 × 21 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Ont collaboré à ce livre, dirigé par Jacques-Olivier Boudon : Éric Anceau, Michel Carmona, Bernard Chevallier, Juliette Glikman, Michel Lechevalier, Christophe Pincemaille, Georges Poisson et Georges Ribeill.
Présentation de l’éditeur :
On connaît le rôle joué par Napoléon Ier dans le domaine politique : il est le créateur des principales institutions de la France actuelle. De Napoléon III, on retient souvent l’image de l’empereur de la Fête impériale. Mais l’un et l’autre ont aussi eu une action décisive dans l’aménagement du territoire. Ils ont laissé leur empreinte dans le sol de France, en multipliant les grands travaux et en favorisant l’essor économique du pays.
Napoléon Ier et Napoléon III ont eu une action déterminante en faveur du développement de l’économie ; ils ont œuvré dans le domaine des transports : canaux et routes, auxquels s’ajoute le chemin de fer sous le Second Empire.
Ils ont contribué au réaménagement des villes, la politique inaugurée par Napoléon Ier étant amplifiée par Napoléon III, et « l’haussmanisation » devenant le terme générique pour désigner, au-delà de Paris, ces formes de réaménagements urbains. Enfin, c’est aussi dans la pierre, à Paris en particulier, que s’opère l’enracinement de la dynastie des Napoléon, Napoléon Ier comme Napoléon III cherchant à laisser une trace visible de leur œuvre.

Napoléon et la campagne de France 1814 – Jacques-Olivier Boudon

Napoléon et la campagne de France 1814
Napoléon et la campagne de France 1814

DATE DE PARUTION : 22/01/2014
EDITEUR : Armand Colin
COLLECTION : Hors collection
EAN : 9782200287405
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 365
POIDS : 0,550 Kg
DIMENSIONS : 15,3 x 23,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’université Paris-Sorbonne et président de l’Institut Napoléon, a publié une trentaine d’ouvrages sur l’époque napoléonienne dont Napoléon et la campagne de Russie, 1812.
Présentation de l’éditeur :
Grâce à une série étonnante de victoires (Champaubert, Montmirail, Montereau ou Craonne), Napoléon a inscrit la campagne de France au coeur de son épopée. Même si elle s’achève par l’abdication de l’Empereur, elle est comparable aux actions d’éclat qu’il a pu conduire en Italie, en Autriche ou en Prusse. Napoléon, chef de guerre, n’a rien perdu de sa superbe. Il parvient toujours à galvaniser ses hommes et à donner l’impression à ses adversaires d’être à la tête d’une armée innombrable.
Sans avoir été vaincu en une bataille décisive, l’Empereur doit cependant se résoudre à abdiquer, après la chute de Paris et la défection de ses proches. La campagne de France marque ainsi la fin de l’Empire. La France est lasse de dix ans de guerre et de quinze ans de pouvoir autoritaire. Le charisme de Napoléon ne suffit plus à entraîner les foules derrière lui. La population subit aussi pour la première fois les effets de la guerre, les violences qu’elle engendre, l’occupation du territoire, et aspire à la paix.
Dernier épisode de l’affrontement qui a opposé les Européens à la France issue de la Révolution, la campagne de France scelle enfin le sort de l’Europe pour le siècle à venir.

Napoléon et les femmes – Jacques-Olivier Boudon

Napoléon et les femmes
Napoléon et les femmes

DATE DE PARUTION : 22/11/2013
EDITEUR : SPM
COLLECTION : Institut Napoléon
EAN : 9782917232170
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 144
POIDS : 0,215 Kg
DIMENSIONS : 13,5 x 21,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l’Ecole normale supérieure, agrégé d’histoire, est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Rouen et président de l’Institut Napoléon, à la tête duquel il a succédé à Jean Tulard. Spécialiste d’histoire religieuse du Premier Empire, il est membre du bureau de l’Association Française d’Histoire Religieuse Contemporaine, du Comité de rédaction de la Revue d’Histoire de l’Eglise de France, du comité éditorial de Histoire du christianisme magazine et du comité éditorial de Napoléon Ier. Magazine du Consulat et de l’Empire.
Présentation de l’éditeur :
Cet ouvrage s’intéresse à la vie des femmes sous le Consulat et l’Empire. Il envisage la conception que Napoléon se faisait de la femme, en scrutant son apport à la rédaction du Code civil sur la question de la place de la femme dans la société ou sur l’éducation des jeunes filles. Les mémoires ou correspondances permettent de se faire une idée de la manière dont les femmes qui ont traversé l’Empire ont perçu cette période de réformes, de privation des libertés, mais aussi de guerres.

Lettres de la campagne de Russie – 1812 – Jacques-Olivier Boudon

Lettres de la campagne de Russie - 1812
Lettres de la campagne de Russie – 1812

DATE DE PARUTION : 24/09/2012
EDITEUR : Pierre de Taillac
COLLECTION : NC
EAN : 9782364450141
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 351
POIDS : 0,435 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 19,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Ancien élève de l’Ecole normale supérieure, Jacques-Olivier Boudon est professeur à la Sorbonne où il est titulaire de la chaire d’histoire de la Révolution et de l’Empire. Président de l’Institut Napoléon, il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages, parmi lesquels Histoire du Consulat et de l’Empire (Perrin, 2000), Napoléon et les cultes (Fayard, 2002), Les Habits neufs de Napoléon (François Bourin Editeur, 2009) et Napoléon et la campagne de Russie (Armand Colin, 2012).
Présentation de l’éditeur :
De la bataille de la Moskowa au franchissement de la Berezina, ces lettres font revivre l’incroyable expédition militaire qui vit les 600 000 hommes de la Grande Armée se lancer à la conquête de l’empire des tsars. A travers la correspondance de tous les acteurs – de l’Empereur au soldat anonyme -, Jacques-Olivier Boudon dresse un fascinant portrait de cette campagne, de la découverte émerveillée de Moscou aux heures terribles de la retraite.
Ces lettres – dont beaucoup n’ont jamais été lues par leur destinataire car elles ont été saisies par l’armée du tsar ou par la censure française – font voir la campagne de Russie comme jamais auparavant : à travers les yeux de Ney, de Murat, de Stendhal ou de grognards anonymes.

Napoléon et la campagne de Russie – 1812 – Jacques-Olivier Boudon

Napoléon et la campagne de Russie - 1812
Napoléon et la campagne de Russie – 1812

DATE DE PARUTION : 02/05/2012
EDITEUR : Armand Colin
COLLECTION : NC
EAN : 9782200257651
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 334
POIDS : 0,575 Kg
DIMENSIONS : 15,3 x 23,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Jacques-Olivier Boudon, grand spécialiste et auteur de nombreux ouvrages sur l’époque napoléonienne, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris IV-Sorbonne, est président de l’Institut Napoléon.
Présentation de l’éditeur :
« Bérézina ! » Ce mot aujourd’hui passé dans le langage courant illustre à lui seul combien l’expérience de la campagne de Russie est ancrée dans la mémoire nationale. Cette mémoire est, du reste, partagée par les Russes qui font de 1812 un élément fondateur de leur histoire. L’affrontement des deux empires, alliés depuis 1807, qui se déroule dans la démesure avant de tourner au désastre, offre une dramaturgie qui se prête au récit : phase de préparation, début de la campagne jusqu’à son apothéose lors de l’entrée dans Moscou, bientôt en flammes, puis chute, avec cette lente retraite dramatique effectuée pour l’essentiel à pied, dans le froid glacial de l’hiver russe.
Au-delà de la narration des principaux épisodes de cette expédition, une réflexion s’impose sur le traumatisme qu’a représenté cette tragique campagne. À travers des sources nombreuses, une littérature riche, Jacques-Olivier Boudon s’attache à croiser les approches pour nous aider à comprendre le rôle majeur de cet épisode dans la construction des mémoires européennes.