Archives par mot-clé : Leipzig

[A paraître] Napoléon Bonaparte – Correspondance générale – Tome 14 : Leipzig – Juillet 1813 – Décembre 1813

Napoléon Bonaparte - Correspondance générale - Tome 14 : Leipzig - Juillet 1813 - Décembre 1813
Napoléon Bonaparte – Correspondance générale – Tome 14 : Leipzig – Juillet 1813 – Décembre 1813

DATE DE PARUTION : 25/10/2017
EDITEUR : Fayard
COLLECTION : Correspondance générale
EAN : 9782213705484
Caractéristiques :
RELIURE : Relié
NOMBRE DE PAGES : 1344
POIDS : 0.0 Kg
DIMENSIONS : 15,3x 23,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Ebook ou Kindle.
À propos de l’auteur :
Publiée par la Fondation Napoléon.
Préface de Pierre Laugeay, chef du Service Historique de la Défense.
Volume placé sous la direction de François Houdecek, assisté de Patrick La Carvèse et Irène Delage.
Présentation de l’éditeur :
Aux premiers jours de juillet 1813, l’Empire menace de s’effondrer. Si Napoléon espère une paix qui ne soit pas « honteuse », il subit le ballet de masques que sont les négociations menées sous la houlette de Metternich, aboutissant à la déclaration de guerre de l’Autriche. Il affecte pourtant une confiance et une détermination inébranlables. Grâce au tome de cette correspondance consacré à la seconde moitié de l’année 1813, nous devenons les compagnons privilégiés de l’empereur dans la recherche d’une paix impossible, de l’homme de batailles, offensif et dominateur par nature, que les circonstances réduisent à la défensive. Il trompe avec virtuosité cette passivité imposée en mettant à profit chaque minute, chaque seconde, et gère inlassablement les affaires de l’Empire dans les moindres détails.
Les 2 600 lettres de ce volume démontrent une nouvelle fois la débauche d’énergie de Napoléon pour réorganiser une Grande Armée mise à mal par la stratégie défensive que dictent les évènements. Page après page, ses capacités à organiser, distribuer, donner des réponses simples à des problèmes toujours plus complexes forcent l’admiration. Mais il ne peut ignorer les failles de l’Empire : alors même qu’il se trouve en prise directe avec les chefs de corps d’armée et les oppositions intérieures, les alliés d’hier tournent le dos à la puissance française en décadence. Dans ce contexte de mise en défense générale de l’Empire dont la bataille de Leipzig est le point culminant, Napoléon ne trouve aucun soutien auprès du clan Bonaparte qui se fissure.
Parmi les lettres et notes consacrées à la chose militaire, on découvre dans ce quatorzième volume de la correspondance de Napoléon des sujets autrement plus légers, comme les poèmes du roi de Rome ou les gratifications des acteurs de la Comédie française. Si par l’optimisme dont il fait montre l’empereur donne l’illusion d’être encore maître des évènements, ses ennemis ne s’y trompent pas. Après vingt années de conflits et de domination, l’Empire et Napoléon sont au bord du gouffre.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Decitre.fr

Leipzig – La bataille des Nations 16-19 octobre 1813

Leipzig - La bataille des Nations 16-19 octobre 1813
Leipzig – La bataille des Nations 16-19 octobre 1813

DATE DE PARUTION : 08/09/2016
EDITEUR : Perrin
COLLECTION : Tempus
EAN : 9782262066598
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 662
POIDS : 0,440 Kg
DIMENSIONS : 10,9 x 17,8 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Format Kindle
À propos de l’auteur :
Belge et francophone, Professeur à l’université de Namur, Bruno Colson, spécialiste d’histoire militaire, a publié notamment La Culture stratégique américaine. L’influence de Jomini, L’Art de la guerre, de Machiavel à Clausewitz et, chez Perrin, a présenté le De la guerre de Napoléon. Il vient également de publier une biographie très attendue de Clausewitz.
Présentation de l’éditeur :
La bataille de Leipzig, du 16 au 19 octobre 1813, est la plus gigantesque des batailles napoléoniennes par sa durée, ses effectifs (près de 500 000 hommes engagés) et son étendue géographique (à peu près quinze kilomètres carrés). Jamais de tels effectifs n’avaient été mobilisés pour un affrontement en rase campagne. Première défaite de Napoléon sur un champ de bataille, ces combats font perdre l’Allemagne à l’Empereur et sonnent le glas de son Grand Empire.
Si on connaît peu Leipzig en France, en Allemagne, en revanche, la Völkerschlacht (la bataille des Nations) tient une place primordiale dans la conscience nationale : elle est le couronnement des « guerres de libération ». Salué par la critique, ce livre magistral, en restituant les faits aussi fidèlement que possible, démasque certains mythes tenaces.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Amazon.fr

Leipzig (16-19 octobre 1813) – La fin du rêve de Napoléon et de l’Empire français – Frédéric Naulet

Leipzig (16-19 octobre 1813) - La fin du rêve de Napoléon et de l'Empire français
Leipzig (16-19 octobre 1813) – La fin du rêve de Napoléon et de l’Empire français

DATE DE PARUTION : 05/05/2014
EDITEUR : Economica
COLLECTION : Campagnes & Stratégies
EAN : 9782717866872
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 357
POIDS : 0,635 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Frédéric Naulet, docteur en histoire et membre de la Commission d’Histoire Militaire, est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les campagnes napoléoniennes (Eylau, Friedland et Wagram), publiés aux éditions Economica. Il a également, écrit plusieurs livres et articles sur l’artillerie du XVIIe au XIXe siècle.
Présentation de l’éditeur :
« La gigantesque bataille de Leipzig fut la plus mémorable, la plus décisive et une des plus sanglantes qui aient jamais été données. Près de 500 000 hommes y combattirent pendant quatre jours, sous les yeux de quatre souverains. Plus de 100 000 hommes payèrent leur gloire de leur sang ou de leur liberté. » Ces quelques lignes, tirées des mémoires de Langeron, résument bien ce choc de titans. La bataille de Leipzig fur celle de tous les superlatifs, tant par sa durée, que par le nombre de soldats engagés et les pertes monstrueuses des deux armées.
Pour la première fois, Napoléon dut affronter tous ses adversaires en même temps et ceux-ci avaient beaucoup appris de leurs échecs passés. A l’aube du 16 octobre 1813, tout le monde avait parfaitement conscience des immenses enjeux de la bataille à venir: le sort de l’Europe et de l’empire napoléonien. En réalité, l’issue de cet affrontement ne laissait guère de doutes et n’était que l’aboutissement d’une campagne riche en rebondissements.
Dans cette immense partie d’échecs, Napoléon fit une nouvelle fois preuve de ses talents militaires, mais ses adversaires n’étaient plus ceux des campagnes victorieuses du passé, ce qu’il eut bien du mal à comprendre. Bien décidés à en finir avec la suprématie française, ils étaient animés par un sentiment national naissant et avaient tiré les leçons des défaites du passé.

Leipzig – La bataille des Nations, 16-19 octobre 1813 – Bruno Colson

Leipzig - La bataille des Nations, 16-19 octobre 1813
Leipzig – La bataille des Nations, 16-19 octobre 1813

DATE DE PARUTION : 19/09/2013
EDITEUR : Perrin
COLLECTION : NC
EAN : 9782262036775
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 497
POIDS : 0,665 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Bruno Colson est l’auteur de nombreux ouvrages et publications d’histoire militaire. Spécialiste de la période napoléonienne, il est professeur à l’université de Namur, où il enseigne notamment l’histoire des relations internationales et l’histoire de la guerre et de la stratégie de 1792 à 1945.
Présentation de l’éditeur :
Durant quatre jours, du 16 au 19 octobre 1813, plus de 500 000 hommes combattent autour de Leipzig, faisant de cette bataille la plus grande jamais livrée jusqu’alors. Géante par ses proportions, Leipzig l’est aussi par son enjeu puisque son issue va décider du sort du Grand Empire, édifié par Napoléon à coups de victoires depuis Austerlitz. Face aux 200 000 combattants de la Grande Armée, les Alliés russes, autrichiens, prussiens et suédois parviennent à mobiliser plus de 300 000 hommes et, à l’issue d’une première journée indécise, à infléchir le cours des événements en leur laveur.
La défaite se transforme en déroute, condamnant les Français à refluer sur le Rhin. Pour raconter cette « bataille des Nations », Bruno Colson a fait le choix d’enrichir la vision stratégique et tactique par un récit au plus près des combattants, tant alliés que français. Il nous fit plonger directement dans l’enfer des affrontements, racontés heure par heure, avec des détails rarement donnés, puisés à des sources inédites ou méconnues.
Par sa durée et son étendue, Leipzig offre une grande variété de types de combat et permet de mieux comprendre ce qui se passait vraiment dans une bataille napoléonienne. En découle une lecture d’une rare intensité qui renouvelle en profondeur l’histoire de la guerre. Un livre novateur qui fera date.

Leipzig, 16-19 octobre 1813 – Walter Bruyère-Ostells

Leipzig, 16-19 octobre 1813
Leipzig, 16-19 octobre 1813

DATE DE PARUTION : 14/03/2013
EDITEUR : Tallandier
COLLECTION : L’histoire en batailles
EAN : 9791021000841
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 206
POIDS : 0,230 Kg
DIMENSIONS : 13 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Walter Bruyère-Ostells est maître de conférences à Sciences-Po Aix. Il a déjà publié plusieurs ouvrages chez Tallandier dont La Grande Armée de la Liberté (2009) et Histoire des mercenaires (2010).
Présentation de l’éditeur :
Du 16 au 19 octobre 1813, se déroule à Leipzig la « bataille des nations ». Elle est le tournant qui initiera la chute de Napoléon. La coalition ne se limite plus à repousser l’Empereur au-delà du Rhin, mais est désormais décidée à l’écraser définitivement, ce qui aura lieu deux ans plus tard. Les coalisés, rassemblant Britanniques, Russes, Espagnols, Prusses, Autichiens et Suèdois, forts de 300 000 hommes, et les troupes de Napoléon de 130 000 hommes s’affrontent dans cette bataille qui fut la plus grande de l’histoire européenne jusqu’aux affrontements de la Première Guerre mondiale.
Ce combat est « moderne » par la masse des troupes engagées et par la cristallisation du sentiment nationaliste qui se fait jour en Allemagne à cette occasion. Pour la première fois, toute l’Europe est en arme contre la France. L’ennemi compte le double d’hommes, les Français font face. Mais la défection des mercenaires saxons, la décision des coalisés d’adopter les stratégies créées par Napoléon dans ses combats précédents et d’attaquer ses maréchaux plutôt que l’Empereur ; tout cela mène à la défaite.
Elle s’organise par une retraite en bon ordre avec une guérilla au cœur de la ville et le passage de la rivière Elster dont la perte du pont construit par les Français bloquera une partie de la Grande Armée. Dans ce conflit, dont les pertes furent évaluées pour les coalisés à 60 000 hommes et pour les Français à 30 000 hommes, la France aura perdu son espace allemand. Les coalisés auront acquis la conviction qu’il était possible de vaincre l’Empereur.