Archives par mot-clé : Michel Vergé-Franceschi

Pozzo di Borgo – L’ennemi juré de Napoléon

Pozzo di Borgo - L'ennemi juré de Napoléon
Pozzo di Borgo – L’ennemi juré de Napoléon

DATE DE PARUTION : 05/10/2016
EDITEUR : Payot
COLLECTION : NC
EAN : 9782228916516
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 412
POIDS : 0,556 Kg
DIMENSIONS : 15,7 x 23,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Format Kindle
À propos de l’auteur :
Corse de naissance, indéfectiblement attaché à son île d’origine, Michel Vergé-Franceschi lui a rendu hommage dans plusieurs ouvrages. Il est l’auteur chez Payot de Nïnon de Lenclos et de Colbert, et, en collaboration, d’Une histoire érotique de Versailles. Spécialiste de l’Ancien Régime, il est professeur d’histoire moderne à l’université de Tours.
Présentation de l’éditeur :
Cousin pauvre mais noble de Napoléon Bonaparte, étudiant logé à Ajaccio par « Madame Mère », Carlo Andrea Pozzo di Borgo (1764-1842) entretient avec lui une belle amitié d’enfance, avant de lui vouer une haine tenace, une « haine de Corse » comme la qualifie Talleyrand, qui tourne à l’obsession. Disciple de Paoli, resté fidèle à une Corse anglaise, le brillant avocat est contraint de s’exiler à la Révolution.
Il sillonne alors l’Europe entière à la recherche d’alliés avec pour seule idée en tête : faire obstacle à « l’usurpateur ». A Saint-Pétersbourg, ce diplomate hors pair et mondain accompli trouve l’oreille attentive du tsar Alexandre Ier qu’il convainc en 1814 d’entrer dans Paris, provoquant l’abdication de Napoléon. Présent au Congrès de Vienne, il y joue un rôle actif, observe une dernière fois à Waterloo son ennemi juré depuis sa lorgnette, part chercher Louis XVIII à Londres et, en bon catholique et légaliste convaincu, rétablit les Bourbons.
Il meurt à Paris en son magnifique hôtel de la rue de l’Université après avoir été, pendant presque trois décennies, ambassadeur de Russie à Paris, puis à Londres auprès de la reine Victoria (1835-1839). Sur la base d’archives inédites, en Corse, à Londres et à Saint-Petersbourg, Michel Vergé-Franceschi est parti sur les traces de ce personnage infiniment romanesque, dont Karl Marx dit qu’il fut « le plus grand diplomate russe de tous les temps ».

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Amazon.fr

Napoléon, une enfance corse – Michel Vergé-Franceschi

Napoléon, une enfance corse
Napoléon, une enfance corse

DATE DE PARUTION : 30/04/2014
EDITEUR : Larousse
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782035901620
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 439
POIDS : 0,476 Kg
DIMENSIONS : 12,5 x 19,2 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Professeur à l’université de Tours, Michel Vergé-Franceschi est l’auteur d’une Histoire de Corse et d’une biographie de Pascal Paoli, ouvrages couronnés par l’Académie française. Son Sampiero Corso a reçu le Prix du Livre de la Région corse. Il a aussi publié le Voyage en Corse, anthologie de tous les voyageurs venus dans l’île de l’Antiquité à nos jours, récompensé par le Prix du Livre corse.
Présentation de l’éditeur :
« Cette île de Corse, si éloignée de la civilisation de l’Europe, si différente de la barbarie d’Afrique, a ouvert des fenêtres sur mon intelligence, m’a fait entrevoir d’autres rapports ». Ainsi s’exprime Napoléon au soir de sa vie. Pourtant, longtemps, les travaux sur Napoléon se sont contentés de signaler l’enfance corse pour mieux l’oublier ensuite, comme si ces années de jeunesse n’avaient en rien marqué la vie et la pensée de l’Empereur des Français.
Or, comme l’écrit Jean Tulard, dans son avant-propos, « on ne peut comprendre la personnalité de Napoléon si on le coupe de ses origines ». Explorer le contexte politique de l’île à l’époque, ressusciter les mentalités du temps, ou bien encore analyser les coutumes ancestrales, tel est l’objet de ce livre, qui nous permet de comprendre comment s’est formé le génie napoléonien. C’est également l’occasion de redonner toute sa place et son importance à Letizia Bonaparte, « madame Mère », dont Napoléon disait qu’il lui devait toute sa fortune et tout ce qu’il avait fait de bien.