Archives par mot-clé : Pie VII

La Crise Concordataire – Catholiques français et italiens entre Pie VII et Napoléon – 1808 – 1814

La Crise Concordataire - Catholiques français et italiens entre Pie VII et Napoléon - 1808 - 1814
La Crise Concordataire – Catholiques français et italiens entre Pie VII et Napoléon – 1808 – 1814

DATE DE PARUTION : 15/02/2016
EDITEUR : Editions SPM
COLLECTION : Institut Napoléon
EAN : 9782917232453
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 224
POIDS : – Kg
DIMENSIONS : – x – cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Ont collaboré à ce volume : Jacques-Olivier Boudon, Giuseppe-M. Croce, Sylvio Hermann De Franceschi, Veronica Granata, Rémy Hême de Lacotte, André Lanfrey, Anne Philibert, Bernard Plongeron, Jean-Marc Ticchi.
Présentation de l’éditeur :
La crise religieuse marque incontestablement de son empreinte les dernières années de l’ère napoléonienne. Longtemps larvé, l’antagonisme entre le Saint-Siège et l’État français se mue, à partir de 1808, en un duel paroxystique scandé d’épisodes dramatiques comme l’excommunication de Napoléon, l’enlèvement de Pie VII ou le fiasco du concile de 1811, jusqu’au retour triomphal du successeur de Pierre dans sa ville de Rome en 1814. Les manifestations tenues au début des années 2000 pour célébrer le bicentenaire de la conclusion du concordat entre Napoléon et Pie VII ont souligné, à juste titre, le caractère fondateur de cette transaction, entre émergence de l’État-Nation moderne et affirmation renouvelée du magistère pontifical. Les neuf communications réunies dans ce recueil examinent, en contrepoint, le devenir de ce même pacte concordataire au moment où il affronte sa première véritable crise. En faisant droit à la diversité des acteurs (clercs et fidèles, au sommet comme à la base) et des contextes (français et italien), elles s’attachent notamment à restituer la manière dont ces vicissitudes ont été vécues par les catholiques de l’Empire, partagés entre deux obédiences. Quelles motivations ont inspiré leur soumission ou leur résistance ? Quel rôle la mémoire du passé révolutionnaire a-t-elle joué dans ces déterminations ? Quels liens peut-on établir avec les oppositions politiques à Napoléon ? Comment la crise a-t-elle nourri les controverses ecclésiologiques et les sensibilités internes au catholicisme ? Quelle image ressort-il du pontife romain ? Autant d’interrogations qui engagent notre compréhension du catholicisme européen du début du XIXe siècle et auxquelles on trouvera dans ces travaux de précieux éléments de réponse.

Pie VII face à Napoléon – La tiare dans les serres de l’Aigle

Pie VII face à Napoléon
Pie VII face à Napoléon

DATE DE PARUTION : 25/03/2015
EDITEUR : RMN
COLLECTION : N.C.
EAN : 9782711862474
Caractéristiques :
RELIURE : Broché rabats
NOMBRE DE PAGES : 248
POIDS : 1,095 Kg
DIMENSIONS : 22 x 28 cm
ILLUSTRATIONS : 165
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Sous la direction de Christophe Beyeler, conservateur du patrimoine, château de Fontainebleau
– Jean Vittet, conservateur en chef, château de Fontainebleau
– Yannick Nexon, conservateur général et directeur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris,
– J-O Boudon, professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’université Paris-IV Sorbonne
– Dr Philippe Lamarque, rédacteur en chef de La Revue Napoléon
– Bernard Berthod, directeur du musée d’Art religieux de Fourvière, Lyon
– Dott. Sandro Barbagallo, conservateur du Département des Collections historiques, musées du Vatican, Rome
– Charles-Éloi Vial, conservateur au Département des Manuscrits, BNF
Présentation de l’éditeur :
En acceptant de ratifier, le 15 août 1801, le Concordat, le pape Pie VII s’engage dans la voie d’une normalisation des relations entre le Saint-Siège et la République française.
Néanmoins, la promulgation des soixante-dix-sept Articles organiques, en avril 1802, tend à faire de l’Église de France une Église nationale, aussi peu dépendante de Rome que possible et asservie au pouvoir civil. Ainsi le gallicanisme est-il en partie restauré et le Saint-Père ne peut accepter la subordination de l’Église de France à l’État.
C’est pour tenter d’obtenir leur abrogation que le pape accepte de venir sacrer Napoléon Bonaparte empereur des Français à Notre-Dame le 2 décembre 1804, mais il rentre sans avoir obtenu gain de cause.
Par la suite, les relations entre Pie VII et Napoléon Ier ne vont cesser de se dégrader. L’Empereur veut inclure les États pontificaux dans le blocus continental dirigé contre l’Angleterre. Mais le pontife refuse considérant que sa charge de pasteur universel lui impose la neutralité.
La répression impériale ne se fait pas attendre : les États de l’Église sont réduits au patrimoine de Saint-Pierre (1806-1808) ; Rome est occupée ( février 1808) ; les États pontificaux sont annexés à l’Empire (mai 1809); enfin Pie VII est enlevé dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809. Il est d’abord détenu à Savone (1809-1812), puis à Fontainebleau (1812-1814). Napoléon envisage alors de fixer le siège de la papauté en France, à Avignon ou à Paris.
Au travers de nombreux documents, objets, peintures…. l’exposition illustre ce moment particulier des relations entre L’empire et la Papauté.