1814, la campagne de France – Henri Houssaye

1814, la campagne de France
1814, la campagne de France

DATE DE PARUTION : 10/10/2014
EDITEUR : PRNG
COLLECTION : NC
EAN : 9782366340488
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 330
POIDS : 0,540 Kg
DIMENSIONS : 16 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Henry Houssaye (1848-1911) servit pendant la guerre de 1870 comme sous-lieutenant et se distingua dans plusieurs batailles. Historien, il fut élu en 1894 à l’Académie française. Il est considéré comme un spécialiste de l’histoire de la Grèce antique et de l’histoire militaire de Napoléon 1er.
Présentation de l’éditeur :
Voilà tout juste deux cents ans, le Nord, l’Est et le Sud-Ouest de la France étaient envahis par les armées coalisées (Russes, Allemands, Autrichiens au Nord ; Anglais, Espagnols & Portugais au Sud), décidées à en finir définitivement avec Napoléon Ier que la désastreuse campagne de Russie avait si considérablement affaibli. En l’espace d’un trimestre (de janvier à avril 1814), le sort de la France (et de l’Empire) semble tour à tour sauvé ou perdu, au gré des batailles à demi-gagnées ou à demi-perdues par des armées françaises qui luttent le plus souvent à 1 contre 3 ! Mais, au final – on le sait -, la fortune tournera en défaveur d’un Napoléon qui ne parvient pas à empêcher Paris, après une terrible bataille dans les faubourgs, de tomber aux mains des Coalisés et qui, pris dans un infernal engrenage de malchances successives, finit par abdiquer, abandonné par tous… Le 1814 de Henry Houssaye est un ouvrage inouï où l’on suit, au jour le jour, parfois même d’heure en heure, le déroulement haletant des événements : on se trouve sur les chemins qui mènent aux champs de bataille, aux marches en avant ou aux retraites ; dans les villes assiégées, prises ou reprises, au sein des états-majors qui échafaudent fiévreusement des plans ; au côté des maréchaux, des généraux, des politiciens du gouvernement de régence à Paris et leurs (vacillants) états d’âme ; enfin dans l’intimité même de Napoléon Ier et de ses soldats…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *