Archives de catégorie : Livres Restauration

Les livres consacrés à la période de la Restauration

[A paraître] Le Mémorial de Sainte-Hélène. Le manuscrit retrouvé – Emmanuel de Las Cases

Le Mémorial de Sainte-Hélène. Le manuscrit retrouvé - Emmanuel de Las Cases
Le Mémorial de Sainte-Hélène. Le manuscrit retrouvé – Emmanuel de Las Cases

DATE DE PARUTION : 05/10/2017
EDITEUR : Perrin
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782262070601
Caractéristiques :
RELIURE : Relié
NOMBRE DE PAGES : 800
POIDS : 0.00 Kg
DIMENSIONS : – x – cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non.
À propos de l’auteur :
Auteur : Emmanuel de Las Cases.
Texte établi, présenté et commenté par : Thierry Lentz, Peter Hicks, François Houdecek et Chantal Prevot.
Présentation de l’éditeur :
Le document d’origine qui permit à Las Cases de publier le Mémorial de Sainte-Hélène avec le succès que l’on sait avait disparu. Le voici retrouvé et édité pour la première fois. Et cela change beaucoup de choses !
Il aura donc fallu deux siècles pour que soit retrouvé et publié le document qui servit à composer l’un des plus fameux ouvrages de l’histoire de France, le Mémorial de Sainte-Hélène.
En effet, le conseiller d’Etat Emmanuel de Las Cases, qui accompagna Napoléon dans son exil en 1815, dut le quitter seize mois plus tard. Et ce n’est qu’en 1823 qu’il fit paraître son Mémorial, devenu la bible des nostalgiques de l’Empire et une source essentielle de l’historiographie napoléonienne, fondé sur ses conversations avec l’Empereur, réelles ou supposées, car il apparut vite que ce récit était parfois trop beau pour être tout à fait vrai. Pour en juger, il aurait fallu disposer du manuscrit original, rédigé à Sainte-Hélène presque sous la dictée de Napoléon. Or les Anglais l’avaient confisqué en expulsant Las Cases. Les quatre historiens qui le publient aujourd’hui l’ont retrouvé récemment à la British Library, où il sommeillait incognito depuis deux cents ans. Cette aventure éditoriale apporte un éclairage précieux et souvent inattendu sur ce que l’Empereur a vraiment dit, et que Las Cases avait enrichi et enjolivé. Ainsi la voix de Napoléon se fait plus proche et plus authentique.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Decitre.fr

1815 – La terreur blanche

1815 La terreur blanche - Pierre Triomphe
1815 La terreur blanche – Pierre Triomphe

DATE DE PARUTION : 22/06/2017
EDITEUR : Privat
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782708969698
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 448
POIDS : 0.243 Kg
DIMENSIONS : 15 x 22 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Auteur : Pierre Triomphe.
Préface : Patrick Cabanel.
Présentation de l’éditeur :
L’ouvrage vise à retrouver la Terreur blanche, aussi bien en tant que moment historique que comme construction mémorielle en bonne partie fantasmée. L’expression désigne le dernier acte d’une montée aux extrêmes que connaît le Midi de la France depuis les dernières années de l’Empire, en bonne partie du fait des répercussions des événements nationaux. La première partie de l’ouvrage étudie ce processus de radicalisation, d’opposition toujours plus vive entre patriotes et royalistes. Il débouche sur une guerre civile à partir des Cent-Jours. La seconde partie est consacrée à l’étude de la réaction royaliste lors des premiers mois de la seconde Restauration, la Terreur blanche proprement dite. Caractérisée par de nombreux meurtres, des exactions multiples, dans un Midi plongé dans une forme de chaos en raison de l’effondrement des structures étatiques et de la concurrence de centres de pouvoir distincts (gouvernement royal, gouvernement du duc d’Angoulême à Toulouse), elle constitue une forme d’affirmation des classes populaires royalistes, aux dépens des patriotes, mais aussi plus généralement des élites politiques de tous bords, y compris royalistes. En dépit de ce contexte, son bilan (300 à 500 morts) reste relativement modéré par rapport à d’autres violences politiques du XIXe siècle. Sa résonance dans les mémoires et l’historiographie de cette période doit donc beaucoup aux controverses politiques qu’elle engendre, aussi bien à l’échelle nationale que méridionale. C’est à cette mémoire des événements, et à la construction de la « Terreur blanche » que s’attache la troisième partie de cet ouvrage. Portée essentiellement par la gauche libérale, elle donne sens aux événements, et participe à la construction de la figure d’un méridional primitif, violent et vindicatif. Elle s’estompe progressivement à la fin du siècle, avec la disparition du légitimisme comme force politique majeure.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Decitre.fr