En ballon au siège de Paris – Souvenirs d’un aérostier – Gaston Tissandier

En ballon au siège de Paris - Souvenirs d'un aérostier, 1870-1871
En ballon au siège de Paris – Souvenirs d’un aérostier, 1870-1871

DATE DE PARUTION : 12/09/2012
EDITEUR : Editions Jourdan
COLLECTION : 1870 Carnets de Guerre
EAN : 9782874662317
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 367
POIDS : 0,462 Kg
DIMENSIONS : 14 x 21,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Alain Fillion est ancien conseiller au Plan. Son ouvrage «À la recherche de l’expédition Franklin» a été honoré d’un prix de l’Académie de Marine.
Présentation de l’éditeur :
Le travail de Gaston Tissandier, remarquablement écrit, a abouti à un récit captivant : celui du premier combattant aérien de l’Histoire. C’est aussi une source d’informations sur les évènements militaires et politique de la guerre et un récit, un témoignage humain qui rend compte des souffrances des Français au fil des jours. Gaston Tissandier, professeur de chimie à l’Association Polytechnique et son frère Albert, déjà familiarisés avec les ascensions scientifiques, offrent immédiatement leurs services au Directeur des Postes lors du siège de Paris par les Prussiens.
Dès le lendemain, ils décollent pour mettre au point un service de renseignements et de courrier avec le reste du pays et le gouvernement français réfugié à Tours. C’est Gaston Tissandier qui fera notamment sortir et entrer Gambetta de la capitale, toujours à bord de ballons. Soixante-quatre ballons franchiront ainsi les lignes ennemies pendant la durée du siège de Paris. Cinq d’entre eux seront fait prisonniers, deux autres seront perdus en mer.
Ils enlèveront dans les airs 64 aéronautes et 91 passagers. L’ultime voyage de Gaston Tissandier, depuis Rouen vers Paris, est une véritable épopée. Pris dans le mauvais temps, il dérive et frôle la capture. Tracté au sol par les gardes mobiles, il déchire son enveloppe. Monté sur un autre ballon, notre héros finira par être nommé capitaine et chef des aérostiers. Le récit de ses ascensions en ballon est une mine d’informations sur les premiers balbutiements de l’aérostation militaire.
On retrouve chez lui la maîtrise technique et le courage, mais aussi l’enthousiasme et l’émerveillement de l’enfance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *