Héros oubliés – 14-18, les animaux dans la Grande Guerre – Jean-Michel Derex

Héros oubliés - 14-18, les animaux dans la Grande Guerre
Héros oubliés – 14-18, les animaux dans la Grande Guerre

DATE DE PARUTION : 09/10/2014
EDITEUR : Pierre de Taillac
COLLECTION : Beaux Livres
EAN : 9782364450431
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 176
POIDS : 0,925 Kg
DIMENSIONS : 22 x 29,7 cm
ILLUSTRATIONS : plus de 200 photographies rares ou inédites.
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Jean-Michel Derex se met à l’ouvrage afin de réhabiliter les « héros oubliés ». Historien reconnu pour son admirable travail sur les questions environnementables[…], il décide de s’investir, comme d’habitude, avec rigueur.[…] Son écriture vive, sans cesse ponctuée de références et d’anecdotes, nous entraîne dans une épopée liant inévitablement le destin des hommes et des animaux. »
Présentation de l’éditeur :
Chevaux, chiens, chats, vaches, ânes, pigeons… Lors de la Première Guerre mondiale, des millions d’animaux ont accompagné les hommes, soldats et civils, pour le meilleur et le pire. Les hommes ne sont pas en effet les seuls à vivre, à souffrir et à mourir sur les champs de bataille : c’est aussi le sort des animaux qui les accompagnent. À ce titre, le genre animal embrigadé dans la boucherie de la Première Guerre mondiale est le cruel miroir de la guerre des poilus, tant bêtes et humains sont unis dans les tranchées.
L’armée emploie alors à des fins diverses des millions d’animaux. Chevaux, chiens, pigeons voyageurs sont utilisés pour communiquer, monter le guet, transporter les troupes et les canons, sauver les blessés. Il y a aussi les espèces dont le soldat se passerait bien et qui hantent sa vie quotidienne : rats, poux, mouches…
Dans cette mobilisation, les chevaux sont mis à dure contribution. Pourtant, la Grande Guerre constitue un moment capital de rupture entre le cheval et l’homme au combat : sous la contrainte du feu moderne, le second doit accepter de cesser de « faire corps » avec celui-ci. À ce titre, les taxis de la Marne marquent la fin d’une époque. Certains cavaliers transfèrent alors pratiques et représentations sur d’autres montures, investies à leur tour de l’ancien imaginaire équestre : celle des chars, celle des avions.
À l’issue du conflit, malgré les services rendus, alors qu’il a été tellement présent – même indispensable – lors de la guerre, l’animal perd sa place de choix. Il faut attendre 1982 pour que Michael Morpurgo écrive le roman Cheval de guerre, adapté à l’écran en 2011 par Steven Spielberg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *