Journal de la campagne de Russie en 1812 – M. de Fézensac

Journal de la campagne de Russie en 1812
Journal de la campagne de Russie en 1812

DATE DE PARUTION : 23/10/2012
EDITEUR : Laville
COLLECTION : Batailles essentielles
EAN : 9791090134232
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 176
POIDS : 0,275 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Raymond, Aymeric, Philippe, Joseph de Montesquiou-Fezensac (1784-1867), engagé à 20 ans comme simple soldat, est nommé colonel d’un régiment d’infanterie de ligne lors de la bataille de la Moskova et à la tête duquel il accomplira toute la campagne de Russie. Plus tard, le 4 mars 1813, il sera nommé général de brigade par l’Empereur : il a 29 ans. Il participe ensuite à la bataille de Kulm en 1813, où sa brigade est presqu’entièrement détruite.
Fait prisonnier à Dresde, il rentre en France lors de la paix de 1814. Elevé à la Pairie en 1832, il est nommé ambassadeur en Espagne en 1838-1839. Louis Philippe le fera nommer grand-croix de la Légion d’honneur en 1839. Il décède en 1867 à l’âge de 83 ans.
Présentation de l’éditeur :
Après avoir consulté de nombreux récits sur la retraite de Russie, nous pensons que celui-ci est exemplaire pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il ne néglige pas les détails qui suscitent l’intérêt, comme l’histoire de cette cantinière qui, ayant accouché en Prusse, au départ, repartit de Moscou avec sa petite fille de six mois, passa la Bérézina à cheval, de l’eau et des glaçons jusqu’au cou, tenant d’une main la bride et de l’autre l’enfant sur sa tête, et, par une suite de prodiges, acheva la retraite sans accident.
Ensuite, parce qu’il donne en même temps, autant que cela est possible, une vision cohérente de cet énorme mouvement qu’a été le déplacement de la Grande Armée. C’est ainsi qu’au moment du passage de la Bérézina, il écrit : Aussitôt que le maréchal Victor fut arrivé avec le 9ème corps d’armée et eut relevé le 2ème corps, le maréchal Oudinot vint prendre position à Bohr. Le maréchal Victor, après une affaire indécise à Tchassniki, le 14 novembre, contint le général Wittgenstein jusqu’au 22 et commença ensuite un mouvement rétrograde pour se rapprocher de la Grande Armée.
Enfin, c’est le récit d’un colonel de 28 ans, qui sera fait baron d’Empire pendant la retraite. C’est le récit d’un héros et qui en a conscience. Ne place-t-il pas en exergue ces vers de l’Enéide : « O cendres d’Illion, et vous mânes de mes compagnons je vous prends à témoin que, dans votre désastre je n’ai reculé ni devant les traits des ennemis, ni devant aucun genre de danger, et que, si ma destinée l’eût voulu, j’était digne de mourir avec vous. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *