Le Congrès de Vienne (1814-1815) – Carnet mondain et éphémérides – Robert Ouvrard

Le Congrès de Vienne (1814-1815) - Carnet mondain et éphémérides
Le Congrès de Vienne (1814-1815) – Carnet mondain et éphémérides

DATE DE PARUTION : 23/10/2014
EDITEUR : Nouveau Monde
COLLECTION : Bibliothèque Napoleon
EAN : 9782369420705
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 570
POIDS : 0,644 Kg
DIMENSIONS : 14 x 22,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Membre d’honneur de la Société Napoléonienne Internationale et membre du souvenir Napoléonien, il a été très tôt saisi par la fièvre napoléonienne. Installé sur les bords du Danube, il se consacre à l’étude des événements qui, par deux fois, amenèrent l’empereur des Français au coeur de la Monarchie des Habsbourg. Il aime transmettre ses connaissances aux groupes de passionnés qui font appel à lui ; ce qu’il fait également sur son site Internet consacré au Consulat et à l’Empire.
Français de naissance mais Viennois de coeur et de domicile depuis trente ans, Robert Ouvrard nous fait partager sa connaissance intime des lieux et presque des mentalités. Il a déjà publié Iéna avec Napoléon et Sous le soleil d’Austerlitz, aux éditions Cosmopole.
Présentation de l’éditeur :
Le 31 mars 1814, Paris tombe et l’Empereur avec elle. Napoléon est contraint d’abdiquer, le 6 avril. Le 30 mai par le Traité de Paris : la France est réduite au territoire qu’elle possédait en 1792 et il est décidé qu’un congrès se tiendra à Vienne pour décider du sort des territoires repris à Napoléon.
Pendant près d’un an, Vienne vivra au rythme de la diplomatie européenne. La ville a été choisie pour sa situation centrale, mais aussi et surtout pour les ressources, distractions et fêtes qu’elle peut offrir, afin de rendre plus agréable un congrès que l’on prévoit long et difficile. En effet, il ne s’agit pas moins que de redessiner la carte de l’Europe. Et c’est davantage dans les fêtes que les négociations progressent, que dans les réunions diplomatiques beaucoup plus rares. On comprend ainsi mieux la célèbre phrase du prince de Ligne : « Le Congrès n’avance pas, il danse. »
Grâce à des éphémérides et témoignages choisis, Robert Ouvrard nous fait entrer dans les hauts lieux mondains de Vienne, au cœur de négociations politiques cruciales et des divertissements qui les entourent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *