Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilrenko – Un soldat russe en France, 1916-1917 – Rémi Adam

Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilrenko - Un soldat russe en France, 1916-1917
Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilrenko – Un soldat russe en France, 1916-1917

DATE DE PARUTION : 30/10/2014
EDITEUR : Privat
COLLECTION : Destins de la grande guerre
EAN : 9782708905467
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 208
POIDS : 0,492 Kg
DIMENSIONS : 15 x 22 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Diplômé de Sciences-Politiques et docteur en histoire contemporaine, Rémi Adam est spécialiste de l’histoire du corps expéditionnaire russe en France durant la Première Guerre mondiale. Il est notamment l’auteur de : – 1915-1920. Histoire du corps expéditionnaire russe en France, les damnés de la guerre, Paris, L’Harmattan, 1996. – 1917. La Révolte des soldats russes en France, Pantin, Les bons caractères, 2007.
Présentation de l’éditeur :
Hiver 1915-1916 : vingt mille Russes sont envoyés en France pour combattre sur le front occidental, en échange de livraisons de fusils
et de munitions au régime tsariste. Une « véritable troupe d’élite, soigneusement sélectionnée, composée principalement de volontaires et de sujets de choix », est constituée. Mais, au printemps 1917, la chute du tsar Nicolas II et la victoire de la révolution insufflent un immense espoir de retour à ces soldats loin de leur patrie. Ils doivent alors affronter l’hostilité de leurs officiers mais aussi celle du gouvernement provisoire. Et de juin à septembre 1917, une mutinerie éclate qui sera sévèrement réprimée. Ils seront contraints de travailler encore deux ans, bien après la fin de la guerre.
Parmi ces hommes, Stéphane Ivanovitch Gavrilenko. Il est le seul dont les carnets de guerre nous sont parvenus. Ce journal décrit minutieusement un quotidien difficile, avec des accents nostalgiques et poétiques mais aussi teintés de dérision et d’amertume.
Ces carnets constituent une source historique précieuse et font revivre une aventure humaine que peu d’entre nous connaissent.
Jean Gavrilenko a entrepris de traduire les carnets de son père. Ce dernier fera partie des quelques centaines de soldats qui ont choisi de ne pas repartir en Russie et de s’installer en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *