L’île d’Elbe et le retour de Napoléon – 1814-1815 – Pierre Branda

L'ile d'Elbe et le retour de Napoléon - 1814-1815
L’ile d’Elbe et le retour de Napoléon – 1814-1815

DATE DE PARUTION : 24/04/2015
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782343059228
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 98
POIDS : 0,385 Kg
DIMENSIONS : 19 x 26 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Pierre Branda, historien, est directeur du service Patrimoine de la Fondation Napoléon. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’empereur (Fayard, Tallandier).
Son dernier ouvrage : Napoléon et ses hommes. La Maison de l’empereur, Fayard (2012).
Présentation de l’éditeur :
« Rien dans l’histoire n’a ressemblé à ce quart d’heure » écrira victor Hugo à propos de l’épopée des Cent-Jours. Mais comment fut-elle rendue possible ? Pourquoi l’île d’elbe ne fut pas cette « île du repos » promis à Napoléon ? À la suite du hors série consacré à la Campagne de 1814, cet album s’intéresse, avec de nombreuses images et cartes à l’appui, à l’exil de Napoléon à l’île d’elbe, ce royaume lilliputien qu’il reçut en échange de sa renonciation au trône. retrouvant son énergie après les cruels jours d’avril 1814 où il manqua de sombrer, l’empereur allait transformer son île pour mieux renaître moralement. Mais on intriguait contre lui à vienne comme à Paris. entouré d’ennemis, les périls étaient nombreux. Sous des dehors bonhommes, l’empereur de ce « carré de choux » selon la formule célèbre de Chateaubriand s’employa à déjouer les pièges qui lui étaient tendus. Partant, il masqua ses intentions jusqu’au dernier moment. Le livre reviendra sur les raisons de son départ et apportera des éclairages nouveaux sur ce qui restera longtemps une énigme. Puis ce fut le temps de l’aventure, de la grande aventure. La traversée maritime vers la France fut hautement périlleuse. un vent contraire aurait pu en effet tout compromettre. Le lecteur comprendra mieux son périple à l’aide de cartes détaillées soulignant les dangers qu’il rencontra. Son débarquement à golfe Juan le 1er mars 1815 ne fut pas moins risqué. L’album le suit ensuite dans sa remontée sur Paris sur les chemins de ce qui deviendra la « route Napoléon ». au fil des jours, l’armée se rallia comme un seul homme rendant possible un « vol de l’aigle » jusque là improbable. après vingt jours incroyables, l’histoire se terminera près des tours de Notre-Dame.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *