Napoléon Empereur de l’ile d’Elbe – Avril 1814-Fevrier 1815 – Marie-Hélène Baylac

Napoléon Empereur de l'ile d'Elbe - Avril 1814-Fevrier 1815
Napoléon Empereur de l’ile d’Elbe – Avril 1814-Fevrier 1815

DATE DE PARUTION : 13/10/2011
EDITEUR : Tallandier
COLLECTION : NC
EAN : 9782847347012
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 333
POIDS : 0,440 Kg
DIMENSIONS : 14,5 x 21,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Spécialiste de l’histoire du XIXe siècle, Marie-Hélène Baylac est déjà l’auteur chez Larousse de La Saga des Bourbons (2009).
Présentation de l’éditeur :
Pendant trois cents jours, de mai 1814 à février 1815, Napoléon régna sur un  » royaume d’opérette  » où l’avaient exilé les Alliés après la campagne de France. A son arrivée à l’île d’Elbe, on l’entendit prononcer ces mots : « Ce sera l’île du repos ! ». Pourtant, l’homme qui avait dominé et dirigé l’Europe se conduisit en véritable souverain, réglant minutieusement ce gouvernement de quelques kilomètres carrés et de quelques milliers de sujets….
Et préparant son évasion et son retour épique. Il ordonna très rapidement la construction de routes, fortifications, systèmes d’irrigation, il créa un hôpital, prit les mesures adéquates pour offrir aux Elbois de meilleures conditions d’hygiène, conclut un traité de commerce avec Livourne puis Gênes, fonda une véritable armée. Rien n’échappa à son activité débordante. Bien que sa situation dans son royaume ne fût en rien comparable à celle vécue au temps de sa splendeur, l’Empereur exigeait que l’on fût gai en sa présence et organisait de multiples divertissements qui procuraient, l’espace de quelques heures, l’illusion des fastes du passé.
Cela n’en détournait pas pour autant l’attention de l’Empereur du sort de l’Europe et de la France en particulier. De nombreuses personnalités firent le voyage jusqu’à l’île pour le rencontrer. Rapidement, les projets d’évasion et de retour en France furent cependant à l’ordre du jour. Napoléon les accéléra lorsqu’il apparut que Louis XVIII ne respectait pas ses engagements financiers à son égard et qu’on commençait à parler de son transfert vers une petite île de l’Atlantique Sud, Sainte-Hélène.
L’empereur décida donc de repartir à la conquête de son royaume. En février 1815, Napoléon quittait à jamais l’île d’Elbe pour s’en aller retrouver cette France qu’il savait malheureuse et son trône, duquel il n’était descendu que par la force des puissances coalisées et contre le voeu de la nation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *