L’Homme de bronze de Napoléon – Un fantassin comtois dans la Grande Armée – Anne-Marie Poirier-Clerc

L'Homme de bronze de Napoléon - Un fantassin comtois dans la Grande Armée
L’Homme de bronze de Napoléon – Un fantassin comtois dans la Grande Armée

DATE DE PARUTION : 01/09/2013
EDITEUR : Cabédita
COLLECTION : Napoléon
EAN : 9782882956682
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 199
POIDS : 0,475 Kg
DIMENSIONS : 16,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Historienne, professeur honoraire, Anne-Marie Poirier-Clerc effectue des travaux de recherche dans le cadre de l’Université angevine du Temps libre. C’est ainsi qu’elle a collaboré à la rédaction d’un livre sur L’Histoire des relais de postes en Anjou, publié en 2005, aux Editions Cheminements. Ses racines franc-comtoises l’ont menée sur les pas de son quadrisaïeul, officier dans la Grande Armée. Pour retrouver l’itinéraire de ce dernier, elle a consulté une abondante documentation dans les archives militaires et elle a parcouru les lieux et les sites des campagnes auxquelles il a participé en Europe.
Présentation de l’éditeur :
Durant plus d’une décennie, Bénigne Muneret, jeune paysan jurassien enrôlé dans l’armée de Napoléon, combattit sans relâche, sous tous les cieux d’Europe. Il était à Austerlitz, à Vimeiro, à Smolensk, à la Moskowa. De Boulogne à Vienne et de Lisbonne à Moscou, il usa ses jambes sur des milliers de kilomètres de routes et de chemins. Il connut des instants de gloire mais aussi de longs jours de misère durant lesquels se forgea sa forte personnalité.
Cet homme de bronze revint des neiges de Russie, prêt à servir sa patrie et son Empereur jusqu’à la dernière bataille. Ce récit, écrit après une enquête minutieuse dans les archives, plonge le lecteur au coeur des conflits et dans le quotidien du soldat impérial, en suivant au plus près un combattant et son unité. L’histoire de Bénigne Muneret et de ses compagnons d’armes est captivante. Deux cents ans plus tard, leur constance et leur endurance suscitent étonnement et admiration.

Officiers et soldats des carabiniers (1679-1871) – André Jouineau et Olivier Lapray

Officiers et soldats des carabiniers (1679-1871)
Officiers et soldats des carabiniers (1679-1871)

DATE DE PARUTION : 22/08/2013
EDITEUR : Histoire & Collections
COLLECTION : Officiers et soldats
EAN : 9782352502739
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 80
POIDS : 0,350 Kg
DIMENSIONS : 20 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : 61 planches
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
André Jouineau, né en 1952, auteur illustrateur, collaborateur régulier depuis 25 ans de plusieurs magazines et collections d’ouvrages publiés par Histoire et collections (Paris) et les éditions du Canonnier (Nantes).
Présentation de l’éditeur :
En 1676, Louis XIV avait fait prendre des carabines rayées à plusieurs de ses gardes du corps. Au nombre de quatre, puis quinze, et bientôt dix-sept par brigade, ces cavaliers prirent logiquement le nom de Carabiniers. C’est ainsi que commence l’aventure des carabiniers qui prendra fin avec le désastre de la guerre de 1870. Deux siècle d’histoire au service du Roi, de la République et de l’Empire pour ces cavaliers, parfaits symboles de l’élite de la cavalerie française, qu’ils soient coiffés du tricorne, du bonnet d’oursin ou du casque à chenille…

Napoléon Metternich – Le jour où l’Europe à basculé, Dresde, 26 juin 1813 – Günter Müchler

Napoléon Metternich - Le jour où l'Europe à basculé, Dresde, 26 juin 1813
Napoléon Metternich – Le jour où l’Europe à basculé, Dresde, 26 juin 1813

DATE DE PARUTION : 14/08/2013
EDITEUR : France-Empire
COLLECTION : Histoire
EAN : 9782704812240
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 310
POIDS : 0,480 Kg
DIMENSIONS : 15,6 x 24,3 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Günter Müchler est l’auteur allemand de 1813, Napoléon – Metternich, vendu en Allemagne à plusieurs milliers d’exemplaires.
Présentation de l’éditeur :
Le 26 juin 1813, au palais Marcolini, à Dresde, Napoléon et Metternich se rencontrent et discutent pendant huit heures, seuls. Après la catastrophe qu’il vient de subir en Russie, tout est remis en jeu pour l’Empereur des Français: obtiendra-t-il un accord avec l’Autriche ? Dans le cas contraire, les nations européennes se révolteront contre lui, ce qui entrainera sa propre chute. Napoléon ne mesure pas cet enjeu et ne modère en aucune manière ses prétentions.
N’ayant pu s’entendre avec Metternich, quatre mois après, Napoléon perd la bataille de Leipzig et sa domination sur l’Europe s’écroule. Günter Müchler, dans un livre d’abord publié en Allemagne, traduit par Charles Delamare et préfacé par Jean Tulard, décrit la confrontation historique entre l’homme d’action et le diplomate qu’il met en scène d’une manière vivante. Il retrace le parcours qu’ont vécu les deux protagonistes et brosse dans un récit captivant le tableau des évènements entre l’anéantissement en Russie de la Grande Armée pendant l’hiver 1812 et la Bataille des Nations, à Leipzig à l’automne 1813.

Dictionnaire des colonels de Napoléon – Danielle et Bernard Quintin

Dictionnaire des colonels de Napoléon
Dictionnaire des colonels de Napoléon

DATE DE PARUTION : 01/06/2013
EDITEUR : SPM
COLLECTION : Kronos
EAN : 9782901952787
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 978
POIDS : 1,320 Kg
DIMENSIONS : 16 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Bernard Quintin, né en 1931, est diplômé de l’Institut d’Etudes politiques de Paris (1952) et d’études supérieures de Sciences économiques de la faculté de Droit de Paris (1957) ; membre du conseil d’administration de l’Institut Napoléon, il a collaboré au Dictionnaire du Second Empire (1996), et au Dictionnaire Napoléon (réédition 1999) sous la direction de Jean Tulard. Il a publié des articles dans la Revue de la société des Amis du Musée de l’Armée, les Carnets de la Sabretache, la Revue de l’Institut Napoléon, la Revue du Souvenir napoléonien, la Revue de l’Association pour la conservation des monuments napoléoniens, la Revue de l’Académie Napoléon.
Co-auteur, avec son épouse, du Dictionnaire des colonels de Napoléon (1996) et du Dictionnaire des capitaines de vaisseau de Napoléon (2003). Danielle Quintin a réuni une grande partie de la documentation du Dictionnaire des colonels et a participé à sa rédaction ainsi qu’à celle du Dictionnaire des capitaines de vaisseau de Napoléon et du présent ouvrage. Un prix spécial du jury leur a été remis en 2007 par la Fondation Napoléon pour l’ensemble de leur oeuvre.
Présentation de l’éditeur :
Publié pour la première fois en 1996 et aujourd’hui largement complété, ce dictionnaire recense les 1574 colonels et adjudants commandants ayant servi sous l’Empire, de 1804 à 1814, en tenant compte des promotions accordées sous les Cent-Jours en 1815, et ayant souvent cessé leur carrière militaire à la fin de cette période. Cette recherche s’appuie sur des archives conservées au Service historique de la Défense, Département Terre et Département Marine.
Voici, selon Jean Tulard, un ouvrage de référence.

Un médecin dans le sillage de la grande armée – Correspondance entre Jean Jacques Ballard et son épouse Ursule demeurée en France (1805-1812)

Un médecin dans le sillage de la grande armée - Correspondance entre Jean Jacques Ballard et son épouse Ursule demeurée en France (1805-1812)
Un médecin dans le sillage de la grande armée – Correspondance entre Jean Jacques Ballard et son épouse Ursule demeurée en France (1805-1812)

DATE DE PARUTION : 13/05/2013
EDITEUR : L’Harmattan
COLLECTION : Mémoires du XIXe siècle
EAN : 9782343003887
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 328
POIDS : 0,500 Kg
DIMENSIONS : 16 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Texte établi, introduit, présenté et annoté par Jacques Resal et Pierre Allorant.
Préface de Geneviève Haroche-Bouzinac
Présentation de l’éditeur :
Etrange personnage aux multiples facettes que ce Jean Jacques Ballard, qui relate, dans un style alerte et châtié, durant sept années, ses tribulations à travers l’Europe en suivant les armées napoléoniennes.
Amoureux d’une vie sédentaire et campagnarde, ayant pour seul souci de faire vivre sa famille, il se trouve entrainé malgré lui dans la tourmente de toutes les campagnes militaires de l’Empereur (Italie, Bavière, Autriche, Prusse, Espagne, Pologne, Russie).
Dans près de deux cents lettres, il raconte sa vie de médecin militaire, responsable d’hôpitaux de campagne, où il gère surtout des épidémies. Mais, peu prolixe sur la pratique de sa profession, il s’intéresse davantage à la vie, aux moeurs, à la culture et à l’alimentation des habitants des pays où il séjourne.
Amateur du beau sexe et de bonne chère, en Bourguignon qu’il est, il prend la vie du bon côté et s’adapte à toutes les situations qu’il côtoie, peu reluisantes le plus souvent. Curieux de mieux connaître les populations étrangères, au sein desquelles il vit, il apprend successivement les langues des pays qu’il traverse. Soucieux de réconfort et amateur de lecture, il se fait envoyer par son épouse du bon vin et des livres. Il verse également dans l’art poétique et ne néglige pas d’aller assister à des représentations d’art lyrique ou dramatique quand elles se présentent, là où il se trouve. Epris d’humanisme, il procède souvent à des analyses critiques de sujets divers portant sur les religions, les moeurs et la culture. Les descriptions qu’il fait des atrocités perpétrées par les armées sont loin de laisser indifférent.
Il confirme l’extrême dénuement des troupes impériales, dont le versement de la solde subit souvent des retards de plusieurs mois.

1870 – L’année terrible (Roman) – Catherine Salez et Jean-Jacques Vergnaud

1870 - L'année terrible
1870 – L’année terrible

DATE DE PARUTION : 10/05/2013
EDITEUR : L’Opportun
COLLECTION : NC
EAN : 9782360752379
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 379
POIDS : 0,406 Kg
DIMENSIONS : 14 x 21 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Catherine Salez est née à la Réunion. Après une carrière d’avocat, elle s’est orientée vers le monde de la culture, organisant des expositions de peinture et participant à la création de pièces de théâtre. Elle est également cofondatrice de la radio de l’île de Ré où elle réside, tout en gardant ses attaches avec Paris et son île natale.
Présentation de l’éditeur :
1870, une année pas comme les autres… Louis-Napoléon, un empereur extraordinaire…
Cette année 1870 annonce un hiver des plus rudes. Le drame historique qui se noue frappe la France avec fracas. Le colonel Jacques Auguste, marquis de La Mérante, officier d’ordonnance de l’empereur Louis-Napoléon III, et sa jeune épouse Clara, sont les premiers témoins du basculement politique qui bouleverse Paris et le pays tout entier. Ils se débattent au cœur d’une guerre injuste que n’a jamais voulue l’empereur et nous guident dans les coulisses du second Empire. Les dîners festifs, les discussions de salon et l’enthousiasme général font bientôt place à la peur des combats, à l’occupation prussienne et à la déchéance du pouvoir. C’est durant cette année terrible que se croisent notamment Mac-Mahon et Thiers, Bazaine et Favre, l’impératrice Eugénie et Bismarck, Hugo et Dumas… et que la cruelle défaite de Sedan éclate dans toute sa violence…
Sous une plume enlevée et moderne, tantôt humoristique, tantôt grave, la réalité historique apparaît dans toute son ampleur. Entre descriptions précises de la société du second Empire et panorama politique se dévoilent des tableaux militaires vivants, des charges héroïques, une histoire d’amour touchante, mais aussi une approche sensible de la personnalité complexe de Louis-Napoléon. Les auteurs réhabilitent avec un enthousiasme non dissimulé cette figure historique bien mal jugée. Ils ne s’arrêtent à la petite histoire que pour mieux évoquer la grande, l’universelle, celle qui parle à toutes et tous, faisant du récit une base de réflexion teintée de philosophie.
Un roman palpitant qui renouvelle le genre et offre un regard différent sur cette page mal connue de notre histoire.

Lieutenant Woodberry – Journal de guerre, 1813-1815

Lieutenant Woodberry - Journal de guerre, 1813-1815
Lieutenant Woodberry – Journal de guerre, 1813-1815

DATE DE PARUTION : 07/05/2013
EDITEUR : Mercure de France
COLLECTION : Le Temps retrouvé
EAN : 9782715234154
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 435
POIDS : 0,440 Kg
DIMENSIONS : 14 x 20,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
George Woodberry, jeune Anglais, mena une carrière militaire dans la cavalerie britannique dans les années 1813-1815, au Portugal et en Espagne, puis en France et en Belgique, à la fin de l’empire napoléonien.
Présentation de l’éditeur :
Le jeune lieutenant combat durant trois années contre l’armée française, de la bataille de Vitoria à celle de Waterloo. Son journal de guerre est un texte méconnu mais passionnant, mélange de témoignages vécus, de récits de voyage et de notes sur une vie de soldat.
Ce qu’il raconte (son régiment, ses soirées, ses sorties, ses flirts, ses amours, ses inimitiés, les batailles, sa vision de l’ennemi…) et ce qu’il ne raconte pas, mais qui apparaît en filigrane (la souffrance, la peur, la mort) nous offrent une autobiographie rare. Woodberry combat à Waterloo. Il en saisit enjeux et manoeuvres, qu’il décrit avec lucidité, sans omettre les détails de la bataille.
Dans son écriture, deux visions coexistent constamment, le plan large du champ des combats et le plan rapproché qui suit soldats, corps-à-corps et vie de tous les jours dans les colonnes en marche. Il parvient à Paris le 30 juin 1815, visitant la ville, fasciné par ses délices, surtout l’intérieur du célèbre Tivoli. Le lieutenant anglais s’est lui-même considéré comme un écrivain, fier de sa plume alerte, ironique et pittoresque.
Ce journal intime nous fait découvrir toutes les facettes d’une certaine jeunesse européenne, aisée et élégante, cependant happée par les guerres napoléoniennes.

Avec Napoléon en Russie – Souvenirs de la campagne de 1812 – Henri de Roos

Avec Napoléon en Russie - Souvenirs de la campagne de 1812
Avec Napoléon en Russie – Souvenirs de la campagne de 1812

DATE DE PARUTION : 25/04/2013
EDITEUR : Editions des Equateurs
COLLECTION : NC
EAN : 9782849902189
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 290
POIDS : 0,564 Kg
DIMENSIONS : 15,6 x 24,2 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Médecin d’origine souabe, Henri de Roos appelé aussi Heinrich von Roos. Chef du service de santé du deuxième corps commandé par le général Montbrun.
Présentation de l’éditeur :
Avec Napoléon en Russie est écrit par Henri de Roos, il livre le récit de son épopée, des rives occidentales du Danube à la Nara, au sud de Moscou, avec le retour par la Bérézina. Cet homme bon, humaniste, décrit du point de vue médical et au quotidien la campagne de Russie : les maladies qui foudroient les chevaux comme les soldats, les différentes blessures, notamment celles causées par les lances des cosaques, la terrible débâcle, l’indifférence pour les isolés, l’engourdissement des sensations qui gagnent les troupes françaises.
Prisonnier pendant la retraite des Russes, il sera l’un des rares médecins étrangers à pouvoir soigner dans les hôpitaux du Tsar. Avec Napoléon en Russie est l’un des témoignages les plus recherchés par les admirateurs de l’Empereur.

Mémoires – Sergent Bourgogne

Mémoires - Sergent Bourgogne
Mémoires – Sergent Bourgogne

DATE DE PARUTION : 21/03/2013
EDITEUR : Arléa
COLLECTION : Arléa-Poche
EAN : 9782363080165
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 374
POIDS : 0,375 Kg
DIMENSIONS : 13 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Adrien Jean-Baptiste François Bourgogne, (1785 à Condé-sur-l’Escaut – 14 avril 1867 à Valenciennes), est un militaire français des guerres de l’Empire, célèbre pour ses mémoires sur la campagne de Russie.
Présentation de l’éditeur :
Présenté par Gilles Lapouge, voici le fameux journal de route du sergent Bourgogne, qui vécut, avec la Grande Armée de Napoléon, après d’autres campagnes mémorables, la campagne de Russie. De la prise de Moscou au passage de la Bérézina, un extraordinaire récit d’une des plus terribles tragédies de l’histoire militaire. Adoptant le point de vue des plus humbles, Bourgogne raconte dans sa vérité crue cette campagne jalonnée de souffrances inouïes qui, en quelques mois, coûta la vie à quatre cent mille soldats.
Cet ouvrage est réédité en poche à l’occasion du bicentenaire de la retraite de Russie.

La bataille de Verdun – 1916-1917 – Louis Gillet

La bataille de Verdun - 1916-1917
La bataille de Verdun – 1916-1917

DATE DE PARUTION : 21/03/2013
EDITEUR : Laville Editions
COLLECTION : Batailles essentielles
EAN : 9791090134287
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 195
POIDS : 0,340 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Louis Gillet (1876-1943), officier de la Légion d’honneur, Croix de guerre 1914-1918, est d’abord un historien d’art, qui sera élu à l’Académie Française en 1935. Journaliste et essayiste, il participe à la Revue des Deux Mondes où il publie nombre d’études sur la littérature, l’architecture et l’art européen, notamment italien et anglais. C’est en temps qu’officier dans la IIe armée qu’il participe à la Bataille de Verdun, engagé et témoin, il en fera la relation vivante et précise, présentée clans cet ouvrage.
Présentation de l’éditeur :
Verdun est la bataille emblématique de la Première Guerre mondiale, comme Stalingrad le sera de la Seconde. Dans les deux cas, des destructions totales, absolues, par l’artillerie à Verdun et par l’aviation à Stalingrad. Dans les deux cas des combats dans des corps à corps sans pitié. Dans les deux cas, une terre envahie : la France en 1914 et la Russie en 1941. La bataille se déroule de lévrier 1916 à août 1917, dans des combats acharnés qui portent les noms de Bois des Caures, Douaumont, le Mort-Homme, la cote 304, Vaux, Souville, le Chemin des Dames, Saint-Mihiel, les Eparges, et bien d’autres.
C’est le 21 février 1916, à 4 h 15, qu’un obus, tiré d’une distance de trente cinq kilomètres, tomba sur la ville haute, près du chevet de la cathédrale ; et c’est à 7 h 15 que l’enfer se déchaîna. « Rien de plus allemand que cette manière d’opérer et de produire en quelques instants, par la puissance mécanique, des ravages et des effets de cataclysme ». C’est dans le Bois des Caures que tombèrent le lieutenant-colonel Driant et ses chasseurs, après trente-six heures de résistance, premiers morts exemplaires.
Ce sera ensuite, en mars, les premiers combats du Mort-Homme et de la cote 304 qui se renouvelèrent tout au long de la bataille, tant ces deux sites formaient des observatoires de route première importance pour chacune des deux armées. Pour la même raison, le fort de Douaumont sera pris et repris plusieurs fois. Il est difficile de résumer la bataille de Verdun. On peut toutefois considérer qu’il y a deux batailles.
La première de février à août 1916 qui se caractérise par l’offensive allemande et la deuxième, d’octobre 1916 à août 1917 qui correspond à la contre-offensive française. A Verdun la guerre change de dimension. Elle n’a plus rien à voir avec les premières batailles de la Marne. Elle devient à la fois beaucoup plus technique et beaucoup plus acharnée. Les deux nations y prennent conscience de leurs forces respectives et construisent leur identité dans l’héroïsme, la douleur et le carnage.

Suivez l'actualité du livre napoléonien, Révolution, Premier et Second Empire