Lieutenant Woodberry – Journal de guerre, 1813-1815

Lieutenant Woodberry - Journal de guerre, 1813-1815
Lieutenant Woodberry – Journal de guerre, 1813-1815

DATE DE PARUTION : 07/05/2013
EDITEUR : Mercure de France
COLLECTION : Le Temps retrouvé
EAN : 9782715234154
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 435
POIDS : 0,440 Kg
DIMENSIONS : 14 x 20,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
George Woodberry, jeune Anglais, mena une carrière militaire dans la cavalerie britannique dans les années 1813-1815, au Portugal et en Espagne, puis en France et en Belgique, à la fin de l’empire napoléonien.
Présentation de l’éditeur :
Le jeune lieutenant combat durant trois années contre l’armée française, de la bataille de Vitoria à celle de Waterloo. Son journal de guerre est un texte méconnu mais passionnant, mélange de témoignages vécus, de récits de voyage et de notes sur une vie de soldat.
Ce qu’il raconte (son régiment, ses soirées, ses sorties, ses flirts, ses amours, ses inimitiés, les batailles, sa vision de l’ennemi…) et ce qu’il ne raconte pas, mais qui apparaît en filigrane (la souffrance, la peur, la mort) nous offrent une autobiographie rare. Woodberry combat à Waterloo. Il en saisit enjeux et manoeuvres, qu’il décrit avec lucidité, sans omettre les détails de la bataille.
Dans son écriture, deux visions coexistent constamment, le plan large du champ des combats et le plan rapproché qui suit soldats, corps-à-corps et vie de tous les jours dans les colonnes en marche. Il parvient à Paris le 30 juin 1815, visitant la ville, fasciné par ses délices, surtout l’intérieur du célèbre Tivoli. Le lieutenant anglais s’est lui-même considéré comme un écrivain, fier de sa plume alerte, ironique et pittoresque.
Ce journal intime nous fait découvrir toutes les facettes d’une certaine jeunesse européenne, aisée et élégante, cependant happée par les guerres napoléoniennes.

Avec Napoléon en Russie – Souvenirs de la campagne de 1812 – Henri de Roos

Avec Napoléon en Russie - Souvenirs de la campagne de 1812
Avec Napoléon en Russie – Souvenirs de la campagne de 1812

DATE DE PARUTION : 25/04/2013
EDITEUR : Editions des Equateurs
COLLECTION : NC
EAN : 9782849902189
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 290
POIDS : 0,564 Kg
DIMENSIONS : 15,6 x 24,2 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Médecin d’origine souabe, Henri de Roos appelé aussi Heinrich von Roos. Chef du service de santé du deuxième corps commandé par le général Montbrun.
Présentation de l’éditeur :
Avec Napoléon en Russie est écrit par Henri de Roos, il livre le récit de son épopée, des rives occidentales du Danube à la Nara, au sud de Moscou, avec le retour par la Bérézina. Cet homme bon, humaniste, décrit du point de vue médical et au quotidien la campagne de Russie : les maladies qui foudroient les chevaux comme les soldats, les différentes blessures, notamment celles causées par les lances des cosaques, la terrible débâcle, l’indifférence pour les isolés, l’engourdissement des sensations qui gagnent les troupes françaises.
Prisonnier pendant la retraite des Russes, il sera l’un des rares médecins étrangers à pouvoir soigner dans les hôpitaux du Tsar. Avec Napoléon en Russie est l’un des témoignages les plus recherchés par les admirateurs de l’Empereur.

Mémoires – Sergent Bourgogne

Mémoires - Sergent Bourgogne
Mémoires – Sergent Bourgogne

DATE DE PARUTION : 21/03/2013
EDITEUR : Arléa
COLLECTION : Arléa-Poche
EAN : 9782363080165
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 374
POIDS : 0,375 Kg
DIMENSIONS : 13 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Adrien Jean-Baptiste François Bourgogne, (1785 à Condé-sur-l’Escaut – 14 avril 1867 à Valenciennes), est un militaire français des guerres de l’Empire, célèbre pour ses mémoires sur la campagne de Russie.
Présentation de l’éditeur :
Présenté par Gilles Lapouge, voici le fameux journal de route du sergent Bourgogne, qui vécut, avec la Grande Armée de Napoléon, après d’autres campagnes mémorables, la campagne de Russie. De la prise de Moscou au passage de la Bérézina, un extraordinaire récit d’une des plus terribles tragédies de l’histoire militaire. Adoptant le point de vue des plus humbles, Bourgogne raconte dans sa vérité crue cette campagne jalonnée de souffrances inouïes qui, en quelques mois, coûta la vie à quatre cent mille soldats.
Cet ouvrage est réédité en poche à l’occasion du bicentenaire de la retraite de Russie.

La bataille de Verdun – 1916-1917 – Louis Gillet

La bataille de Verdun - 1916-1917
La bataille de Verdun – 1916-1917

DATE DE PARUTION : 21/03/2013
EDITEUR : Laville Editions
COLLECTION : Batailles essentielles
EAN : 9791090134287
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 195
POIDS : 0,340 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Louis Gillet (1876-1943), officier de la Légion d’honneur, Croix de guerre 1914-1918, est d’abord un historien d’art, qui sera élu à l’Académie Française en 1935. Journaliste et essayiste, il participe à la Revue des Deux Mondes où il publie nombre d’études sur la littérature, l’architecture et l’art européen, notamment italien et anglais. C’est en temps qu’officier dans la IIe armée qu’il participe à la Bataille de Verdun, engagé et témoin, il en fera la relation vivante et précise, présentée clans cet ouvrage.
Présentation de l’éditeur :
Verdun est la bataille emblématique de la Première Guerre mondiale, comme Stalingrad le sera de la Seconde. Dans les deux cas, des destructions totales, absolues, par l’artillerie à Verdun et par l’aviation à Stalingrad. Dans les deux cas des combats dans des corps à corps sans pitié. Dans les deux cas, une terre envahie : la France en 1914 et la Russie en 1941. La bataille se déroule de lévrier 1916 à août 1917, dans des combats acharnés qui portent les noms de Bois des Caures, Douaumont, le Mort-Homme, la cote 304, Vaux, Souville, le Chemin des Dames, Saint-Mihiel, les Eparges, et bien d’autres.
C’est le 21 février 1916, à 4 h 15, qu’un obus, tiré d’une distance de trente cinq kilomètres, tomba sur la ville haute, près du chevet de la cathédrale ; et c’est à 7 h 15 que l’enfer se déchaîna. « Rien de plus allemand que cette manière d’opérer et de produire en quelques instants, par la puissance mécanique, des ravages et des effets de cataclysme ». C’est dans le Bois des Caures que tombèrent le lieutenant-colonel Driant et ses chasseurs, après trente-six heures de résistance, premiers morts exemplaires.
Ce sera ensuite, en mars, les premiers combats du Mort-Homme et de la cote 304 qui se renouvelèrent tout au long de la bataille, tant ces deux sites formaient des observatoires de route première importance pour chacune des deux armées. Pour la même raison, le fort de Douaumont sera pris et repris plusieurs fois. Il est difficile de résumer la bataille de Verdun. On peut toutefois considérer qu’il y a deux batailles.
La première de février à août 1916 qui se caractérise par l’offensive allemande et la deuxième, d’octobre 1916 à août 1917 qui correspond à la contre-offensive française. A Verdun la guerre change de dimension. Elle n’a plus rien à voir avec les premières batailles de la Marne. Elle devient à la fois beaucoup plus technique et beaucoup plus acharnée. Les deux nations y prennent conscience de leurs forces respectives et construisent leur identité dans l’héroïsme, la douleur et le carnage.

Leipzig, 16-19 octobre 1813 – Walter Bruyère-Ostells

Leipzig, 16-19 octobre 1813
Leipzig, 16-19 octobre 1813

DATE DE PARUTION : 14/03/2013
EDITEUR : Tallandier
COLLECTION : L’histoire en batailles
EAN : 9791021000841
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 206
POIDS : 0,230 Kg
DIMENSIONS : 13 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Walter Bruyère-Ostells est maître de conférences à Sciences-Po Aix. Il a déjà publié plusieurs ouvrages chez Tallandier dont La Grande Armée de la Liberté (2009) et Histoire des mercenaires (2010).
Présentation de l’éditeur :
Du 16 au 19 octobre 1813, se déroule à Leipzig la « bataille des nations ». Elle est le tournant qui initiera la chute de Napoléon. La coalition ne se limite plus à repousser l’Empereur au-delà du Rhin, mais est désormais décidée à l’écraser définitivement, ce qui aura lieu deux ans plus tard. Les coalisés, rassemblant Britanniques, Russes, Espagnols, Prusses, Autichiens et Suèdois, forts de 300 000 hommes, et les troupes de Napoléon de 130 000 hommes s’affrontent dans cette bataille qui fut la plus grande de l’histoire européenne jusqu’aux affrontements de la Première Guerre mondiale.
Ce combat est « moderne » par la masse des troupes engagées et par la cristallisation du sentiment nationaliste qui se fait jour en Allemagne à cette occasion. Pour la première fois, toute l’Europe est en arme contre la France. L’ennemi compte le double d’hommes, les Français font face. Mais la défection des mercenaires saxons, la décision des coalisés d’adopter les stratégies créées par Napoléon dans ses combats précédents et d’attaquer ses maréchaux plutôt que l’Empereur ; tout cela mène à la défaite.
Elle s’organise par une retraite en bon ordre avec une guérilla au cœur de la ville et le passage de la rivière Elster dont la perte du pont construit par les Français bloquera une partie de la Grande Armée. Dans ce conflit, dont les pertes furent évaluées pour les coalisés à 60 000 hommes et pour les Français à 30 000 hommes, la France aura perdu son espace allemand. Les coalisés auront acquis la conviction qu’il était possible de vaincre l’Empereur.

Cahiers – Capitaine Coignet

Cahiers - Capitaine Coignet
Cahiers – Capitaine Coignet

DATE DE PARUTION : 14/02/2013
EDITEUR : Arléa
COLLECTION : Arléa-Poche
EAN : 9782363080127
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 467
POIDS : 0,444 Kg
DIMENSIONS : 13 x 20 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Jean-Roch Coignet, plus connu sous le nom de capitaine Coignet, né à Druyes-les-Belles-Fontaines le 6 août 1776 et mort à Auxerre où il est inhumé1 le 10 décembre 1865), est un officier français et un mémorialiste du Premier Empire.
Présentation de l’éditeur :
Parus pour la première fois en 1851, les Cahiers du capitaine Coignet ont connu à chacune de leur édition un succès comparable à celui des Mémoires du sergent Bourgogne. Ils figurent parmi les témoignages le plus souvent cités sur les guerres de l’Empire. Jean-Roch Coignet (1776-1865) commence sa carrière militaire à vingt-trois ans. Campagne d’Italie, admission dans la Garde, Austerlitz, Iéna, Friedland.
Chevalier de la première promotion de la Légion d’honneur (15 juillet 1804), caporal en 1807, sergent en 1809, lieutenant pendant la campagne de Russie, il est nommé capitaine en 1813. Retiré à Auxerre après la première abdication, il rejoint l’Aigle lors de son retour triomphal de l’île d’Elbe. Il se battra encore à Fleurus, et enfin à Waterloo. Le 31 octobre 1815, il est renvoyé comme « demi-solde » dans ses foyers, à Auxerre, où il mourra dans son lit, après avoir participé à quarante-huit batailles sans jamais recevoir une seule blessure.
À l’occasion du bicentenaire de la retraite de Russie, cette édition de poche des Cahiers du capitaine Coignet vient à point-nommé apporter un témoignage saisissant sur ce terrible épisode de l’histoire de France.

Soldats de la Première Guerre Mondiale, 1914-1918 – Laurent Mirouze

Soldats de la Première Guerre Mondiale, 1914-1918
Soldats de la Première Guerre Mondiale, 1914-1918

DATE DE PARUTION : 09/01/2013
EDITEUR : Histoire & Collections
COLLECTION : Guide Militaria
EAN : 9782352502678
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 66
POIDS : 0,290 Kg
DIMENSIONS : 20 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : 31 reconstitutions
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Laurent Mirouze est un spécialiste reconnu des deux Guerres Mondiale. Il est notamment l’auteur d’un ouvrage en deux volumes sur L’Armée Française dans la Première Guerre mondiale (VERLAG MILITARIA).
Présentation de l’éditeur :
Dans ce cinquième ouvrage de la collection des Guides Militaria sont illustrés en couleurs et sur des modèles vivants les tenues et équipements de combat des fantassins de la Grande Guerre. Ce sont exclusivement des pièces authentiques provenant de plusieurs collections privées et publiques, présentées sur l’homme comme elles étaient portées sur le champ de bataille. Chacun de ces 31 soldats : belges, français, allemands, britanniques, italiens, autrichien, russes et nord-américains, est photographié de face et et de dos afin de révéler le moindre détail, et est accompagné de légendes précises..

Annee de gloire de la Russie, 1812 – Alexandre Droban

Année de gloire de la Russie, 1812
Année de gloire de la Russie, 1812

DATE DE PARUTION : 14/12/2012
EDITEUR : Economica
COLLECTION : Campagnes & stratégies
EAN : 9782717865158
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 159
POIDS : 0,330 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 23,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Alexandre Droban, diplômé d’Histoire moderne de France de l’Université Lomonossov, Moscou, a enseigné dans plusieurs universités en Union soviétique, en Russie et à Paris.
Présentation de l’éditeur :
 » Historiens français et russes divergent sur la campagne de Russie. Les généraux du Tsar se sont-ils retirés volontairement pour attirer Napoléon au coeur de la Russie et l’anéantir ou ont-ils tout simplement craint d’affronter la Grande Armée, reculant l’échéance aux limites du possible, c’est-à-dire aux portes de Moscou ? Peut-on parler d’une victoire française à la Moskowa ou d’un succès russe à Borodino, étant entendu qu’il s’agit de la même bataille ? Qui a incendié Moscou ? Lors de la retraite  » le général hiver  » fut-il plus efficace que la « petite guerre  » menée par les cosaques ? Peut-on parler de la Bérézina comme d’un désastre ? Après la défaite de 1812 la chute de Napoléon était-elle inévitable? Le bicentenairé de 2012 a permis aux historiens français de s’exprimer …
Place au point de vue russe avec le professeur Droban. L’historiographie française a été moins sensible que la russe au mythe de la guerre patriotique : le peuple se soulevant contre l’envahisseur. Sur ce sujet le professeur Droban apporte beaucoup de documents inédits. Et il a encore raison de noter que Napoléon ne sut pas préparer sa retraite. C’est l’une de ses faiblesses que l’on retrouvera à Leipzig un an plus tard.Les conséquences de l’année 1812 ne se sont pas arrêtées à la défaite de Napoléon.
C’est le mérite de ce beau livre que de le montrer. »Extraits de la préface de Jean TULARD, de l’Institut.

La France du Second Empire – Napoléon III le provincial, Alain Carteret

La France du Second Empire - Napoléon III le provincial
La France du Second Empire – Napoléon III le provincial

DATE DE PARUTION : 01/12/2012
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : NC
EAN : 9782916385945
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 98
POIDS : 0,397 Kg
DIMENSIONS : 19 x 26 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Alain Carteret, né à Vichy en 1946, licencié en droit et diplômé de Sciences-Po Paris, préside depuis 2004 l’association des Amis de Napoléon III de Vichy. Historien de la ville de Vichy et du Second Empire, il a publié plusieurs ouvrages sur Napoléon III dont Napoléon III bienfaiteur en 2003, Actes et paroles de Napoléon III (La Table Ronde) en 2008, et Vichy Cité Napoléon III en 2010. Il nous convie dans cet ouvrage à une promenade dans les villes et résidences impériales du Second Empire, montrant que Napoléon III a été à la fois l’empereur de la France moderne et l’empereur de la France profonde.
Présentation de l’éditeur :
Napoléon III est le premier chez d’Etat à avoir sillonné la France, à la rencontre directe du peuple. Son intérêt réel pour les territoires, tous les territoires, même dans les coins les plus reculés du pays, s’est traduit par une modernisation sans pareil des villes et des campagnes. L’histoire s’est souvent bornée à reconnaître l’embellissement de Paris, transformée en plus belle capitale du monde.
Et encore le mérite en était-il attribué au baron Haussmann qui n’a été que son fidèle exécutant. Mais Paris a occulté tout ce que le souverain a réalisé en province, dans la France profonde. Il est temps de combler cette lacune. En effet, l’Empereur  » de tous les Français  » a dynamisé l’ensemble de la France et laissé un patrimoine considérable. La prospérité économique créée par le Second Empire a bénéficié à tous et partout.

1812, la campagne de Russie – Marie-Pierre Rey et Thierry Lentz

1812, la campagne de Russie - Histoire et postérités
1812, la campagne de Russie – Histoire et postérités

DATE DE PARUTION : 08/11/2012
EDITEUR : Perrin
COLLECTION : NC
EAN : 9782262040727
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 381
POIDS : 0,605 Kg
DIMENSIONS : 15,4 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Préface de Victor-André Masséna président de la Fondation Napoléon Contributions de : Antoine d’Arjuzon, Valérie Bajou, Lucien Bély, Louis Bergès, Pierre Branda, Jean-Joël Brégeon, Jean-François Brun, David Chanteranne, Nicolas Dujin, Christian Fileaux, Jacques Garnier, Maya Goubina, Natalia Griffon de Pleineville, Patrice Gueniffey, Jacques Hantraye, Peter Hicks, François Houdecek, Jacques Jourquin, Michel Kerautret, Thierry Lentz, Andrzej Nieuwazny, Alain Pigeard, Chantal Prévot, Emmanuel Prunaux, Marie-Pierre Re) Vladislav Rjeoutski, David Rouanet, Alexandre Tchoudinov.
Présentation de l’éditeur :
En avril 2012 s’est tenu à Paris un colloque international présentant l’état de la recherche sur la campagne de Russie. Des spécialistes français, russes, anglais, polonais ont conjugué leurs points de vue et leurs talents en une trentaine de contributions, réunies par deux de nos meilleurs historiens et introduites par Jean Tulard. Ils ont ainsi fait parler de la campagne de Russie à la fois les statistiques, les acteurs, les écrivains, les peintres et le cinéma.
Cet éclairage multiple fait surgir une autre histoire, plus riche et plus complexe qu’on ne le croit, de cet événement extraordinaire dont la dimension tragique, incarnée par Napoléon lui-même, revisitée par les mémorialistes, les romantiques français et, bien sûr, l’immense Tolstoï, instrumentalisée par les propagandistes, n’a pas cessé d’habiter et d’agiter les esprits. En cela ce volume représente bien plus que la simple réunion de textes divers./div>

Suivez l'actualité du livre napoléonien, Révolution, Premier et Second Empire