Le Maréchal Berthier. La Visconti et la Princesse de Wagram

7,50 

Uniquement disponible au format Kindle.

Catégorie : Étiquettes : ,

Description

Le Maréchal Berthier. La Visconti et la Princesse de Wagram – Jacques L’Azou

Le maréchal Berthier n’occupe pas le premier rang de l’épopée du Premier Empire. Davout, Lannes, Murat, Ney sont plus souvent célébrés. Et pourtant, durant 19 ans, Berthier sera le second de l’Empereur. Vivant, dormant, mangeant à ses côtes, transcrivant ses ordres, déchiffrant sa pensée fulgurante pour la transmette aux officiers suivant leur capacité à la comprendre.

Le général Paul Thiébault écrit dans ses mémoires :

Ce choix était heureux. Le général Berthier servait depuis sa jeunesse, il avait fait la guerre d’Amérique sous Washington et toutes nos campagnes. Sans rappeler sa spécialité comme ingénieur-géographe, il avait les connaissances et l’expérience du service de l’état-major, de plus une compréhension remarquable de tout ce qui tenait à la guerre. Il avait plus que tout autre le don de se rappeler la totalité des ordres et de les transmettre avec plus de rapidité et de clarté; enfin, dans la force de l’âge et doué d’une vigueur peu commune, il avait une activité que soutenait chez lui l’avantage d’un tempérament infatigable. Personne ne pouvait donc mieux convenir au général Bonaparte, à qui il ne manquait qu’un homme capable de le débarrasser des détails, de le comprendre au premier mot et au besoin de le deviner, de même qu’aucune fonction ne convenait mieux au général Berthier, dont l’éducation, la carrière et le zèle avaient fait un militaire distingué, mais dont la nature n’avait pas fait un homme de guerre.

Au printemps 1796, Berthier fait une rencontre qui compte plus que tout. La passion entre, à 43 ans, dans sa vie sous les traits d’une femme d’une rare beauté : La Visconti. L’expression n’est pas péjorative à Milan : quelque femme que l’on parlât, on ne l’apostrophait que par son seul titre, de quelque femme que l’on causât, absente ou présente, titrée ou non titrée, on ne la désignait que par LA, La Borghese, La Doria, L’Ottoboni, La Visconti. C’est le coup de foudre. En 1808, Napoléon oblige le maréchal Berthier, devenu Prince de Neufchâtel, à se marier pour s’assurer une descendance. Ce ménage à trois va traverser les années glorieuses de l’Empire. Les Berthier de Wagram seront de gros propriétaires terriens, des Moulineaux à Issy, du château de Grosbois, de l’Hôtel des Capucines, et enfin du château de Chambord.

La fin serait délectable mais pas résolue. On ne sait toujours pas comment, le 1er juin 1815, maréchal tombe de la fenêtre du château de Bamberg, où ils sont exilés chez le beau-père le duc Guillaume en Bavière. Pour cela, il faut lire La Semaine Sainte d’Aragon.

L’auteur

Jacques L’Azou


Informations complémentaires

Date de parution :

18 mai 2021

Nombre de pages :

434

Format numérique :

Disponible

Taille du fichier :

800 KB

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le Maréchal Berthier. La Visconti et la Princesse de Wagram”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez peut-être aussi…