Les mémoires authentiques de Vidocq

7,80

Catégorie : Étiquette :

Description

Les Mémoires authentiques de Vidocq enfin restitués ! Fils d’un boulanger d’Arras, il commet son premier vol à seize ans, s’engage, déserte, est condamné en 1796 pour un faux qu’il n’aurait pas commis, s’évade du bagne de Brest, est repris, s’échappe à nouveau. Mais il connaît « l’angoisse de la chaîne » et décide de trahir le « milieu » en échange d’une amnistie. Dubois, préfet de police de Napoléon, se laisse convaincre par son chef de division Henry, un spécialiste du crime.
Vidocq entre au service de la police. Ses principaux chefs (Piis, un chansonnier devenu secrétaire général de la Préfecture de police, le géographe Boucheseiche, Veyrat, Desmaret, chef de la Sûreté au ministère) sont des déclassés. Parmi les agents secrets, on trouve le comte de Montgaillard et un écrivain de talent, Fiévée. Les débuts de Vidocq sont si éclatants qu’une brigade spéciale formée d’anciens bagnards lui est confiée en 1811.
Pasquier, qui succède à Dubois, reconnaît dans ses Mémoires : « Cette confiance accordée avec autant d’abandon à un homme condamné a été d’un très mauvais effet et elle a beaucoup contribué à déconsidérer la police ». A la suite d’un scandale, Vidocq est invité à se retirer en 1827. Il possède à cette date une solide fortune acquise de façon douteuse, si l’on en croit les souvenirs de l’un de ses successeurs, Canler.
Rappelé à la tête de la Sûreté le 31 mars 1832, mais rendu responsable de la répression antirépublicaine de juin 1832, il donne sa démission le 15 novembre. Il fonde alors une police privée. Le succès de ses Mémoires en 1828 avait été considérable ; aussi publie-t-il, en 1836, Les Voleurs et, en 1844, Les Vrais Mystères de Paris. Son prestige est énorme auprès des grands écrivains du temps : Balzac, Hugo, Lamartine, Dumas, Janin, Soulié et Sue.
Ses nouvelles arrestations, en 1837 et en 1843, à la suite d’obscures manœuvres de la police, lui valent un regain de popularité. Il meurt sous le Second Empire.

L’auteur

Eugène-François Vidocq (1775 – 1857) fut tour à tour délinquant, bagnard, puis policier et enfin détective privé. Forçat évadé du bagne, il devient chef de la « brigade de sûreté ». À la tête de cette brigade, d’abord officieuse et qui devient par la suite le service de sûreté de la préfecture de police de Paris, ancêtre de la direction régionale de la policie judiciaire, il est le père de la police judiciaire. Il est également le fondateur de la toute première agence de détectives privés de l’histoire. Ses Mémoires ont été publiées en quatre volumes.

Informations complémentaires

Date de parution :

7 novembre 2018

Editeur :

Archipoche

Collection :

Essais et documents

EAN :

9782377352203

Reliure :

Broché

Nombre de pages :

317

Poids :

188 g

Dimensions :

11,0 cm × 17,8 cm × 1,8 cm

Illustrations :

NC

Format numérique :

Disponible

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les mémoires authentiques de Vidocq”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…