Archives par mot-clé : 1807

La première invasion du Portugal par l’armée napoléonienne : 1807-1808

La première invasion du Portugal par l'armée napoléonienne : 1807-1808 - Natalia Griffon de Pleineville
La première invasion du Portugal par l’armée napoléonienne : 1807-1808 – Natalia Griffon de Pleineville

DATE DE PARUTION : 04/10/2017
EDITEUR : Economica
COLLECTION : Campagnes et stratégies
EAN : 9782717869828
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 336
POIDS : 0.300 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non.
À propos de l’auteur :
Natalia Griffon de Pleineville (Goutina) est rédactrice en chef de la revue Gloire & Empire. Historienne et conférencière, elle a été lauréate du Prix Georges Mauguin de l’Académie des sciences morales et politiques pour sa biographie du général Gazan en 2015.
Présentation de l’éditeur :
La campagne de l’armée française au Portugal en 1807-1808 fut la première invasion de ce pays par les troupes napoléoniennes. Sous les ordres du général Jean-Andoche Junot, ami personnel de Napoléon et candidat potentiel au maréchalat, après une dure traversée de l’Espagne, l’armée arriva enfin à Lisbonne, trop tard pour empêcher le départ de la famille royale. L’Empereur pouvait désormais réaliser son projet d’inclure le royaume lusitanien dans son orbite.
Dès les premiers jours, Junot, devenu duc d’Abrantès, chercha à se faire aimer et entreprit un vaste programme de réformes. Cependant, rien n’alla comme prévu. La domination française, qui s’accompagnait de contributions et d’exactions, exaspéra le peuple qui se révolta contre les envahisseurs. Les Anglais ne tardèrent pas à débarquer et à mener une campagne victorieuse contre les troupes françaises empêtrées dans d’innombrables difficultés. Après la bataille de Roliça, dans laquelle le général Delaborde fit montre des procédés tactiques que son adversaire, le futur duc de Wellington, utilisera avec succès dans les années à venir, les Britanniques remportèrent une grande victoire à Vimeiro, sans pouvoir l’exploiter. L’habileté diplomatique du général Kellermann permit aux Français de conclure un traité inespérément avantageux. Junot évitait ainsi la colère de Napoléon mais perdait sa chance de gagner un bâton de maréchal.
Première d’une longue série des campagnes des Français dans la péninsule Ibérique, l’expédition de 1807-1808 mérite que l’on s’y attarde. Moins connue que les guerres conduites par Napoléon en personne en Europe centrale, elle constitue un chaînon important dans l’histoire des campagnes militaires du Premier Empire.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Decitre.fr

Outre-terre

Outre-terre - Le voyage à Eylau
Outre-terre – Le voyage à Eylau

DATE DE PARUTION : 18/02/2016
EDITEUR : Editions des Equateurs
COLLECTION : Littérature
EAN : 9782849904350
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 331
POIDS : 0,390 Kg
DIMENSIONS : 14 x 20,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Jean-Paul Kauffmann est l’auteur, entre autres, de L’Arche des Kerguelen (1993), de La Chambre noire de Longwood (1997), de La Maison du retour (2007) et de Courlande (2009). Il vient de recevoir le prix Prince-Pierre-de-Monaco.
Présentation de l’éditeur :
Eylau, c’est la rencontre paroxystique de l’Histoire et de la géographie. Une bataille napoléonienne qui a lieu le 8 février 1807 contre les Russes, en Prusse orientale, là où se trouvait autrefois la célèbre Königsberg fondée par les chevaliers teutoniques. Aujourd’hui Eylau est située dans l’exclave de Kaliningrad, territoire russe séparé de la Russie par la Pologne et la Lituanie.
Jean-Paul Kauffmann qui s’était rendu une première fois à Kaliningrad en 1991 voulait y revenir mais, cette fois, en famille. Un voyage de cohésion familiale en quelque sorte.
Eylau est une bataille à part dans les faits d’armes napoléoniens. Une victoire à la Pyrrhus, à l’arrachée, dont Napoléon n’aimait pas évoquer le souvenir quand il fut exilé à Ste-Hélène. Une bataille particulièrement meurtrière qui se déroula dans le brouillard, l’obscurité, sous la neige.
Eylau est restée célèbre dans l’histoire pour la fameuse cavalerie de Murat mais aussi dans la littérature grâce au Colonel Chabert de Balzac. Le colonel Chabert que l’on donnait mort est un fantôme d’Eylau. Quand il revient en France, il doit prouver son identité pour recouvrer son territoire, sa femme, ses droits. C’est l’un des romans les plus captivants de Balzac. Une sorte de roman noir sur le mariage.