Archives par mot-clé : Editions Economica

La première invasion du Portugal par l’armée napoléonienne : 1807-1808

La première invasion du Portugal par l'armée napoléonienne : 1807-1808 - Natalia Griffon de Pleineville
La première invasion du Portugal par l’armée napoléonienne : 1807-1808 – Natalia Griffon de Pleineville

DATE DE PARUTION : 04/10/2017
EDITEUR : Economica
COLLECTION : Campagnes et stratégies
EAN : 9782717869828
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 336
POIDS : 0.300 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non.
À propos de l’auteur :
Natalia Griffon de Pleineville (Goutina) est rédactrice en chef de la revue Gloire & Empire. Historienne et conférencière, elle a été lauréate du Prix Georges Mauguin de l’Académie des sciences morales et politiques pour sa biographie du général Gazan en 2015.
Présentation de l’éditeur :
La campagne de l’armée française au Portugal en 1807-1808 fut la première invasion de ce pays par les troupes napoléoniennes. Sous les ordres du général Jean-Andoche Junot, ami personnel de Napoléon et candidat potentiel au maréchalat, après une dure traversée de l’Espagne, l’armée arriva enfin à Lisbonne, trop tard pour empêcher le départ de la famille royale. L’Empereur pouvait désormais réaliser son projet d’inclure le royaume lusitanien dans son orbite.
Dès les premiers jours, Junot, devenu duc d’Abrantès, chercha à se faire aimer et entreprit un vaste programme de réformes. Cependant, rien n’alla comme prévu. La domination française, qui s’accompagnait de contributions et d’exactions, exaspéra le peuple qui se révolta contre les envahisseurs. Les Anglais ne tardèrent pas à débarquer et à mener une campagne victorieuse contre les troupes françaises empêtrées dans d’innombrables difficultés. Après la bataille de Roliça, dans laquelle le général Delaborde fit montre des procédés tactiques que son adversaire, le futur duc de Wellington, utilisera avec succès dans les années à venir, les Britanniques remportèrent une grande victoire à Vimeiro, sans pouvoir l’exploiter. L’habileté diplomatique du général Kellermann permit aux Français de conclure un traité inespérément avantageux. Junot évitait ainsi la colère de Napoléon mais perdait sa chance de gagner un bâton de maréchal.
Première d’une longue série des campagnes des Français dans la péninsule Ibérique, l’expédition de 1807-1808 mérite que l’on s’y attarde. Moins connue que les guerres conduites par Napoléon en personne en Europe centrale, elle constitue un chaînon important dans l’histoire des campagnes militaires du Premier Empire.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Decitre.fr

La chute du Second Empire – Reichshoffen, Sedan, Metz

La chute du second empire - Reichshoffen, Sedan, Metz
La chute du second empire – Reichshoffen, Sedan, Metz

DATE DE PARUTION : 10/09/2015
EDITEUR : Economica
COLLECTION : Campagnes & stratégies
EAN : 9782717868173
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 172
POIDS : 0,320 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Jean Tabeur est diplômé de l’École Pratique des Hautes Études en Histoire de la Révolution et de l’Empire. Il a publié de nombreux ouvrages historiques : Le général Drouot en 2004, aux Éditions Teissèdre ; aux Éditions Economica, La Bérézina, une victoire miliaire, en 2006 ; Paris contre la Province ! Les guerres de l’Ouest, 1792-1796, en 2008 ; La Province contre Paris ! Les barricades du peuple, 1848-1871, en 2009 ; Saragosse (1808-1809) – « La guerre au couteau », en 2011, couronné par le prix Georges Mauguin de l’Académie des Sciences morales et politiques ; et aux Éditions SPM, collection Kronos, La prise du Trocadéro ou La guerre d’Espagne de Chateaubriand, en 2014.
Présentation de l’éditeur :
Après avoir été le maître de l’Europe et fait trembler ses rois, Napoléon Ier ne pouvait imaginer qu’en rétablissant Ferdinand VII sur le trône d’Espagne, en 1814, il allait donner à la Prusse le moyen d’assumer la rancune qu’elle tenait à l’égard de la France, depuis l’outrage subi à Iéna. Leipzig et Waterloo n’avaient pas suffi pour laver l’affront de cette défaite. Pendant plusieurs décennies, elle attendit l’occasion qui allait lui permettre de provoquer un casus belli. La candidature du prince Léopold de Hohenzollern au trône d’Espagne resté vacant lui en donna l’occasion. Ce nom avait déjà été prononcé au cours de l’année qui précéda la guerre de 1870. Benedetti, ambassadeur à Berlin, avait prévenu Paris qu’à deux reprises des émissaires espagnols avaient rencontré M. de Bismarck pour négocier l’offre de la couronne d’Espagne au prince Léopold. Ce choix, contraire aux intérêts de la France, ne pouvait déplaire à Bismarck puisqu’il lui servit de prétexte pour mener sa politique expansionniste et pousser Napoléon III à la faute. Oubliant les idées progressistes de sa jeunesse et le discours qu’il fit à Bordeaux en proclamant l’Empire c’est la paix, l’Empereur, influencé par son entourage fera le choix de la guerre contre la Prusse.
Le courage des soldats de la ligne et les glorieuses charges du corps des cuirassiers ne pourront compenser la faiblesse et les erreurs du haut commandement. Si le désastre de Sedan entraîna l’abdication de Napoléon III, la capitulation du camp retranché de Metz, qui allait suivre, sonna le glas du Second Empire et les espoirs de régence du maréchal Bazaine. La paix sera finalement signée avec la Prusse, mais l’inéluctable esprit de revanche qui avait animé les vainqueurs passera dans le camp des vaincus. Même si Thiers obtiendra du roi de Prusse que le Territoire de Belfort restât français, il ne pourra faire oublier la perte de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine. Il faudra attendre l’hécatombe de la Première Guerre mondiale pour qu’elles redeviennent provinces françaises.

Et si Napoléon avait gagné à Waterloo ?

Et si Napoléon avait gagné à Waterloo ?
Et si Napoléon avait gagné à Waterloo ?

DATE DE PARUTION : 02/06/2015
EDITEUR : Economica
COLLECTION : NC
EAN : 9782717868081
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 176
POIDS : 0,350 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 21,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Antoine Reverchon est journaliste au Monde, où il a participé au Journal du Centenaire de la guerre de 1914 et aux hors-séries historiques (1914-2014, un siècle de guerres ; Débarquement ; Rebelles ; 1945 ; Empires). Il collabore par ailleurs au magazine Guerres & Histoire. Il a publié, dans la même collection, La France pouvait-elle gagner la guerre en 1870 ?
Présentation de l’éditeur :
Waterloo est considérée par l’historiographie comme le modèle de la « bataille décisive ». En quelques heures se serait joué sur les pentes d’un plateau de Belgique le destin de Napoléon, de la France et de l’Europe pour les décennies à venir. Une autre vision de l’histoire affirme que les rapports de force sociaux, politiques et militaires étaient tels que l’aventure des Cent-Jours ne pouvait se terminer que par une défaite, à Waterloo ou ailleurs.
Ce livre propose au lecteur un compromis entre la vision traditionnelle de « l’histoire bataille », qui confie le destin des hommes au hasard des événements ou de leurs décisions, et la vision déterministe de l’histoire, pour qui « ça ne pouvait pas se passer autrement ».
Il ne s’agit pas ici de faire progresser la science historique par l’apport de sources ou de documents inédits, mais d’utiliser la méthode de l’uchronie – que les historiens anglo-saxons qui en usent volontiers appellent le « what if ? », littéralement « que se serait-il passé si ? » – pour explorer les autres possibilités qu’offraient les conditions matérielles, politiques et diplomatiques de ce mois de juin 1815, et écrire ainsi, « à la façon » de Clausewitz, l’analyse critique d’une campagne militaire… totalement imaginaire.

La France pouvait-elle gagner en 1870 ? – Antoine Reverchon

La France pouvait-elle gagner en 1870 ?
La France pouvait-elle gagner en 1870 ?

DATE DE PARUTION : 25/11/2014
EDITEUR : Economica
COLLECTION : Mystères de guerre
EAN : 9782717867596
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 192
POIDS : 0,000 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Antoine Reverchon est journaliste au Monde, où il a participé au Journal du Centenaire de la guerre de 1914, aux hors-séries historiques (Guerre de 14, Débarquement, Rebelles…) et aux Atlas La Vie/Le Monde (Atlas de l Occident, Atlas de la France). Il collabore par ailleurs au magazine Guerres&Histoire.
Présentation de l’éditeur :
De tous les conflits franco-allemands qui ont secoué l’Europe au cours des deux siècles écoulés, la guerre de 1870-1871 est celle qui a le moins suscité, en France, d’activité mémorielle et historiographique. Sans doute parce qu’il a toujours été considéré que « c’était perdu d’avance ». Ce livre propose au lecteur d’utiliser la méthode de l’uchronie – que les historiens anglo-saxons, qui en usent volontiers, appellent le « what if ? », littéralement « que ce serait-il passé si ? » – pour revisiter l’histoire de ce conflit oublié, et montrer que, contrairement à ce que l’on croit, « les jeux n’étaient pas faits ». L’issue de cette guerre, qui est à la racine de celle de 1914, aurait pu être différente.
Il ne s’agit pas ici de faire progresser la science historique par l’apport de sources ou de documents inédits, mais de montrer que, sans sortir du cadre matériel, social et idéologique dans lequel ils se trouvaient, les dirigeants politiques et militaires français pouvaient agir autrement. Car l’histoire se déroule autant sous l’effet des contraintes auxquelles sont soumis les contemporains, que sous l’effet des représentations, ou de la conscience, qu’ils en ont.

Napoléon perd l’Europe (janvier-avril 1814)

Napoléon perd l'Europe (janvier-avril 1814)
Napoléon perd l’Europe (janvier-avril 1814)

DATE DE PARUTION : 05/11/2014
EDITEUR : Economica
COLLECTION : Campagnes & Stratégies
EAN : 9782717867466
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 288
POIDS : 0,300 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Après une carrière d officier au sein de la DGSE, Gérard Bouan a publié en 2011 un ouvrage sur l’épopée napoléonienne La première campagne d’Italie, 1796-1797 aux éditions Economica.
Présentation de l’éditeur :
Ce 29 avril 1814, vers 11 heures du matin, la frégate anglaise Undaunted quitte de port de Fréjus emportant à son bord le nouvel empereur de l’île d’Elbe, Napoléon Bonaparte. Lui qui a imposé sa volonté à toute l’Europe continentale, fait trembler tous ces souverains et commandé des armées considérables, n’a maintenant pour tout royaume qu’un minuscule îlot en Méditerranée avec quelques dizaines de milliers de sujets et un millier de soldats.
Depuis la désastreuse campagne de Russie de 1812, son astre a pâli. Ses Alliés se sont dérobés les uns après les autres pour, pire, s’engager chez l’adversaire. Son armée, réduite à la seule armée française, se replie de partout. Il y a bien eu quelques victoires en Allemagne en 1813, mais aucune bataille décisive pour réellement redresser la situation.
Le 1er janvier 1814, les coalisés franchissent le Rhin, la campagne de France débute pour se solder par l’abdication de l’Empereur à Fontainebleau le 6 avril et l’entrée triomphante des Alliés dans Paris.
Pendant trois mois, Napoléon déploie une activité incroyable, est un stratège et un tacticien hors pair et fait appel au patriotisme des Français mais les hommes sont fatigués, le pays est épuisé. La cause est perdue.
Un siècle plus tard, ces mêmes champs de bataille de 1814 de l’est de la France seront à nouveau le décor de l’héroïsme et du sacrifice du soldat français lors de la première guerre mondiale.

La France espionne le monde (1914-1919) – Les exploits des briseurs de codes – Jean-Claude Delhez

La France espionne le monde (1914-1919)
La France espionne le monde (1914-1919)

DATE DE PARUTION : 27/05/2014
EDITEUR : Economica
COLLECTION : Campagnes & stratégies
EAN : 9782717866940
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 375
POIDS : 0,66 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Jean-Claude DELHEZ, journaliste, historien, spécialiste de la Première Guerre mondiale, a particulièrement axé ses recherches sur l’année 1914. Ses travaux concernent surtout les armées française, allemande et belge. Pour mener à bien son projet, il a dépouillé des milliers de documents d’archives dont certains n’avaient jamais été ouverts. Il a publié aux Editions Economica en 2013, La bataille des Frontières – Joffre attaque au centre (22-26 août 1914) et Douze mythes de l’année 1914.
Présentation de l’éditeur :
Qui a conduit Mata-Hari au poteau d’exécution ? Comment le Kaiser a-t-il failli être assassiné ? Qui a empêché l’Allemagne de soulever le Maroc contre la France ? Comment la navigation fut-elle protégée des attaques de U-Boot ? Qui a permis à l’armée française de manoeuvrer avec bonheur en 1914 ? Comment fut anticipée l’offensive allemande de 1918 sur le Matz ? Par quels moyens la France a-t-elle pu connaître les intentions des négociateurs allemands de l’Armistice et du traité de Versailles ? Quelle activité secrète a exercé le grand-père de Bernadette Chirac pendant toute la guerre de 14 ? Comment fut-on à deux doigts de mettre fin précocement à la carrière de Canaris ? Qu’est-ce qui a trahi les intrigues des services spéciaux allemands dans le monde pendant la Grande Guerre, comme le sabotage et cette grande inconnue qu’est la guerre biologique ? À toutes ces questions, une seule réponse: les briseurs de codes français.
Précurseurs de la NSA américaine qui défraie aujourd’hui la chronique, ces hommes ont écouté pendant quatre ans des milliers de communications de par le monde. Ce livre, riche en révélations, étudie pour la première fois tous les rouages de cette extraordinaire épopée de l’espionnage français.

Leipzig (16-19 octobre 1813) – La fin du rêve de Napoléon et de l’Empire français – Frédéric Naulet

Leipzig (16-19 octobre 1813) - La fin du rêve de Napoléon et de l'Empire français
Leipzig (16-19 octobre 1813) – La fin du rêve de Napoléon et de l’Empire français

DATE DE PARUTION : 05/05/2014
EDITEUR : Economica
COLLECTION : Campagnes & Stratégies
EAN : 9782717866872
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 357
POIDS : 0,635 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Frédéric Naulet, docteur en histoire et membre de la Commission d’Histoire Militaire, est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les campagnes napoléoniennes (Eylau, Friedland et Wagram), publiés aux éditions Economica. Il a également, écrit plusieurs livres et articles sur l’artillerie du XVIIe au XIXe siècle.
Présentation de l’éditeur :
« La gigantesque bataille de Leipzig fut la plus mémorable, la plus décisive et une des plus sanglantes qui aient jamais été données. Près de 500 000 hommes y combattirent pendant quatre jours, sous les yeux de quatre souverains. Plus de 100 000 hommes payèrent leur gloire de leur sang ou de leur liberté. » Ces quelques lignes, tirées des mémoires de Langeron, résument bien ce choc de titans. La bataille de Leipzig fur celle de tous les superlatifs, tant par sa durée, que par le nombre de soldats engagés et les pertes monstrueuses des deux armées.
Pour la première fois, Napoléon dut affronter tous ses adversaires en même temps et ceux-ci avaient beaucoup appris de leurs échecs passés. A l’aube du 16 octobre 1813, tout le monde avait parfaitement conscience des immenses enjeux de la bataille à venir: le sort de l’Europe et de l’empire napoléonien. En réalité, l’issue de cet affrontement ne laissait guère de doutes et n’était que l’aboutissement d’une campagne riche en rebondissements.
Dans cette immense partie d’échecs, Napoléon fit une nouvelle fois preuve de ses talents militaires, mais ses adversaires n’étaient plus ceux des campagnes victorieuses du passé, ce qu’il eut bien du mal à comprendre. Bien décidés à en finir avec la suprématie française, ils étaient animés par un sentiment national naissant et avaient tiré les leçons des défaites du passé.

Annee de gloire de la Russie, 1812 – Alexandre Droban

Année de gloire de la Russie, 1812
Année de gloire de la Russie, 1812

DATE DE PARUTION : 14/12/2012
EDITEUR : Economica
COLLECTION : Campagnes & stratégies
EAN : 9782717865158
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 159
POIDS : 0,330 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 23,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Alexandre Droban, diplômé d’Histoire moderne de France de l’Université Lomonossov, Moscou, a enseigné dans plusieurs universités en Union soviétique, en Russie et à Paris.
Présentation de l’éditeur :
 » Historiens français et russes divergent sur la campagne de Russie. Les généraux du Tsar se sont-ils retirés volontairement pour attirer Napoléon au coeur de la Russie et l’anéantir ou ont-ils tout simplement craint d’affronter la Grande Armée, reculant l’échéance aux limites du possible, c’est-à-dire aux portes de Moscou ? Peut-on parler d’une victoire française à la Moskowa ou d’un succès russe à Borodino, étant entendu qu’il s’agit de la même bataille ? Qui a incendié Moscou ? Lors de la retraite  » le général hiver  » fut-il plus efficace que la « petite guerre  » menée par les cosaques ? Peut-on parler de la Bérézina comme d’un désastre ? Après la défaite de 1812 la chute de Napoléon était-elle inévitable? Le bicentenairé de 2012 a permis aux historiens français de s’exprimer …
Place au point de vue russe avec le professeur Droban. L’historiographie française a été moins sensible que la russe au mythe de la guerre patriotique : le peuple se soulevant contre l’envahisseur. Sur ce sujet le professeur Droban apporte beaucoup de documents inédits. Et il a encore raison de noter que Napoléon ne sut pas préparer sa retraite. C’est l’une de ses faiblesses que l’on retrouvera à Leipzig un an plus tard.Les conséquences de l’année 1812 ne se sont pas arrêtées à la défaite de Napoléon.
C’est le mérite de ce beau livre que de le montrer. »Extraits de la préface de Jean TULARD, de l’Institut.