Archives par mot-clé : Toussaint Louverture

Les Jacobins noirs – Toussaint Louverture et la Révolution de Saint-Domingue

Les Jacobins noirs - Toussaint Louverture et la Révolution de Saint-Domingue - Cyril Lionel Robert James
Les Jacobins noirs – Toussaint Louverture et la Révolution de Saint-Domingue – Cyril Lionel Robert James

DATE DE PARUTION : 14/09/2017
PREMIÈRE EDITION : 15/10/2008
EDITEUR : Amsterdam
COLLECTION : NC
EAN : 9782354801519
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 461
POIDS : 0.520 Kg
DIMENSIONS : 13,5 x 19,6 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non.
À propos de l’auteur :
C. L. R. James est né en 1901 à Trinidad et mort à Londres en 1989. Pionnier de la cause noire et du panafricanisme, il fut aussi l’un des principaux théoriciens d’un marxisme ouvert, démocratique et internationaliste. Parmi ses nombreux autres ouvrages, on peut citer A History of Pan-African Revolt (1938-1968). De son œuvre foisonnante n’ont été traduits en français que Les Jacobins noirs et Marins, renégats et autres parias : l’histoire d’Herman Melville et le monde dans lequel nous vivons (Éditions Ypsilon).
Traduction : Pierre Naville, avec la collaboration de Nicolas Vieillescazes.
Présentation de l’éditeur :
Au début de la Révolution française, Saint-Domingue est la plus grande colonie du monde et le plus important marché de la traite européenne des esclaves. Au mois d’août 1791, les esclaves entrent en révolte. Pendant douze ans, ils mettent tour à tour en déroute les Blancs de l’île, les soldats de la monarchie française, une invasion espagnole, une expédition britannique de près de soixante mille hommes et un contingent français identique, commandé par le beau-frère de Bonaparte. La défaite des troupes napoléoniennes, en 1803, permet la création de l’État noir d’Haïti.
C. L. R. James raconte, dans un récit haletant, la seule révolte d’esclaves qui ait réussi, la première lutte anticoloniale de l’histoire et les obstacles immenses dont elle a dû triompher. À sa tête, un esclave porté par les idéaux de liberté et ­d’égalité : Toussaint Louverture. Comment et pourquoi des hommes et des femmes qui, peu de temps auparavant, tremblaient devant les Blancs, se sont-ils organisés en un peuple capable de vaincre les principales puissances européennes de l’époque ? Tel est l’objet de ce classique, qui se voulait une contribution au combat contre l’impérialisme et reste riche d’enseignements pour notre époque.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Decitre.fr

Mémoires du général Toussaint Louverture

Mémoires du général Toussaint Louverture, suivi du Journal du général Caffarelli
Mémoires du général Toussaint Louverture, suivi du Journal du général Caffarelli

DATE DE PARUTION : 10/03/2016
EDITEUR : Editions Mercure de France
COLLECTION : Le Temps retrouvé
EAN : 9782715243330
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 220
POIDS : 0,135 Kg
DIMENSIONS : 11,8 x 18,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Mémoires du général Toussaint Louverture – Suivi du Journal du général Caffarelli.
Édition établie et présentée par Philippe Artières.
Présentation de l’éditeur :
Ancien esclave né en 1743 dans une plantation de l’île de Saint-Domingue (Haïti), Toussaint-Louverture prend la tête de la révolte des esclaves contre les colons blancs en 1791, soutenu par les Espagnols, mettant ainsi la plus riche des colonies françaises à feu et à sang.
Trois ans plus tard, Toussaint se rallie à la République Française qui vient d’abolir l’esclavage et devient ainsi le premier général noir de l’armée française. Ses succès militaires et son sens politique lui permettent de devenir le gouverneur incontesté de la colonie de Saint-Domingue.
Mais l’arrivée au pouvoir du premier Consul Bonaparte et le rétablissement de l’esclavage conduisent Toussaint-Louverture à reprendre les armes. En 1802, il capitule face à l’armée du général Leclerc. Capturé, Toussaint est aussitôt transféré en France et enfermé au château de Joux (Doubs). C’est là qu’il rédige ses Mémoires : il sait que ses jours sont comptés, qu’il lui faut préparer sa défense pour un hypothétique procès. Son texte doit donc être bref, précis, saillant.
Dans cette cellule, loin d’Haïti, sous l’œil du général Caffarelli qui missionné par Napoléon note ses faits et gestes dans son Journal, Toussaint écrit ce qu’il veut que l’Histoire retienne de son combat.