Archives par mot-clé : Waterloo

BD – La face cachée de Waterloo – Tome 1 : La victoire de l’Empereur

BD - La face cachée de Waterloo - Tome 1 : La victoire de l'Empereur - Andreï Arinouchkine
BD – La face cachée de Waterloo – Tome 1 : La victoire de l’Empereur – Andreï Arinouchkine

DATE DE PARUTION : 09/09/2017
EDITEUR : Guymic
COLLECTION : BD
EAN : 9791096176052
Caractéristiques :
RELIURE : Relié
NOMBRE DE PAGES : 48
POIDS : 0.646 Kg
DIMENSIONS : 24 x 32 cm
ILLUSTRATIONS : couleur
LIVRE NUMERIQUE : Non.
À propos de l’auteur :
Dessinateur : Andreï Arinouchkine.
Scénariste : Andreï Arinouchkine.
Présentation de l’éditeur :
Arinouchkine nous livre une autre vision de la grande bataille de Waterloo.

« L’histoire est le récit des faits donnés pour vrais, au contraire de la fable qui est le récit des faits donnés pour faux. » François-Marie Arouet, dit VOLTAIRE.

« Qu’est ce que l’histoire, sinon une fable sur laquelle tout le monde est d’accord. » Napoléon Bonaparte.

Où acheter ce livre ?

Acheter ce livre sur le site Decitre.fr

Walter Scott – De Waterloo à Paris, 1815

Walter Scott - De Waterloo à Paris, 1815
Walter Scott – De Waterloo à Paris, 1815

DATE DE PARUTION : 17/09/2015
EDITEUR : Mercure de France
COLLECTION : Le Temps retrouvé
EAN : 9782715241992
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 448
POIDS : 0,230 Kg
DIMENSIONS : 11 x 18 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Auteur : Walter Scott est un poète et écrivain écossais, né le 15 août 1771 à Édimbourg et décédé le 21 septembre 1832 à Abbotsford.
Présentation de l’éditeur :
Au lendemain de la bataille de Waterloo (18 juin 1815), l’écrivain écossais Walter Scott et trois de ses amis embarquèrent pour le Continent afin de prendre la mesure du «théâtre du plus grand événement de nos temps modernes». Outre le poème Le Champ de Waterloo, Scott livra ses impressions de voyage dans une série de seize lettres adressées par son double fictionnel, Paul, un gentilhomme écossais, à différents membres de son entourage, sélectionnant les sujets en fonction de ses destinataires.
Dans ces Lettres de Paul parues dès 1816, Scott privilégie une forme de récit qui donne une immédiateté étonnante à ses observations très détaillées tant sur les contrées traversées que sur les événements militaires et politiques de l’été 1815. Ses contacts avec des témoins directs, la véracité objective de son matériau narratif, comme sa capacité d’analyse donnent à son récit une richesse d’informations et une profondeur d’interprétation remarquables.
Au moment du bicentenaire de la bataille, ce témoignage qui n’a rien perdu de sa puissance évocatrice relève de ce que l’on appellerait aujourd’hui l’histoire immédiate. Il procure à son public un fort sentiment d’immersion dans une période fascinante dont on peut devenir, le temps d’une lecture, le contemporain.

Waterloo 1815 – Découverte du champ de bataille

Waterloo 1815 - Découverte du champ de bataille
Waterloo 1815 – Découverte du champ de bataille

DATE DE PARUTION : 09/07/2015
EDITEUR : Jourdan
COLLECTION : NC
EAN : 9782874663864
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 36
POIDS : 0,116 Kg
DIMENSIONS : 18 x 25 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Ecrit par l’ensemble des membre du comité chargé de la préservation du site et des guides du champ de bataille.
Présentation de l’éditeur :
Le Comité pour les études historiques de la bataille de Waterloo – dit le Comité de Waterloo – a pour but… De veiller à la protection du site de la bataille et à l’entretien des bâtiments anciens qui s’y trouvent . De commémorer par la réalisation de monuments ou de plaques les évènements qui se sont déroulés en juin 1815 . De favoriser les études historiques pour mieux connaître ces faits et leur importance dans l’évolution historique de l’Europe. Ce comité regroupe les plus grands spécialistes de la bataille et du camp de bataille. Il nous offre la nouvelle version du guide le plus complet, le plus rigoureux et le plus fouillé sur la bataille, sur lieu où elle se déroula et à propos de ses principaux acteurs.

Guide 1815 – Campagne de Belgique – Des monuments et des hommes

Guide 1815 - Campagne de Belgique - Des monuments et des hommes
Guide 1815 – Campagne de Belgique – Des monuments et des hommes

DATE DE PARUTION : 07/07/2015
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : NC
EAN : 9791091561815
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 82
POIDS : 0,274 Kg
DIMENSIONS : 19 x 26 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Les auteurs Yves Moerman et Yann Deniau, historiens et reconstitueurs, ont publié plusieurs titres sur le Premier Empire, dont le bien connu « 1815 Napoléon en campagne – heure par heure dans l’ombre de l’Empereur » aux Éditions Jourdan en 2008. Joeri de Rock
Présentation de l’éditeur :
En 1814, les armées impériales vaincues, Napoléon fut contraint d’abdiquer le 6 avril et prit le chemin de l’exil. Le traité de Paris ramena la France à ses anciennes limites et réunit la Belgique au royaume de Hollande. L’Empereur parti, les émigrés français rentrèrent chez eux et pensèrent qu’ils pourraient rétablir l’Ancien régime avec les privilèges que la Révolution avait abrogés. L’armée humiliée était mécontente et grognait, la France murmurait. Sur son île, Napoléon pensa que le pays réclamait son retour. Débarqué à Golfe-Juan le 1er mars 1815, il fut rejoint et acclamé par les troupes royales envoyées pour l’arrêter. Il arriva à Paris en vingt jours pour reprendre son trône. Son retour réveilla la coalisation de l’Europe entière, dont les rois se liguèrent à nouveau contre lui. Des troupes innombrables se dirigèrent vers la France pour l’envahir, pour en finir avec l’« Ogre corse » et rétablir définitivement Louis XVIII sur le trône. L’Empereur parvint à réunir une armée de 125 000 hommes en quelques semaines. En Belgique, les armées prussiennes du maréchal Blücher comptaient environ 120 000 hommes et les armées anglo-hollandaises 100 000 hommes, sous les ordres de Wellington. Napoléon prit l’initiative d’aller à leur devant. Il entra en Belgique avec ses troupes le 15 juin 1815. Après la victoire de Ligny, l’armée française avait rendez-vous avec l’Histoire dans les mornes plaines de Mont-Saint-Jean… Cet ouvrage présente les lieux remarquables qui subsistent de cette campagne de Belgique en juin 1815, et les monuments, stèles et plaques commémoratives qui en perpétuent la mémoire.

Waterloo 1815, la chute de l’Aigle – Kees Schulten

Waterloo 1815, la chute de l'Aigle
Waterloo 1815, la chute de l’Aigle

DATE DE PARUTION : 25/06/2015
EDITEUR : Jourdan
COLLECTION : Histoire napoléonienne
EAN : 9782874663963
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 243
POIDS : 0,327 Kg
DIMENSIONS : 14 x 21,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Kees Schulten a été chef du Service Historique de l’Armée des Pays-Bas de 1974 à 1989 et directeur du Rijksinstituut voor Oorlogsdocumentatie à Amsterdam de 1990 à 1995. Il est président d’honneur de la Commission Internationale d’Histoire Militaire.
Présentation de l’éditeur :
Pour la première fois, un ouvrage présente une analyse des différentes stratégies des protagonistes de cette terrible bataille, aspect jusqu’ici négligé.
Il va de l’étude des personnages et des stratèges que furent Wellington, Napoléon et Blücher, jusqu’à la révélation d’un élément que les Anglais ont longtemps occulté par chauvinisme : c’est l’armée des Pays-Bas et le prince d’Orange qui décidèrent réellement du sort de la bataille.
Kees Schulten étudie les événements les plus marquants d’une partie du front, qui fut certainement la plus importante. Il nous explique pourquoi ces épisodes, sans les Belgo-Hollandais, auraient pu précipiter les Anglais, en nombre insuffisant, dans la défaite.
La plupart du temps, les unités belgo-hollandaises sont englobées dans celles des Britanniques. Ce qui était loin d’être le cas lors de la bataille de Waterloo.
Ce livre présente une étude totalement originale d’un historien spécialisé en stratégie militaire, membre du Comité d’accompagnement scientifique international de Waterloo, dont les écrits font référence.

1815… Waterloo ! « morne plaine ! » – François Pernot

1815... Waterloo ! "morne plaine !"
1815… Waterloo ! « morne plaine ! »

DATE DE PARUTION : 11/06/2015
EDITEUR : Honoré Champion
COLLECTION : Champion histoire
EAN : 9782745330574
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 144
POIDS : 0,114 Kg
DIMENSIONS : 10,5 x 17,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
François Pernot, professeur d’histoire moderne à l’Université de Cergy-Pontoise, est un passionné d’histoire militaire, politique et diplomatique et d’histoire de l’événement. Prix Drouyn de Lhuys de l’Académie des Sciences morales et politiques en 2010, auteur de plusieurs ouvrages d’histoire pour les enfants, il aime à faire partager sa passion avec tous, jeunes et moins jeunes…
Présentation de l’éditeur :
1815… WATERLOO ! « MORNE PLAINE ! » Waterloo… pour certains le nom renvoie à une gare londonienne où, il y a peu de temps encore, arrivaient les Eurostars, pour d’autres, c’est le titre d’une chanson du groupe Abba, mais pour tous les amateurs d’histoire bercés par les vers célèbres de Victor Hugo – « morne plaine ! » où « La pâle mort mêlait les sombres bataillons » –,Waterloo évoque d’abord le nom de cette petite ville de Belgique, où, le 18 juin 1815, Napoléon est battu par Wellington. Waterloo… Le nom est synonyme de défaite militaire, comme Azincourt, une défaite anéantissant le Premier Empire. Simple et sans appel. Et pourtant ? Est-ce aussi simple ? En effet, depuis 200 ans, Waterloo semble être une énigme toujours posée, jamais résolue, une bataille à laquelle on ne comprend rien, tel Fabrice dans la Chartreuse de Parme… Et le nombre des publications et des controverses atteste de cette incompréhension : qui a fait quoi à Waterloo ? Quel était le plan de Napoléon ? Quelles ont été les erreurs stratégiques ? Tactiques ? Qui est responsable de la défaite ? Bourmont ? Grouchy ? Ney ? Napoléon ? Le sort de la bataille s’est-il joué sur une erreur de lecture de carte ? Quel fut le coût humain ? Et le « mot » de Cambronne ?… Bref, qu’est-ce que Waterloo ?

1815 – Tome 2 – Waterloo – Henri Houssaye

1815 - Tome 2 - Waterloo
1815 – Tome 2 – Waterloo

DATE DE PARUTION : 05/06/2015
EDITEUR : Editions PRNG
COLLECTION : NC
EAN : 9782366340556
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 298
POIDS : 0,550 Kg
DIMENSIONS : 16 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Henry Houssaye, né à Paris (1848-1911), est un historien initialement spécialisé dans la Grèce antique ; après la guerre de 1870 (à laquelle il participe brillamment comme officier), il se consacre totalement à l’histoire militaire de Napoléon Ier et publie sur le sujet deux monumentaux ouvrages définitifs : 1814 (en 1888) (près d’une centaine d’éditions !), et 1815, (en trois volumes). Il est élu à l’Académie française en 1894.
Présentation de l’éditeur :
Dans ce livre, qui est moins un chapitre de la vie de l’Empereur que l’histoire de la France pendant une année tragique, j’ai cherché à peindre les sentiments des Français de 1815 et à marquer leur action sur les événements. Napoléon, Louis XVIII, Talleyrand, Fouché, Ney, Davout, Carnot, restent au premier plan, mais non loin d’eux on voit les paysans, les bourgeois, les ouvriers, les soldats… J’ai tenté d’exprimer les idées et les passions de cette époque troublée avec le langage du temps. Quand je dis des mousquetaires les soldats d’antichambre, des vendéens les brigands et des prêtres les calotins, je parle comme les officiers à la demi-solde et les maçons du quai de Gêvres. Quand j’appelle Napoléon l’usurpateur ou l’aventurier Corse, les maréchaux de l’empire les va-nu-pieds et les conventionnels, les assassins ou les buveurs de sang, je parle comme les amis du comte d’Artois. De même, j’ai reproduit dans toute leur atrocité les propos sanguinaires des fédérés bonapartistes contre les nobles et les monstrueuses menaces de répression proférées à Grand et à Londres par les émigrés. L’historien ne doit pas seulement raconter les événements, il doit aussi, selon le mot de Saint-Marc-Girardin, « faire revivre les passions qu’on n’a plus » (Extrait de la Préface) Le 1815 de Henry Houssaye est un ouvrage inouï où l’on suit, au jour le jour, parfois même d’heure en heure, le déroulement haletant des événements. Par son style alerte, sa précision éclairante du détail, sa minutie, son souffle dans l’évocation, sa documentation faramineuse et toujours édifiante, 1815 (dont voici le second tome) donne la fascinante impression de remonter deux siècles de temps et d’être immergé au coeur de l’Histoire aux instants décisifs et précis durant lesquels elle se déroule le plus intensément. C’est certainement un des plus brillants, des plus complets et des plus compréhensibles ouvrages sur la chute du Premier Empire. Le présent tome porte exclusivement sur les quelques jours (15 au 18 juin) durant lesquels se déroulent la préparation, la bataille proprement dite et les suites immédiates de la défaite qui marquent la fin programmée des Cent-Jours.

Waterloo – La marche à l’abîme

Waterloo - La marche à l'abîme
Waterloo – La marche à l’abîme

DATE DE PARUTION : 05/06/2015
EDITEUR : Le Cri Edition
COLLECTION : NC
EAN : 9782390010258
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 336
POIDS : 0,528 Kg
DIMENSIONS : 15 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
L’auteur, Jean Luc Ancely, est Français et réside en Belgique ; ancien élève de Saumur, il a fait carrière dans l’Arme blindée Cavalerie. Il est l’auteur d’ouvrages littéraires, essais et tragédies.
Présentation de l’éditeur :
Waterloo ou la fin d’un monde : il y a deux siècles, l’Europe coalisée mettait un terme à l’aventure d’un homme qui avait changé le monde. Dans les plaines du Brabant, une sanglante mêlée voyait se clore, enfin, le grand bouleversement révolutionnaire qui avait agité le continent pendant vingt-cinq années.
Waterloo, c’est d’abord le choc de trois tempéraments : face au génie du petit Corse, le flegme très professionnel de Wellington, sans état d’âme, allié à la haine farouche du Prussion Blücher qui ne souhaite que pendre Bonaparte et dépecer la France.
Waterloo, fin d’un drame qui dure cinq jours. Comment expliquer et tenter de comprendre comment les hommes, ces généraux français, formés par vingt années de luttes incessantes, ont pu commetre autant de fautes, laisser s’échapper autant d’occasions ?
Waterloo, une guerre perdue d’avance ? Une catastrophe française ou un immense soulagement pour l’Europe ?
Après Waterloo, le monde n’est plus celui du dix-huitième siècle ; il peut entrer dans le laborieux dix-neuvième ; il peut s’enrichir par la révolution industrielle, voir naître de nouvelles nations : l’Allemagne qui s’unit peu à peu, la Belgique qui prend conscience d’elle-même, l’Italie bientôt.
Musset, dans « La Confession d’un enfant du siècle » décrit la jeunesse désabusée, privée de ces grands élans d’héroïsme dont elle avait été abreuvée. Ce sera le Romantisme, tout à la fois naissance d’un art nouveau et névrose destructrice.
Waterloo est un choc fondateur dont nous sommes encore, deux cents ans après, les témoins incrédules et les inévitables descendants.
L’auteur tente ici de décrire pour expliquer, d’expliquer pour comprendre.
La sortie du livre coïncide avec les commémorations du deux centième anniversaire de la bataille.
Le point de vue est tantôt français, tantôt anglais, tantôt prussien ou même hollandais. La tension naît au fur et à mesure que les scènes défilent. Ce livre tient à la fois du théâtre et du roman d’aventure.

Et si Napoléon avait gagné à Waterloo ?

Et si Napoléon avait gagné à Waterloo ?
Et si Napoléon avait gagné à Waterloo ?

DATE DE PARUTION : 02/06/2015
EDITEUR : Economica
COLLECTION : NC
EAN : 9782717868081
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 176
POIDS : 0,350 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 21,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Antoine Reverchon est journaliste au Monde, où il a participé au Journal du Centenaire de la guerre de 1914 et aux hors-séries historiques (1914-2014, un siècle de guerres ; Débarquement ; Rebelles ; 1945 ; Empires). Il collabore par ailleurs au magazine Guerres & Histoire. Il a publié, dans la même collection, La France pouvait-elle gagner la guerre en 1870 ?
Présentation de l’éditeur :
Waterloo est considérée par l’historiographie comme le modèle de la « bataille décisive ». En quelques heures se serait joué sur les pentes d’un plateau de Belgique le destin de Napoléon, de la France et de l’Europe pour les décennies à venir. Une autre vision de l’histoire affirme que les rapports de force sociaux, politiques et militaires étaient tels que l’aventure des Cent-Jours ne pouvait se terminer que par une défaite, à Waterloo ou ailleurs.
Ce livre propose au lecteur un compromis entre la vision traditionnelle de « l’histoire bataille », qui confie le destin des hommes au hasard des événements ou de leurs décisions, et la vision déterministe de l’histoire, pour qui « ça ne pouvait pas se passer autrement ».
Il ne s’agit pas ici de faire progresser la science historique par l’apport de sources ou de documents inédits, mais d’utiliser la méthode de l’uchronie – que les historiens anglo-saxons qui en usent volontiers appellent le « what if ? », littéralement « que se serait-il passé si ? » – pour explorer les autres possibilités qu’offraient les conditions matérielles, politiques et diplomatiques de ce mois de juin 1815, et écrire ainsi, « à la façon » de Clausewitz, l’analyse critique d’une campagne militaire… totalement imaginaire.

Waterloo – Les reliques

Waterloo - Les reliques
Waterloo – Les reliques

DATE DE PARUTION : 23/05/2015
EDITEUR : Histoire & collections
COLLECTION : Uniformes et équipements
EAN : 9782352504122
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 128
POIDS : 0,649 Kg
DIMENSIONS : 23 x 31 cm
ILLUSTRATIONS : Couleur
LIVRE NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Auteurs : Gilles Bernard, Gérard Lachaux
Présentation de l’éditeur :
« Waterloo, morne plaine … » Ces trois mots résonnent encore à la mémoire des Français. Par-delà les écrits de Victor Hugo, c’est pour eux le souvenir précis d’une défaite plutôt que celui d’une bataille et, selon les opinions, le point fi nal d’une fantastique épopée ou d’un terrible despotisme. Dix-huit juin 1815, jour funeste pour les armes françaises qui a vu la chute fi nale de Napoléon et a scellé le sort de l’Europe pour les décennies. Les preuves authentiques de la bataille, il fallait les chercher aux sources. A deux siècles d’intervalle, les seuls indices concrets, à nos yeux, étaient les objets qui avaient réellement « fait» Waterloo. Curieusement, après tant de publications sur le sujet, personne ne semblait s’y être vraiment intéressé. Pourtant, leur capital émotionnel demeure toujours intact, du célébrissime chapeau de Napoléon au bouton d’uniforme du plus obscur des fusiliers d’infanterie.