Témoin de la Grande Guerre – Albert Londres

Témoin de la Grande Guerre
Témoin de la Grande Guerre

DATE DE PARUTION : 29/06/2014
EDITEUR : Magellan et Cie
COLLECTION : NC
EAN : 9782350742786
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 496
POIDS : 0,722 Kg
DIMENSIONS : 15,5 x 22,5 cm cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Né à en 1884 à Vichy, Albert Londres «monte» à Paris et commence sa carrière de journaliste au Matin, en 1906. En 1914, réformé, il se rend à Reims, pendant le bombardement de la ville, comme correspondant de guerre, et dénonce dans son journal – déjà ! – ses démêlés avec la censure militaire (Contre le bourrage de crâne). Il entre ensuite au Petit Journal, dans lequel il va publier de nombreux reportages avant de rejoindre Excelsior, qui l’envoie en URSS (Dans la Russie
des soviets)…
Présentation de l’éditeur :
Albert Londres est un phénomène ! Il est né à Vichy en 1884, et sa carrière de journaliste commence à Paris, au Matin, en 1906. Et ce que peu de gens savent, c’est qu’en 1914, réformé, il se rend à Reims, pendant le bombardement de la ville, comme correspondant de guerre. Ses papiers sur les débuts tonitruants de la guerre ont un énorme retentissement. Les assauts et les destructions subis par la cathédrale de Reims, décrits avec son style inimitable, émeuvent l’opinion publique, majoritairement catholique, et fièrement attachée à ce symbole.
Il poursuit son périple en Belgique, sur la ligne de front, et donne ses papiers à un rythme très soutenu, toujours au Matin, puis au Petit Journal. La guerre vue par ses yeux prend une dimension humaine qui étonne, et son indépendance d’esprit s’exprime déjà en toute franchise. Il est près du peuple combattant, rencontre et interroge les haut gradés, les généraux, et quelques têtes couronnées aussi déboussolées que leurs populations par la tournure des événements.
Albert Londres se rend ensuite sur le front de l’Est et rend compte de ce qu’il intitule les « Questions d’Orient ». Comme Curzio Malaparte après lui, pendant la Deuxième Guerre mondiale, Albert Londres est partout et ne s’en laisse pas compter. Tout mérite sa curiosité, au mépris du danger. A la lecture de ses papiers, la surprise est grande de vivre la guerre ainsi, survolant les lieux de combat, à la recherche de la vérité : la Serbie, la Grèce, les Dardanelles…
On y est. Et quand il s’agira de faire le « procès » moral des immenses carnages causés par le conflit, et de l’aveuglement et de l’acharnement de leurs responsables, le journaliste dénoncera sans hésiter le « bourrage de crâne » : une leçon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *