Un tsar à Paris, 1814 – Alexandre Ier et la chute de Napoléon

Un tsar à Paris - 1814. Alexandre Ier et la chute de Napoléon
Un tsar à Paris – 1814. Alexandre Ier et la chute de Napoléon

DATE DE PARUTION : 23/09/2015
EDITEUR : Flammarion
COLLECTION : Champs histoire
EAN : 9782081366558
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 325
POIDS : 0,236 Kg
DIMENSIONS : 10,9 x 17,8 cm
ILLUSTRATIONS : NC
LIVRE NUMERIQUE : Oui
À propos de l’auteur :
Marie-Pierre Rey, ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, professeur d’histoire russe à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, est l’auteur de la biographie de référence d’Alexandre Ier, traduite en russe et en anglais, et de L’Effroyable Tragédie. Une nouvelle histoire de la campagne de Russie, couronné en 2012 par le prix de la Fondation Napoléon.
Présentation de l’éditeur :
Le 31 mars 1814, à l’issue d’une bataille féroce qui a fait quinze mille morts en moins de vingt-quatre heures, le tsar Alexandre Ier entre triomphalement dans les rues de Paris. C’est la fin de la campagne de France menée par les Russes et leurs alliés, et l’effondrement de l’Empire napoléonien. L’occupation russe durera le temps d’un printemps. Cette brève période, méconnue, est pourtant cruciale dans notre histoire. D’abord, politiquement, le pouvoir change de mains : Napoléon abdique à Fontainebleau et part pour l’île d’Elbe, cependant que Louis XVIII, revenu d’Angleterre, accède au trône. Sur le plan géographique, ensuite : le traité de Paris fixe les nouvelles frontières de la France, prélude au congrès de Vienne qui, quelques mois plus tard, redessinera la carte de l’Europe. Culturellement enfin, les Cosaques, qu’on croise en bonnets de fourrure dans les allées des Tuileries, laisseront des traces durables dans les mémoires, à commencer par le mot même de « bistrot ». En s’appuyant sur de très nombreuses sources, tant françaises que russes, Marie-Pierre Rey fait toute la lumière sur cet épisode, et notamment sur le rôle clé d’Alexandre Ier, défenseur du libéralisme, dans l’infléchissement des Bourbons vers le respect des libertés individuelles et l’octroi de la charte constitutionnelle qui restera en vigueur jusqu’en 1830. Sans les Russes, en somme, la face de la Restauration eût été bien différente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *