Archives par mot-clé : Second Empire

La France contemporaine – Tome 3, Le Crépuscule des révolutions, 1848-1871 – Quentin Deluermoz

La France contemporaine - Tome 3, Le Crépuscule des révolutions, 1848-1871
La France contemporaine – Tome 3, Le Crépuscule des révolutions, 1848-1871

DATE DE PARUTION : 21/08/2014
EDITEUR : Points
COLLECTION : Points histoire
EAN : 9782757844571
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 409
POIDS : 0,235 Kg
DIMENSIONS : 10,8 x 17,8 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Quentin Deluermoz : Maître de conférences à l’université Paris 13-Nord et membre de l’Institut universitaire de France, il a publié notamment Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris, 1854-1914 (publication de la Sorbonne 2012).
Présentation de l’éditeur :
La période 1848-1871 est marquée par deux nouvelles révolutions, tout à la fois singulières et baignées du souvenir de 1789-1793, dans une Europe en pleine transformation. La Révolution, qui paraissait unique dans l’histoire, semble ne pouvoir cesser de se rejouer. Pourtant, ces réitérations, ces ruptures, ces réarrangements incessants forgent une culture post révolutionnaire plus discrète mais qui, en l’accoutumant au suffrage universel et à la proclamation des libertés civiles modifient le cadre sociopolitique du pays et le feront basculer dans la République parlementaire.

Le camp retranché de Paris (1792-1940) – André Bourachot

Le camp retranché de Paris, 1792-1940
Le camp retranché de Paris, 1792-1940

DATE DE PARUTION : 03/07/2014
EDITEUR : Editions Bernard Giovanangeli
EAN : 9782758701248
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 331
POIDS : 0,628 Kg
DIMENSIONS : 16 × 24 cm
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
André Bourachot est général de corps d’armée (2e section), breveté de l’enseignement supérieur, ancien auditeur du Centre des hautes études militaires et de l’Institut des hautes études de la défense nationale. Il est l’auteur d’Une histoire de l’armée française, 1870-1940, parue chez le même éditeur.
Présentation de l’éditeur :
2014 est l’année de la commémoration du centenaire du début de la Grande Guerre ; mais on oublie que deux siècles plus tôt, année pour année, Paris était envahi par les armées étrangères. Le 31 mars 1814, les Coalisés entrent dans la ville par la porte Saint-Martin. Après l’intermède des Cent-Jours, l’épopée impériale s’achèvera définitivement à Waterloo le 18 juin 1815 et les Alliés entreront à nouveau dans Paris le 6 du mois suivant.
Depuis cette époque, presque jusqu’à nos jours, tous les pouvoirs : la Monarchie restaurée, le Second Empire et la IIIe République voudront mettre Paris à l’abri de toute nouvelle insulte « . À partir de 1840, Paris s’entourera de fortifications qui connaîtront le blocus de 1870 et la Commune. Réparées et complétées par les ouvrages Séré de Rivières, elles seront à la base du plan de défense de Paris mis en oeuvre par les généraux Michel et Gallieni à partir d’août 1914.
Ce camp retranché sera intimement associé à la bataille de la Marne qui verra le reflux de l’armée allemande début septembre. Cette étude a pour ambition de relater l’histoire du Camp Retranché de Paris et de montrer comment pendant deux siècles, on a essayé, pas toujours avec succès, pas toujours à bon escient, de protéger Paris de l’invasion, en oubliant parfois que vouloir sauvegarder Paris n’était pas toujours sauvegarder la France.

La guérilla en 1870 – Résistance et terreur – Armel Dirou

La guérilla en 1870 - Résistance et terreur
La guérilla en 1870 – Résistance et terreur

DATE DE PARUTION : 10/04/2014
EDITEUR : Bernard Giovanangeli
COLLECTION : Second Empire et guerre de 1870
EAN : 9782758701187
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 295
POIDS : 0,474 Kg
DIMENSIONS : 15,8 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Docteur en histoire de l’université Paris-Sorbonne et diplômé du Collège de défense de l’OTAN, le colonel Armel Dirou est actuellement chef de corps du 4e régiment de chasseurs. Il est également breveté de l’Ecole de guerre et de l’Ecole militaire de haute montagne.
Présentation de l’éditeur :
Après la défaite française de Sedan, le 2 septembre 1870, et la chute de l’Empire, la France poursuit la guerre contre les Etats allemands coalisés. Aux côtés et souvent en marge des armées régulières françaises, des francs-tireurs combattent l’envahisseur. Face à l’insurrection qui s’amplifie à partir du mois d’octobre 1870, les Prussiens et leurs alliés consacrent un quart de leurs effectifs à la sûreté de leurs arrières.
En vertu de la loi prussienne du 4 juin 1851 sur l’état de siège, ils exercent contre cette guérilla une répression d’une implacable dureté, dont témoigne le martyre de Châteaudun. Les francs-tireurs sont des combattants qui ne peuvent bénéficier des lois de la guerre. Ils sont tel un parasite qu’il convient d’éradiquer. Cet ouvrage retrace la formation de ces unités de corps francs, leur composition et leurs actions.
Il analyse aussi le caractère brutal de la répression exercée par l’ennemi et les principes de la contre-guérilla que les Allemands ont élaborés tout au long du XIXe siècle.

Carnets d’un infirmier d’une guerre oubliée – De la Savoie à la Franche-Comté (roman) – Daniel Seigneur

Carnets d'un infirmier d'une guerre oubliée
Carnets d’un infirmier d’une guerre oubliée

DATE DE PARUTION : 25/03/2014
EDITEUR : Cabédita
COLLECTION : Espace et horizon
EAN : 9782882956873
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 160
POIDS : 0,320 Kg
DIMENSIONS : 14,8 x 22 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Daniel Seigneur est issu d’une famille établie dans le Pays Montbéliard depuis 1631. Dès sa prime jeunesse, à travers de nombreuses recherches, il s’intéresse à la Franche-Comté et aux nombreux personnages qui l’ont marquée. Cinéaste aujourd’hui à la retraite, il a réalisé de nombreux documents. Le présent ouvrage est son cinquième roman.
Présentation de l’éditeur :
A l’invitation de sa tante, un jeune homme passe des vacances au cours de l’été 1870 en Savoie. Il va y être surpris par la déclaration de guerre franco-allemande. Ne pouvant plus revenir dans son village à Vyans, situé près d’Héricourt (Haute-Saône), il s’engage dans la Garde mobile de Chambéry et est enrôlé comme ambulancier dans l’armée de l’Est. Il retrouve fortuitement les siens et rencontre une jeune fille.
Son bataillon est commandé par Charles-Albert Costa de Beauregard, marquis savoisien mais aussi grand républicain. Les combats, à commencer par la bataille de Villersexel, en Haute-Saône, vont se poursuivre pendant quelques jours dans la région de Montbéliard, Héricourt, le long de la Lizaine. A travers ce personnage, l’auteur décrit les incommensurables souffrances et la misère des hommes, mal équipés, affamés et gelés qui, par un hiver exceptionnellement froid et rigoureux, combattent sous le commandement du général Bourbaki.
Ce roman s’adresse à un large public intéressé par l’histoire de France et plus particulièrement par l’effondrement du Second Empire qui se soldait par un immense désastre, tant humain que matériel. La France perdait une partie de son territoire et était contrainte de verser 5 millions de francs or à l’Allemagne. Cette guerre pitoyable, ubuesque avait profondément meurtri l’âme de la nation française.
Une défaite humiliante qui allait insuffler dans chaque village, dans chaque foyer l’esprit de la revanche. Elle se réalisera quarante-sept ans plus tard par la victoire de la Première Guerre mondiale de 1914 dont la France commémore en 2014 la 100e année. Points clés : Quotidien terrible d’un soldat de la guerre de 1870 – effondrement du Second Empire – belle écriture.

Napoléon III – Visionnaire de son temps – Jean Etèvenaux

Napoléon III - Visionnaire de son temps
Napoléon III – Visionnaire de son temps

DATE DE PARUTION : 08/03/2014
EDITEUR : Cabédita
COLLECTION : Archives vivantes
EAN : 9782882956835
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES 94
POIDS : 0,200 Kg
DIMENSIONS : 15 x 22 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Jean Etèvenaux, docteur en histoire et diplômé de l’Institut d’études politiques, est secrétaire général du Souvenir napoléonien. Chevalier des Palmes académiques et chevalier de l’ordre pontifical de Saint-Grégoire-le-Grand, il fait partie du comité de rédaction de la Revue du Souvenir napoléonien, où il écrit régulièrement et où il rend compte de nombreux livres.
Présentation de l’éditeur :
Réduit au coup d’Etat du 2 décembre 1851 et à la défaite de Sedan en 1870, Napoléon III reste la victime de la légende noire forgée par Victor Hugo et la IIIe République. Il était le fils de Louis, frère de Napoléon 1er, et d’Hortense, fille de l’impératrice Joséphine. Passionné par les nouvelles techniques, ce visionnaire a transformé la France grâce à un capitalisme conquérant devant profiter à tous.
Fort de l’amitié britannique, il a réveillé la diplomatie de toute l’Europe et manifesté son soutien au mouvement des nationalités. Enfin, on ne peut oublier la place particulière que la Suisse a tenue dans sa vie : il a passé l’essentiel de sa jeunesse sur les bords du lac de Constance, à Arenenberg, a reçu la bourgeoisie thurgovienne, a été nommé capitaine d’artillerie dans l’armée bernoise et a écrit un manuel d’artillerie pour ses compatriotes helvétiques ; enfin, il est intervenu dans les affaires de Savoie et a aidé Henry Dunant pour la Croix-Rouge.

Inoubliable Eugénie – L’Impératrice des Français – Geneviève Chauvel

Inoubliable Eugénie
Inoubliable Eugénie

DATE DE PARUTION : 20/02/2014
EDITEUR : France-Empire
COLLECTION : Biographie
EAN : 9782704812486
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 393
POIDS : 0,610 Kg
DIMENSIONS : 15,4 x 24 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Auteure du best-seller Saladin (Pygmalion, 1991), Geneviève Chauvel s’est déjà consacrée aux femmes hors du commun telles que Marie Casimire ou Marie Leczinka et bien sûr Eugénie, alliant la rigueur journalistique à la sensibilité de la romancière.
Présentation de l’éditeur :
Sur l’Impératrice Eugénie on a beaucoup écrit, On a loué sa beauté, son élégance, son courage. On l’a surtout critiquée, et même calomniée, plus que Marie-Antoinette. « L’Espagnole », la « Badinguette » était le bouc émissaire, responsable de tous les maux qui ont frappé la France jusqu’à la capitulation de 1870. Mais on parle moins des avancées sociales réalisées pendant ses trois régences comme le développement des systèmes scolaires avec Victor Duruy, l’accès à l’enseignement supérieur pour les filles, l’humanisation du régime carcéral pour les délinquants mineurs…
Rappelons encore que, pour la première fois, c’est par elle qu’une femme fut décorée de la Légion d’Honneur. Ce fut Rosa Bonheur, peintre animalier. On oublie aussi que si la France a récupéré l’Alsace et la Lorraine en 1918, c’est bien grâce à Eugénie qui avait conservé le document capital permettant à Clémenceau d’exiger le retour sans condition des deux provinces perdues. Débarrassé d’une légende aussi sombre qu’imméritée, voici un nouveau visage d’Eugénie de Montijo, reconstitué à partir de documents d’archives, de très nombreuses correspondances privées, d’entretiens et de témoignages.
Geneviève Chauvel contribue, à sa manière, à l’envoûtante réhabilitation d’une femme d’exception, trop souvent méconnue ou incomprise.

Ludovic Halévy – L’invasion – Souvenirs et récits

Ludovic Halévy - L'invasion - Souvenirs et récits
Ludovic Halévy – L’invasion – Souvenirs et récits

DATE DE PARUTION : 16/01/2014
EDITEUR : Mercure de France
COLLECTION : Le Temps retrouvé
EAN : 9782715234710
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 278
POIDS : 0,322 Kg
DIMENSIONS : 14 x 20,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Ludovic Halévy, né à Paris le 1er janvier 1834 et mort à Paris le 7 mai 1908, est un auteur dramatique, librettiste d’opérettes et d’opéras, et romancier français. (Source : Wikipedia)
Présentation de l’éditeur :
A l’été 1870, en quelques semaines, la France est défaite par la Prusse, le Second Empire s’effondre, le pays est envahi. De cette humiliante déroute, Ludovic Halévy se fait le chroniqueur, plutôt le reporter de guerre, au sens moderne du terme, publiant L’invasion, souvenirs et récits. En 1872, le livre rencontre un large succès, comme s’il donnait corps à une conscience nationale meurtrie. En 1870, Ludovic Halévy est déjà célèbre.
À 36 ans, il a écrit, avec son compère Henri Meilhac, la plupart des opérettes de Jacques Offenbach, dont La Belle Hélène (1864), La Vie parisienne (1866), La Grande-duchesse de Gérolstein (1867) ou La Périchole (1869). Son esprit, son goût, son raffinement, son sens du loufoque ont fait merveille. Dans L’invasion, si les récits sont enlevés, captivants mêmes, c’est un autre écrivain qui apparaît, mêlant profondeur et humanité.
Un écrivain modeste, comme le sont les grands journalistes en temps de guerre : il fait parler les autres, ceux qui souffrent au front, battus, épuisés, humiliés, parfois héroïques, souvent simples soldats égarés dans la défaite. Comme il le dit : « J’ai fait office de sténographe, rien de plus ». Mais ici, le journalisme dans ce qu’il a de plus vif rencontre l’histoire dans ce qu’elle peut avoir de plus pathétique.

La monarchie impériale – L’imaginaire politique sous Napoléon III – Juliette Glikman

La monarchie impériale - L'imaginaire politique sous Napoléon III
La monarchie impériale – L’imaginaire politique sous Napoléon III

DATE DE PARUTION : 02/12/2013
EDITEUR : Nouveau Monde
COLLECTION : La bibliothèque Napoléon
EAN : 9782365838542
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 540
POIDS : 0,616 Kg
DIMENSIONS : 14 x 22,5 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Docteur en histoire et chercheur associé à l’université Paris-IV, Juliette Glikman enseigne à SciencesPo. Spécialiste de l’histoire politique du second Empire, son premier ouvrage Louis-Napoléon prisonnier a été couronné par l’Académie des Sciences Morales et Politiques et par le prix Historia de la biographie historique.
Présentation de l’éditeur :
Ni César, ni tribun… Napoléon III, qui a régné sur la France de 1852 à 1870, a initié une monarchie ressuscitée par le vote populaire. A rebours de certaines idées reçues, ce livre montre que le second Empire n’est pas un simple césarisme consenti par des citoyens immatures. Louanges, acclamations, adresses participent à l’enracinement de la dynastie. Invoquant les principes de 1789, ce système héréditaire se décline sous les traits originaux d’une « démocratie impériale » qui allie la foi monarchique et le droit du peuple, le trône de Clovis et l’urne électorale.
L’empereur, véritable « prophète élu », dépasse la stature du sauveur charismatique pour endosser la figure du souverain, père protecteur et prince de justice. Doté d’une aura merveilleuse, il redonne vie à la patrie meurtrie par un demi-siècle de luttes civiles. Dépassant la désignation plébiscitaire, l’imaginaire impérial promeut la renaissance d’une dynastie providentielle au coeur du XIXe siècle français.
Cette étude fine et nuancée de Juliette Glikman renouvelle profondément notre vision du Second empire.

Ludovic de Garnier des Garets – Lettres de Chine, 1859-1861 – Campagne de Chine et de Cochinchine

Lettres de Chine, 1859-1861 - Campagne de Chine et de Cochinchine
Lettres de Chine, 1859-1861 – Campagne de Chine et de Cochinchine

DATE DE PARUTION : 01/11/2013
EDITEUR : Du Poutan
COLLECTION : NC
EAN : 9782918607427
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 320
POIDS : 0,850 Kg
DIMENSIONS : 16,5 x 23 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Texte établi et présenté par Geneviève Deschamps, Odile Bach et Thierry des Garets.
Préface de Bernard Brizay.
Introduction de Jean-Philippe Rey.
Photographies de Felice Beato – reporter de guerre.
Présentation de l’éditeur :
Le 16 décembre 1859, un jeune officier, Ludovic de Garnier des Garets, embarque pour une expédition lointaine : la campagne de Chine que l’Angleterre et la France organisent conjointement afin d’obtenir la ratification de traités contestés. Après la prise de Pékin, en octobre 1860, il participe à la campagne de Cochinchine pour ne revenir au pays qu’à l’été 1861.
Durant ce long exil, au cours d’une intense correspondance, le sous-lieutenant entretient méthodiquement sa famille du déroulement de l’aventure. Ce sont ces lettres, soigneusement établies, annotées et présentées, qui sont proposées au lecteur. Elles sont accompagnées d’une très belle iconographie et notamment des clichés du reporter de guerre Felice Beato.
Brillant épistolier, des Garets nous entraîne dans ses traversées au long cours et sa découverte de nouveaux horizons à une époque où exotisme n’est pas encore un vain mot. Sa relation sincère de faits historiques notoires (débarquement de Beitang, bataille de Palikao, Sac du palais d’Été…) porte un éclairage saisissant sur ces événements….

Paris sous Napoléon III – Emmanuelle Papot

Paris sous Napoléon III
Paris sous Napoléon III

DATE DE PARUTION : 20/09/2013
EDITEUR : Soteca
COLLECTION : NC
EAN : 9791091561570
Caractéristiques :
RELIURE : Broché
NOMBRE DE PAGES : 98
POIDS : 0,396 Kg
DIMENSIONS : 19 x 26 cm
ILLUSTRATIONS : NC
FORMAT NUMERIQUE : Non
À propos de l’auteur :
Emmanuelle Papot, journaliste et historienne, diplômée de l’université Paris-Sorbonne, est spécialisée dans l’histoire des deux Empires français. Rédactrice en chef adjointe de Napoléon III, le magazine du Second Empire, administratrice de l’association des Amis de Napoléon III, elle est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles.
Présentation de l’éditeur :
Nombreux sont ceux qui considèrent Napoléon III comme l' »empereur bâtisseur ». C’est sans aucun doute sous le Second Empire que, par son impulsion et celle du baron Haussmann, Paris acquiert son statut de capitale moderne. La photographie naissante se fait alors le témoin de l’explosion de cette ville cosmopolite, vivante, où cohabitent plus ou moins harmonieusement et dans un joyeux chaos toutes les couches de la société.
Il existe ainsi de rares clichés, dont certains avaient été commandés par Haussmann lui-même. Pris dans les rues, ils nécessitèrent de longues séances où la patience des photographes fut mise à rude épreuve. Des clichés qui suffisent à transmettre une idée assez juste de cette époque fastueuse et de grands bouleversements. C’est à la découverte de ce Paris du Second Empire que cet ouvrage nous convie à travers un grand choix iconographique, dont la photographie sous toutes ses formes ressort toujours reine.